Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/01/2019

Il voudrait que ses créanciers et ses débiteurs produisissent leurs livres devant des arbitres, et qu’on traitât les choses humainement, terme que ne connaît guère la justice

... Le fisc et les propriétaires, de nos jours, ont le même comportement , la même inhumanité . Mon cher Voltaire  mettre des gens à la rue ne les tourmente pas le moins du monde , que n'es-tu encore de ce monde pour dénoncer cette brutalité .

 

 

« A Anne-Robert-Jacques Turgot

24è janvier 1764, au château de Ferney

par Genève 1

J’ai longtemps envié, monsieur, le bonheur des parents de M. de Pourceaugnac qui ont l’agrément d’être sous vos lois 2. Je pourrais encore porter envie à ceux qui s’en vont à la Guyane, dans le pays d’Eldorado, sous M. le chevalier Turgot 3. Je sais la manière charitable et empressée dont les évêques et les abbés réguliers de France ont reçu cette colonie 4.

Je vous ai d’ailleurs envoyé un petit livre 5 pour vous amuser, et je souhaite que les gens qui aiment la lecture aient permis que ce petit livre parvînt jusqu’à vous.

Si vous vous ressouvenez, monsieur, du plaisir infini que vous m’avez fait quand vous avez bien voulu être ermite aux Délices 6, je vous demande aujourd’hui une autre grâce, qui s’accorde à merveille avec votre cœur.

Un sieur de Ladouz, négociant de vos cantons, à peu près ruiné par l’incendie de sa maison à Bordeaux, a pour rafraîchissement un procès énorme à Limoges, et pour comble de bonheur, tous ses documents sont brûlés. Il demande qu’on n’achève pas en frais et en procédures de perfectionner sa situation. Il voudrait que ses créanciers et ses débiteurs produisissent leurs livres devant des arbitres, et qu’on traitât les choses humainement, terme que ne connaît guère la justice. Quel autre arbitre, quel autre juge humain pourrait-il avoir que vous ?

J’ose vous demander en grâce, monsieur, d’engager les Limousins à vous laisser le maître de cette affaire . Ayez cette pitié pour un pauvre diable d’incendié ; je ne connais point de meilleur onguent pour la brûlure que d’être entre vos mains.

J’imagine que vous n’avez guère d’autres plaisir à Limoges que celui d’y faire du bien. Mais pourquoi avez-vous eu la cruauté de n’être pas intendant de Bourgogne 7 ? Quand vous serez à Paris, j’emploierai votre protection pour obtenir une place de quinze-vingts ; car je perds les deux yeux, comme le vieux Tobie, et le fiel des poissons du lac de Genève ne me rendra pas la vue. C’est pourquoi je vous certifie d’une autre main que de la mienne les tendres et respectueux sentiments que j’aurai pour vous, jusqu’à ce que mon curé, avec lequel je suis en procès, ait le plaisir de m’enterrer.

V.»

1 D'après une copie du XIXè siècle . L'original conservé à la bibliothèque municipale de Falaise a été détruit pendant la seconde guerre mondiale . On a ici le texte de l'édition Lettres inédites .

2 Turgot est alors intendant à Limoges .

3 Etienne-François Turgot , frère de Anne-Robert-Jacques Turgot a été nommé gouverneur général de Cayenne .

4 Choiseul embarrassé par quelques milliers de colons, surtout alsaciens, qu'il avait recrutés pour la nouvelle colonie de la Guyane, avait demandé aux évêques de les héberger et d'essayer de les utiliser . Sa requête a eu peu de succès ; voir sa lettre du 27 novembre 1763 à V* .

5 Traité sur la tolérance .

6 En novembre 1760 ; voir lettre du 26 octobre 1760 à Turgot : « Vous arrivez, monsieur, dans ma chapelle de village quand la messe est dite . Mais nous la recommencerons pour vous . Cette chapelle est un théâtre de polichinelle où nous jouons des pièces nouvelles avant qu'on les abandonne au bras séculier de Paris. » 

7 Ferney dépend de la généralité de Dijon .

Commentaires

Que votre article me parle, Mister James !!! et vous savez pourquoi...

Merci de mettre ce problème en avant.

Il est sûr que l'époque n'est plus au temps de Voltaire où il recevait les miséreux et leur offrait la soupe et une petite pièce !

Vous nous manquez grandement, Monsieur de Voltaire.

Écrit par : LOVEVOLTAIRE | 31/01/2019

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire