Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2017

Sincerum nisi est vas, quodcumque infundis, acescit / Si le vase n'est pas net, tout ce qu'on y verse s'aigrit

... D'où la nécessité, que certains rejettent, de faire le ménage dans les institutions parlementaires et gouvernementales . Je me vois mal accepter une loi édictée par des ministres , députés et sénateurs, appliquée par des fonctionnaires corrompus et bénéficiant de la trop fameuse/fumeuse immunité parlementaire .

 Image associée

Heureusement il est des recettes contre l'aigreur

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche,

ancien premier président du

impossible Parlement de Bourgogne

Au château de La Marche

par Dijon 1

A Ferney 20 septembre [1762] 2

J'ai besoin plus que jamais de la tranquillité de la retraite de mon grand magistrat, mon indulgent et aimable philosophe ; me voilà aux prises avec des ducs, des acteurs, des décorateurs . Tout cela ne convient pas trop à mon âge . J'imagine qu'on est plus à soi dans le beau château de La Marche . Rien n'est plus triste que les plaisirs quand on n'a point de santé, et qu'on perd ses oreilles .

Sincerum nisi est vas, quodcumque infundis, acescit 3.

J'ai reçu une nouvelle estampe dessinée par M. de Vosges . Nouveaux remerciements à vous faire, mais il faut qu'il en ait sa part . Je vous prie de permettre qu'il trouve dans cette lettre les expressions de ma reconnaissance . Je suis trop languissant, trop misérable pour écrire à d'autres qu'à vous . Nous verrons si avant votre départ pour Paris je serai assez heureux pour venir vous dire que vous n'aurez jamais de serviteur plus tendrement attaché que

V. »

1Une autre main a rayé Dijon remplacé par Chalons, et enfin a quitté , à Dijon . Du reste on ne comprend guère la formule du impossible ; il semble bien y avoir là une erreur de lecture .

2 La date complète est endossée sur le manuscrit .

3 Si le vase n'est pas net, tout ce qu'on y verse s'aigrit ; Horace, Épîtres, I, II, 54 .

Écrire un commentaire