Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/02/2019

De tous les contes j'ai choisi le plus court et le plus philosophique pour l 'envoyer à mon cher frère . Les dames n'y entendront rien

... Misogynie ? Non point .  Réalité ? pourquoi pas . Provocation ? possible .

Remarquez , distingo, le "les dames" et non un "les femmes", subtile distinction bien dans le style de maître Voltaire .

 Image associée

Qu'en dit la "Dame de fer" ?

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

6è février 1764 1

De tous les contes j'ai choisi le plus court et le plus philosophique pour l 'envoyer à mon cher frère . Les dames n'y entendront rien, mais les philosophes devineront plus qu'on ne leur dit .

Je suppose à présent tout tranquille, ce qui est bien triste pour des Français ; il ne s'agit plus que des plaisirs qu'ils peuvent goûter à la Comédie-italienne, ou à Idoménée 2. Qu'est-ce que c'est que cette Idoménée ? l'a-t-on jouée ? cela vaut-il mieux que celle de Crébillon 3?

Je n'entends point parler du terrible ouvrage du lourd Crevier contre Montesquieu 4, ni du livre intitulé, Les Fonctions du parlement 5. Si frère Thieriot veut bien m'envoyer ces livres à l'adresse de M. Camp à Lyon par la diligence, il me fera plaisir .

Au reste, Thélème ne doit trouver place que dans un petit recueil que les gens de bien feront un jour . L'ouvrage est trop petit et trop sage pour être imprimé séparément . Je prie mon frère de vouloir bien faire parvenir l'incluse à frère Du Molard au Gros-Caillou . Frère Du Molard est un bon cacouac.

Et sait du grec, Madame, autant qu'homme de France .6

Mes compliments aux frères . Écr l'inf . »

1 Copie par Wagnière ; l'édition de Kehl fond des fragments de cette lettre avec une phrase de la lettre du 1er février et de celle du 3 février 1764 .

6 Les Femmes savantes, III, 5, de Molière . Sur les cacouacs, voir lettre 5 janvier 1758 à Thieriot : « Ils [les jésuites] font précéder ce grand ouvrage [La Religion vengée] d'une satire allégorique assez ingénieuse et assez piquante dans laquelle ils vous appellent des Kakouacs, d'après le mot grec Kakos, méchant, et tâchent de vous rendre aussi odieux qu'il leur est possible . » ; voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1758-partie-1-116903065.html

Écrire un commentaire