Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/07/2018

les justes mesures qu'il a prises, ne vous laisseront pas d'ailleurs manquer de bons matériaux

... J'ose l'espérer, chers députés réunis en congrès à Versailles, ce qui vous a permis, entre autres,  de rabrouer le président . [A noter l'insignifiant boycott des Insoumis de Mélenchon, aussi important qu'une chiure de mouche sur un tas de fumier .]

 https://www.lci.fr/politique/en-direct-suivez-le-discours...

 

 

« A monsieur l'abbé François Arnaud

de l'Académie des inscriptions

et

belles-lettres etc. 1

rue Neuve-Saint-Roch

à Paris

Au château de Ferney

par Genève 26è juillet 1763

Monsieur,

Personne ne s’intéresse plus que moi à votre journal 2, et j’ose dire à votre personne. Je sais que vous aimez les lettres autant que vous leur faites honneur. Une aussi grande entreprise que la vôtre demandait la protection d’un homme comme M. le duc de Praslin , vous rendrez un véritable service à la littérature, tandis que d’autres ne cherchent qu’à l’avilir, et à la rendre aussi ridicule qu’ils le sont eux-mêmes. Permettez que je ne vous sépare point de M. Suart, et que je vous présente tous deux les sentiments d'estime et de reconnaissance que je vous dois .

J'ai épuisé toute la Suisse pour vous faire parvenir par M. le duc de Praslin tout ce que je connaissais de ce pays-là . Je continuerai tant que ma pauvre santé me le permettra ; les justes mesures qu'il a prises, ne vous laisseront pas d'ailleurs manquer de bons matériaux . Je vous prie de me mettre au nombre de vos souscripteurs .

J'ai l'honneur d'être avec tous les sentiments que je vous dois, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire gentilhomme ordinaire du roi. »

Écrire un commentaire