Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/08/2017

Elle n'a plus rien à faire ; on fera tout pour elle

... Pénélope Fillon ? certes non, car n'ayant jamais rien fait, son activité salariée a toujours été aussi réelle que le dahu .

Alors, peut-être Brigitte Macron dont on doit clarifier la fonction de "première dame" ? Voir : http://www.20minutes.fr/politique/2114483-20170807-premie...

Image associée

A revoir après les vacances

 

 

« A Anne-Rose Calas

Au château de Ferney par Genève 14è septembre 1762

Monsieur de Voltaire a reçu la lettre de madame Calas ; il ne peut se donner la satisfaction de lui écrire lui-même étant un peu malade . Il s'attendait bien à la réception que M. le duc de La Vallière ferait à madame Calas . Il a fait tout ce qu'il avait promis, et fera encore au-delà .

Madame Calas peut compter que ses meilleurs protecteurs seront toujours M. le duc de La Vallière, et M. le premier président de Nicolaï . M. d'Argental rend des services encore plus essentiels, et ne cessera de les rendre ; c'est à lui que madame Calas aura la principale obligation du gain de son procès .

Nous n'avons pas moins d'obligation à M. Crommelin .

Madame Calas est priée de nous faire savoir les noms du rapporteur et des juges . M. d'Argental et les autres correspondants n'ont point encore envoyé cette liste, mais ils n'en agissent pas avec moins de zèle .

On exhorte madame Calas à être très tranquille, et à se reposer sur l'activité de ceux qui la servent . Elle n'a plus rien à faire ; on fera tout pour elle . Les mémoires préparatoires qu'on a imprimés, sont traduits actuellement en allemand , en anglais 1 et en hollandais . Le public a prononcé en faveur de l'innocence, le conseil la vengera . On lui fait les plus sincères compliments .

Wagnière

secrétaire de M. de Voltaire

gentilhomme ordinaire de la chambre

du roi , comte de Tournay . »

1 Sur ces versions anglaises, voir Evans, n° 111-112 .

Écrire un commentaire