Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/10/2019

Ce qu'il y a de cruel c'est que les empoisonneurs sont récompensés, et les bons médecins persécutés

...

 

« A Etienne-Noël Damilaville

24è auguste 1764 1

Mon cher frère, je reçois votre lettre du 15 . J'espère que vous verrez bientôt le Genevois anglais 2 qui vous apportera le paquet, à moins qu'il ne soit dévalisé par Belzébuth .

Je vous garderai assurément le secret sur ce que vous me mandez du secrétaire 3. Ce n'était pas ainsi qu'en usaient les premiers fidèles . Pierre et Paul se querellèrent, mais ils n'en contribuèrent pas moins à la cause commune . Quand je songe quel bien nos fidèles pourraient faire s'ils étaient réunis le cœur me saigne .

Je n'ai assurément nulle envie de lier aucun commerce avec le calomniateur 4; j'ai été bien aise seulement de vous informer qu'il commençait à se repentir .

Je sens bien qu'on aurait pu faire un ouvrage plus instructif que la lettre de Sainmore 5, mais il importe fort peu qu'on se charge d’éclairer les hommes sur de mauvais vers, sur des pensées alambiquées et fausses ; sur des personnages qui ne sont point dans la nature ; sur des amours bourgeoises et insipides ; c'est contre des erreurs plus importantes et plus dangereuses qu'il faudrait leur donner du contrepoison . Ce qu'il y a de cruel c'est que les empoisonneurs sont récompensés, et les bons médecins persécutés . Ne pourrai-je jamais faire avec vous quelque consultation ? Vous avez d'excellents remèdes, mais nos malades sont comme Pourceaugnac qui voulait battre son médecin 6.

Adieu, ne nous rebutons pas, nous avons fait quelques cures, et c'est de quoi nous consoler . Courage, écr l'inf. »

1 L'édition de Kehl , d'après une copie Beaumarchais, est un amalgame de deux versions abrégées de la présente lettre et de celle du 7 septembre 1764, suivie par les autres éditions .

3 Pinot Duclos .

4 Palissot ; voir sa lettre à V* du 9 août 1764 , écrite en termes conciliants mais fermes . Il écrit notamment , à propos de Diderot, de Marmontel et d''autres « philosophes » : « J'avoue cependant que j’aimerais encore mieux me réconcilier avec quelques uns de ces messieurs qu'avec certains anti-philosophes . Mais pour rien au monde, je ne voudrais admettre à ma communion les écrivains scandaleux qui ont osé, dans une fougue imprudente, saper tous les fondements de la morale et de nos devoirs naturels . Il est possible, à la vérité, que le fanatisme et la superstition ne soient pas moins horribles ; mais les excès d’un parti ne justifient pas ceux de l'autre . »

Écrire un commentaire