Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/11/2016

j'ai l'honneur de vous demander trois tonneaux de vin, deux de bon vin ordinaire et un d'excellent, le tout en bouteilles ; bien potable, bien gardable ; et surtout très peu cher

... Le jour des primeurs s'approche, aussi faut-il anticiper quand on est disciple de Bacchus . Je crains cependant que le "très peu cher" ne soit pas de mise, les vignerons n'étant pas philanthropes , plutôt souvent soucieux d'écouler tout, jusqu'à la dernière goutte , au prix fort . 

façade est cep de vigne.jpg

Et vous, buveurs d'eau, grenouilles de bénitier, lachez-moi la grappe !

 

 

 

« A Antoine-Jean-Gabriel Le Bault

A Ferney pays de Gex par Genève

4 novembre 1761 1

Monsieur, j'ai l'honneur de vous demander trois tonneaux de vin, deux de bon vin ordinaire et un d'excellent, le tout en bouteilles ; bien potable, bien gardable 2; et surtout très peu cher, attendu que M. le président De Brosses m'a ruiné, et qu'il faut que le premier conseiller du parlement répare les torts d'un 3 président .

Ayez la bonté de lire ma lettre à M. De Brosses 4, et jugez sur votre honneur et sur votre conscience .

C'est en honneur et en conscience que je serai toute ma vie, monsieur, avec les sentiments les plus respectueux votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. »

1 V* avait d'abord daté 1751, puis corrigé .

2 Gardable est un néologisme, tout naturel en parlant de vin de Bourgogne .

3 Du premier remplacé sur le manuscrit par d'un .

4 Selon le premier éditeur, une copie de la lettre du 20 octobre 1761 à De Brosses était jointe à la présente . De son côté Foisset remarque en note : « M. Le Bault n'ayant pas répondu à la lettre [de V* du 30 septembre 1761 : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/09/11/pour-vous-amuser-pendant-les-vendanges-souffrez-que-je-vous-5846554.html ] , Voltaire essaierait-il de se le rendre favorable par une demande de vins ? » . Voir lettre du 12 novembre à Le Bault : « Je ne vous demande du vin monsieur, qu'en cas que vous en ayez de semblable à celui que vous m'avez envoyé les premières années . »

 

Écrire un commentaire