Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/01/2020

Je sais très bien, qu’un grand ministre peut faire un détestable ouvrage, même en politique

... Que dire alors de ministres minus habens ? L'espèce n'est pas en voie de disparition, pas même menacée , et les libraires ont bien du mal à écouler leurs productions oiseuses . Ils rejoignent la cohorte des anciens présidents donneurs de leçons à la petite semaine . Il est bien triste qu'on abatte des arbres pour eux .

https://www.lepoint.fr/politique/que-valent-les-romans-ec...

 

 

« A Pierre-Joseph Thoulier d'Olivet, de

l'Académie française, etc.

à Paris

27è novembre 1764

Mon cher maître, non agitur de verbis, sed rebus 1 Je veux que vous me disiez nettement si vous avez rien vu de plus mauvais que ce testament tant vanté par La Bruyère 2. Je sais très bien, qu’un grand ministre peut faire un détestable ouvrage, même en politique. Il ne faut pas être un grand génie pour faire couper le cou au maréchal de Marillac 3, après l’avoir fait juger à Rueil par des fripons en robe vendus à la faveur ; Cartouche en aurait fait autant. Mais pour écrire sur les finances et sur le commerce, on a besoin de connaissances que le cardinal de Richelieu ne pouvait avoir. Je tiens qu’il n’en savait pas assez pour débiter toutes les bêtises qu’on lui attribue.

Au reste, mon cher maître, condamnez-moi si vous voulez sur inconvenance 4 et marginer 5 ; j’aime ces deux mots qui sont expressifs et qui nous sauvent d’une circonlocution. Inconvenance n’est pas Disconvenance ; on entend par disconvenance des choses qui ne se conviennent pas l’une avec l’autre ; et j’entends par inconvenance des choses qu’il ne convient pas de faire. Vous direz que je suis bien hardi ; je vous répondrai qu’il faut l’être quelquefois.

Vivez, vous dis-je, moquez-vous de tout ; vous êtes plus jeune que moi, car vous avez des yeux, et je n’en ai plus. Madame Denis se souvient toujours de vous avec bien de l’amitié ; elle vous fait mille compliments. Nous menons une vie agréable et tranquille avec l’héritière du nom de Corneille et un de vos jésuites défroqués, nommé Adam, qui nous dit tous les dimanches la messe, que je n’entends jamais, et à laquelle il n’entend rien, non plus que vous 6. Vivent Cicéron et Virgile ! Vivez, vale. 

V.»



1 Il ne s'agit pas de mots mais de choses .

2 Voir en effet le Discours prononcé dans l'Académie française par La Bruyère, vers le début : http://www.academie-francaise.fr/discours-de-reception-de-jean-de-la-bruyere-et-preface

5 Le mot apparaît aussi dans cet ouvrage ; V* s'en est servi dès 1761 ; voir lettre du 14 septembre 1761 à Pinot Duclos : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/08/19/il-faut-etre-juste-mais-il-faut-etre-poli-et-dire-la-verite-5837919.html

6 Ces quatre mots ont été fortement biffés sur le manuscrit .

Écrire un commentaire