Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/01/2018

le bel art de la déclamation, c’est-à-dire dans l’art de se rendre maître des cœurs

... et souvent des esprits !

Nombreux  sont  les embrigadés à l'écoute  de discours charmeurs ou flamboyants, irrationnels ou non, moutons de Panurge tout juste bons à tondre , religieux et politiques confondus .

 Résultat de recherche d'images pour "déclamation"

Yo ! Comment se faire pigeonner !

 

 

«  Au marquis Francesco Albergati Capacelli, Senatore

à Bologna

A Ferney 14è février 1763 1

Que vous êtes heureux, monsieur, et que je suis malheureux ! Vous et vos amis vous faites de beaux vers ; vous avez votre beau théâtre parmi de jeunes seigneurs et de jeunes dames qui se perfectionnent dans le bel art de la déclamation, c’est-à-dire dans l’art de se rendre maître des cœurs. Pour moi, je deviens sourd et aveugle de plus en plus. La ville de Genève ne me fournit presque plus d’acteurs ni d’actrices ; j’avais fait venir Lekain, qui est le meilleur comédien de Paris ; mais il a fallu bientôt le rendre à la capitale : en un mot, je crois que je ferai bientôt une grange de mon théâtre, et que j’y mettrai des gerbes de blé au lieu de lauriers.

J’avais un peu de honte de me donner du plaisir à l’âge de soixante et dix ans, mais j’ai été un peu rassuré par un vieux fou qui en a soixante et dix huit, et qui joue la comédie, étant paralytique . Il s’appelle Mauricius , c'est ne vous déplaise, un Hollandais, député des États généraux de Hambourg ; il m’a mandé qu’il jouait Lusignan dans Zaïre avec beaucoup de succès ; qu’il se faisait porter sur un brancard, et qu’en un mot on n’avait pas besoin de jambes pour jouer la comédie ; il a raison, mais on a besoin d’yeux et d’oreilles.

Je crois qu’on aura incessamment à Paris une pièce du peintre de la nature, notre cher Goldoni. Je souhaite que tous les Français soient en état de sentir tout son mérite. Vous recevrez immanquablement de moi un petit hommage avant le printemps .

Un homme qui entend parfaitement l’italien 2 me mande qu’il est extrêmement content de la pièce dont notre cher Goldoni a honoré notre théâtre.

Ah ! monsieur, si je n’avais pas bientôt soixante et dix ans, je serais bientôt à Bologna la grassa.

La riverisco di cuore 3

V.»

 

 

 

1 Le manuscrit original porte la mention « f[ran]co Milano » ; Albergati avait écrit le 9 janvier 1763 . Suite à la copie Beaumarchais-Kehl, les éditions ont des parties manquantes ou modifiées , voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-7.html

2 Voir lettre du 9 janvier 1763 à Cideville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/11/22/v... ; la pièce étant jouée en italien .

3 Bologne l'opulente . Je vous révère de tout mon cœur .

Écrire un commentaire