Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/09/2017

J'étais souffleur . J'ai jugé, j'ai condamné, j'ai refait et tout va bien

... et " ... rien , ni aux fainéants, ni aux cyniques, ni aux extrêmes " dit Emmanuel Macron, qui n'a peut-être pas été souffleur du chaud et du froid de toutes les idées gouvernementales, mais au moins marcheur et plus encore acteur .

Emmanuel Macron, vendredi à Athènes

 http://www.parismatch.com/Actu/Politique/Macron-ne-cedera...

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

11 octobre [1762] 1

Je reçois la lettre du quatre octobre de mes divins anges . Tant mieux que M. le comte de Choiseul n'ait besoin de personne, tant mieux que la prise de La Havane 2 ( que nous savions il y a huit jours) ne nuise point aux négociations de la paix, tant mieux que les malheurs de la France et de l’Espagne (qui réunies à la maison d'Autriche auraient dû donner la loi à l'Europe) contribuent à cette paix devenue si nécessaire .

Pour revenir au tripot, M. le maréchal de Richelieu m'a montré un projet de déclaration du roi enregistrable au parlement en faveur des comédiens 3 . J'ai pris la liberté d'y mettre quelques mots qu'il a approuvés .

Il faut que mes anges n’aient pas reçu en leur temps les vers qui terminent la tragédie de Zulime tels qu'ils ont été récités en dernier lieu dans notre tripot et tels qu'ils doivent faire effet à Paris à moins qu'on ait le diable au corps .

J'ai mandé que nous avions joué Olympie . J'étais souffleur . J'ai jugé, j'ai condamné, j'ai refait et tout va bien . Le rôle d'Olympie est devenu le rôle principal . Cela était absolument nécessaire .

J'ai envoyé à mes anges un gros paquet que j'ai supplié à mes anges de faire rendre à Mme la comtesse d'Egmont 4.

J’ai fait part à mes anges de l'infâme tracasserie qu'on me fait . Je leur ai envoyé la lettre qu'on m'impute . Je serais bien fâché pour M. le duc de Choiseul qu'il m'eût soupçonné un moment 5. Comment avec le goût et l'esprit qu'il a, pourrait-il avoir eu un si abominable moment de distraction ? J'avoue que je voudrais qu'on pût trouver et punir l'auteur de cette coupable impertinence .

Mes anges ne m'ont pas dit s'ils avaient donné mon compliment à M. le comte de Choiseul . »

1 Manuscrit olographe avec mention de Wagnière : «Mémoire pour M. d'Argental ».

2 Le commandant espagnol Luis Velasco, après une défense résolue, blessé par balle mourut le 31 juillet 1762 , son remplaçant Juan de Prado dû capituler et livrer La Havane aux Anglais le 13 août 1762 . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Luis_Vicente_de_Velasco_e_Isla

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bataille_de_La_Havane_(1762)

3 Ce projet n'aboutit pas .

4 Ce paragraphe rayé sur la copie Beaumarchais manque dans les éditions .

5 Le 9 octobre 1762 le duc de Choiseul vient d’écrire à V* : « Je ne vous ai point répondu sur votre famille toulousaine ; cette affaire vous avait sérieusement échauffé le cerveau ; je l'ai apprise par vous, mais j'ai lu depuis dans les papiers anglais une lettre à d'Alembert qui, en vérité, n'est point sage . On peut être peiné d'une injustice de Messieurs, mais prudemment il ne faut pas s'en plaindre comme vous vous en plaignez, encore moins se faire des ennemis et peut-être des affaires pour jouer le rôle d'un avocat de causes perdues . Vous connaissez trop l'administration du royaume pour ne pas savoir que les parlements jugent en dernier ressort le criminel ; que le roi est astreint aux formes ; que selon les lois, ce qu'il peut faire quand une partie se plaint du jugement, est de demander les motifs, et que cette demande entraine les longueurs dont vous vous plaignez et ne produit ordinairement aucun redressement sur un arrêt qui se trouve exécuté […] tout un tribunal ne condamne pas à mort pour son plaisir ; voilà tout ce que je puis vous dire sur le pendu que vous protégez, dont d'ailleurs il n'a pas été question ici . Je suis au reste persuadé de son innocence […] et si jamais son affaire revient par les formes au conseil du roi , je l'écouterai avec l'attention la plus scrupuleuse […]. »

Écrire un commentaire