Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2022

Il est impossible que les moyens de force que l'on emploie pour châtier un pays quelconque ne soient injustes pour quelques particuliers ; il est difficile que quelques coupables n'évitent dans les commencements le châtiment général

... Paroles de ministre tout à fait actuelles quand on voit certains oligarques russes qui échappent aux mesures de rétorsions décidées contre eux par moult pays . Puissent ces complices de Poutine perdre de leur superbe et leurs fortunes mal acquises .

 

 

« A Charles-Frédéric-Gabriel Christin fils

Avocat en parlement

à Saint-Claude

Franche-Comté

Mon cher avocat philosophe, il y a plus de cent lieues malheureusement de Saint-Claude à Ferney, et le chemin ne raccourcira pas de sitôt . On dit que vous avez reçu pour moi un gros paquet de livres d'envois de ce pauvre Fantet . Je vous supplie de l'ouvrir, de lui renvoyer sa matière médicale en dix volumes dont je n'ai que faire . Il y a là de quoi empoisonner un royaume . Je me contente de ma casse, et je ne veux pas d'autre remède .

Nous sommes toujours assiégés par les troupes de S .M. et pour punir les Genevois, on nous réduit à la plus extrême disette .

Mme Denis et moi, nous vous faisons les plus sincères compliments .

V.

A Ferney , 23è janvier 1767 1. »

1 L'édition de Kehl, suivant la copie Beaumarchais, mêle des extraits de quatre lettres : la présente , celle du 5 février 1767, du 2mars 1767 et une autre de l'été 1767, pour n'en faire qu'une datée du 25 février 1767 : http://www.monsieurdevoltaire.com/2015/04/correspondance-... 

Le même jour, le chevalier de Jaucourt écrit à Choiseul de Seyssel : « M. de Voltaire m'écrit, monsieur le duc et m'assure qu'il ne brûle plus que de la chandelle, et que si vous ne lui accordez pas un passeport, pour envoyer à Genève chercher des provisions, on ne mangera plus chez lui que de la vache . Il me semble que cette grâce-là ne peut tirer à aucun inconvénient. »

Mais Choiseul a déjà écrit à V* le 19 janvier 1767 : « Il est impossible que les moyens de force que l'on emploie pour châtier un pays quelconque ne soient injustes pour quelques particuliers ; il est difficile que quelques coupables n'évitent dans les commencements le châtiment général ; mais , à la longue, l'objet se remplit, et je vous assure que dans trois mois d'ici il y aura peu de provisions dans Genève, et que dans un an il n'y en aura plus, si les choses restent au point où elles en sont . Pour ce qui nous regarde, je mande au chevalier de Jaucourt de vous procurer les commodités, aisances, comestibles, dont vous aurez besoin, et de faire pour vous une exception à la règle générale, parce que vous êtes excepté infiniment dans mon cœur . »

Écrire un commentaire