Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/05/2019

Maman m’a proposé de mettre le feu au château et de tout abandonner. Ce serait en effet un parti fort agréable à prendre, surtout après m’être ruiné à embellir cette terre ; mais je crois qu’un bel arrêt du Conseil vaudrait bien mieux

... Mme Denis, gilet jaune ou même Black Bloc avant l'heure ? Ouf ! elle a un alibi pour le 15 avril .

Heureusement pour nous la raison voltairienne l'a emporté .

Résultat de recherche d'images pour "Maman m’a proposé de mettre le feu au château"

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

10è avril 1764 1

Mes divins anges, voilà le tripot fermé : il ne vous revient plus qu’un quatrième acte des roués, que je vous enverrai quand il vous plaira ; et ce sera à vous à me dire comment j’en dois user avec les ambassadeurs de France à Turin . C’est une affaire d’État dans laquelle je ne puis me conduire que par vos instructions et par vos ordres. Mais une affaire d’État plus considérable, que nous mettons plus que jamais, maman et moi, à l’ombre de vos ailes, c’est cette fatale dîme pour laquelle on recommence vivement les poursuites. Nous allons être à la merci d’un prêtre ivrogne, notre terre va être dégradée, tous les agréments dont nous jouissons vont être perdus, si M. le duc de Praslin n’a pas pitié de nous. Cette affaire est enfin portée sur le rôle, et elle est la première pour la rentrée du  parlement : on dépouillera le vieil homme 2 à la Quasimodo. Maman m’a proposé de mettre le feu au château et de tout abandonner. Ce serait en effet un parti fort agréable à prendre, surtout après m’être ruiné à embellir cette terre ; mais je crois qu’un bel arrêt du Conseil vaudrait bien mieux, et je l’espérerai jusqu’au dernier moment. Nous vous demandons en grâce de vouloir bien nous dire sur quoi nous pouvons compter, et ce que nous devons faire.

Je n’ai point reçu de nouvelles de M. le maréchal de Richelieu touchant son bellâtre de Bellecour 3 ; mais je vous avoue que j’ai toujours du faible pour le Droit du Seigneur, et que je serais curieux d’apprendre qu’il aura été joué, à la rentrée, par Grandval. Est-il possible que vous n’ayez que Lekain pour le tragique, et qu’il soit si difficile de trouver des acteurs ? Cela décourage des jeunes gens comme moi, et je crains bien d’être obligé de renoncer au théâtre à la fleur de mon âge.

 Je suis bien touché et bien reconnaissant des cinq ou six lignes encourageantes que vous aviez fournies à M. de Chimène, pour son beau discours de la clôture ; si vous le jugez à propos , mes anges, vous lui ferez tenir la réponse que je fais à sa lettre 4 ; et à la manière discrète dont il en a usé .

Si vous le jugez à propos aussi, vous brûlerez, ou vous communiquerez à l’abbé Arnaud, le petit mémoire ci-joint. J’ai cru que ces discussions littéraires pourraient quelquefois piquer la curiosité  du public, que le simple énoncé des ouvrages nouveaux n’excite peut-être pas assez. Si l’on ne peut faire nul usage de ces mémoires, il n’y aura de mon côté qu’un peu de temps perdu, et beaucoup de bonne volonté inutile. Il est difficile d’ailleurs de rencontrer de si loin le goût de ceux pour qui l’on travaille.

Respect et tendresse.

V. »

1 La copie Beaumarqhais-Kehl supprime le 3è paragraphe, suivie par les éditions .

3 Bellecour que le public sifflait , voulait jouer le rôle d'Olban dans le Droit du Seigneur .

4 Lettre perdue .

Écrire un commentaire