Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2017

je dis mon pays, car je n’en ai point d’autre

... Ô France frontalière qui m'a vu naître, tu m'as appris que les frontières sont le fait de commerçants plus que de seigneurs et de gouvernements . Un trait pointillé ou continu sur une carte, un seul pas pour la franchir sous l'oeil de la police et du douanier, voilà ce qui énervait particulièrement mon père-grand qui rêvait d'une terre sans frontières autres que naturelles, océans, fleuves infranchissables, montagnes itou .  Ce n'est pas, hélas, pour demain la veille que le souhait de mon aïeul se réalisera .

 Résultat de recherche d'images pour "monde sans frontière"

 

 

 

« Au cardinal François-Joachim de Pierre de Bernis

A Ferney par Genève 5 mars 1762 1

Oui, monseigneur, ceux qui disaient, quand vous fûtes ministre pour trop peu de temps, celui-là du moins sait lire et écrire, avaient bien raison. Votre Éminence daigne se souvenir de Cassandre, et me donne un excellent conseil 2, que je vais sur-le-champ mettre en pratique. Vous jugez encore mieux Cinna . Rien n’est mieux dit : c’est plutôt un bel ouvrage qu’une bonne tragédie 3. Je souscris à ce jugement. Nous n’avons guère de tragédies qui arrachent le cœur ; c’est pourtant ce qu’il faudrait.

Vous savez peut-être ce qui arriva à Tancrède, il y a huit ou dix jours . Je ne dis pas que ce Tancrède arrache l’âme, ce n’est pas cela dont il s’agit . Il y a des vers ainsi tournés :

On dépouille Tancrède, on l’exile, on l’outrage ;

C’est le sort d’un héros d’être persécuté.

Tout le monde battit des mains, on cria Broglie , Broglie , maréchal de Broglie et les battements recommencèrent ; ce fut un bruit, un tapage, dont les échos retentirent jusqu’au château où les deux frères vont faire du cidre 4. Si les voix des gens qui pensent étaient entendues, les échos de Montélimar feraient aussi bien du bruit. Je fais une réflexion en qualité d’historiographe : c’est que pendant quarante ans, depuis l’aventure du marquis de Vardes 5, Louis XIV n’exila aucun homme de sa cour ...

Pour vous, monseigneur, vous avez un grand umbrello 6 d’écarlate qui vous mettra toujours à couvert de la pluie . Vous aurez toujours la plus grande considération personnelle. Une chose encore qui met votre âme bien à son aise, c’est que tous les hasards sont pour vous, et qu’il n’y en a point contre . Votre jeu, au fond, est donc très beau.

A propos de hasards, la ville de Genève, qui est celle des nouvellistes, dit que la Martinique est prise 7, et que Pierre III est d’accord avec Frédéric III ; et moi je ne dis rien, parce que je ne sais rien, sinon qu’il fait très froid dans l’enceinte de nos montagnes, et que je suis actuellement en Sibérie. Mon pays est pendant l’été le paradis terrestre ; ainsi je lui pardonne d’avoir un hiver, je dis mon pays, car je n’en ai point d’autre 8. Je n’ai pas un bouge à Paris, et on aime son nid quand on l’a bâti. La retraite m’est nécessaire, comme le vêtement. J’y vis libre, mes terres le sont, je ne dois rien au roi. J’ai un pied en France, l’autre en Suisse . Je ne pouvais pas imaginer sur la terre une situation plus selon mon goût. On arrive au bonheur par de plaisants chemins. Ce bonheur serait bien complet, si je pouvais faire ma cour à Votre Éminence. Je la quitte pour aller faire une répétition sur notre théâtre (et très joli théâtre ), d’une comédie de ma façon. Ah ! si vous étiez là, comme nous vous ferions une belle harangue, recreati sacra presentia !9 J’ai le cœur serré de vous présenter de loin mon très tendre et profond respect.

V. »

1 V* avait commencé à écrire f[évrier ?]

2Voir lettre au duc de Villars du 25 mars 1762 : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-...

3 En fait c'est V* qui avait tenu ce propos à Bernis ainsi que celui-ci le lui rappelle dans une lettre du 25 février 1762 : « En disant que Cinna est plutôt un bel ouvrage qu'une bonne tragédie, vous avez tout dit . » A propos de Cassandre, Bernis écrivait : « […] en revoyant votre tragédie vous ferez bien de fonder encore davantage l'amour d'Olympie pour Cassandre ; il faut que cet amour soit d'une bonne constitution pour résister à la révélation de tant de crimes ; ainsi je crois nécessaire d'établir que Cassandre a sauvé la vie à Olympie au péril de la sienne, dans un âge où elle ait pu en conserver la mémoire, qu'elle se rappelle cet événement avec reconnaissance, qu'elle le raconte à sa mère, que Cassandre insiste sur ce service, quand il n'a plus d'autres droits à faire valoir […] on pardonnera à Olympie d'aimer un homme à qui elle doit la vie, et de se tuer quand l'honneur lui défend de l'épouser . En un mot elle sera plus intéressante. »

4 Broglie est en Normandie pays du cidre .Voir : http://maisondebroglie.com/chateau-de-broglie-eure/

5 Vardes, qui avait calomnié des personnes de la cour, fut arrêté le 30 mars 1665 et emprisonné . Voir Le Siècle de Louis XIV chap. XXV : http://c18.net/vo/vo_textes_siecle.php?div1=25 .

6 Ce mot italien d'où est venu ombrelle, désigne l'espèce de parapluie qu'on tenait au dessus de la tête des cardinaux dans les cérémonies .

7 Le contre-amiral Georges Brydges Rodney et le major général Robert Monckton avaient obtenu la reddition de La Martinique le 12 février ; l'île fut restituée à la France l'année suivante par le traité de paix . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/George_Brydges_Rodney

et : http://www.biographi.ca/fr/bio/monckton_robert_4F.html

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Invasion_de_la_Martinique_(...)

8 Bernis concluait (dans sa lettre du 25 février) : « […] je ris comme un fou quand je songe que vous êtes destiné à vivre en Suisse et moi à habiter un village . »

9 Ranimés par votre auguste présence .

 

Écrire un commentaire