Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2017

J'espère plus que jamais que tout ira bien, mais je présume, quoi qu'on dise, qu'il faudra encore des secours

... Ainsi se résigne temporairement Nicolas Hulot qui se heurte à la dure réalité économique concurrente des exigences  d'une écologie que l'on n'a que trop tardé à respecter .

 Image associée

C'est terriblement vrai .

 

 

« A Philippe Debrus

[1762-1763] 1

Mille tendres amitiés . J'espère plus que jamais que tout ira bien, mais je présume, quoi qu'on dise, qu'il faudra encore des secours . Je me flatte que nous en aurons .

Vous me feriez grand plaisir de faire présenter mes respects à Mme de Haran . On dit qu'elle a signalé sa générosité dans cette affaire qui sera la honte de la nation si on ne fait pas une entière justice . »

1 L'édition Lettres inédites place ce billet avant une lettre du 25 décembre, et Moland la place entre le 13 et le 16 décembre 1762 .

Écrire un commentaire