Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2018

il est permis à tout citoyen d'écrire ce qu'il veut sur la religion, qu'on ne peut le condamner sans l'entendre, qu'il faut respecter les droits des hommes

... Sait-il cela celui qui a tenté d'assassiner des Londoniens hier ?

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

21è auguste [1763]

Il est bon que nos frères sachent, qu'hier, six cents personnes vinent pour la troisième fois, protester en faveur de Jean-Jacques contre le Conseil de Genève 1, qui a osé condamner Le Vicaire savoyard . Ils disent qu'il est permis à tout citoyen d'écrire ce qu'il veut sur la religion, qu'on ne peut le condamner sans l'entendre, qu'il faut respecter les droits des hommes, et on prétend que cela pourrait bien finir par une prise d'armes . Je ne serais pas fâché de voir une guerre civile pour Le Vicaire savoyard . Je ne crois pas qu'il y en ait dans Paris pour Saül et David .

J’espère que mon cher frère aura la charité de m'envoyer cette pièce édifiante que je ne connais point du tout .

Voici encore un petit mot pour M. Mariette . J'importune beaucoup mon frère, mais quand on a un certain procès contre la sainte Église, il faut bien s'adresser aux sages . J'embrasse mon sage frère .

Écr l'inf . »

1 Cette nouvelle donnée par V* est confirmée de façon précise par une mention des registres du Conseil de Genève : « Monsieur le Premier a rapporté que samedi dernier entre une et deux heures après midi le sieur Vieussieux accompagné de 25 à 26 citoyens ou bourgeois vint chez lui et lui remit un papier dont il lui fit lecture, qu'ensuite il lui dit qu'un grand nombre de citoyens étant dans les sentiments exprimés dans cet écrit viendraient chez lui ; mais successivement pour lui causer moins d’incommodité, qu'il le priait de les recevoir et qu'ils vinrent en effet successivement au nombre d'environ 450 et que ce matin, le sieur Antoine Joly avec environ trente personnes est encore venu pour appuyer cet écrit . »

Écrire un commentaire