Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/02/2017

c'est à l'emprunteur de venir chercher le prêteur

... Valable au XVIIIè siècle ; on ne connaissait pas encore le racolage que font les banquiers actuels pour attirer le client, englué, qui va mal dormir pendant un bon laps de temps .

 Le costume a changé, mais l'état d'esprit est toujours, toujours le même .

 

 

« A Ami Camp

5è mars 1762

Je vous supplie, mon très aimable correspondant, de vouloir bien mander à votre mari, qu'il ne se donne pas la peine de chercher M. d'Albertas ; c'est à l'emprunteur de venir chercher le prêteur . Au reste, si un homme qui a quatre-vingts mille livres de rente est obligé de s'adresser au pays de Gex pour deux mille écus, les gens du pays de Gex doivent être un peu surpris, et très peu empressés .

Nous jouons samedi une pièce nouvelle 1. Cela est plus agréable que de prêter de l'argent à des premiers présidents de la chambre des comptes .

Je vous souhaite cent fois plus de succès dans vos affaires sérieuses, que nous n'en aurons dans nos plaisirs . »

1 Samedi, donc le lendemain ; Du Pan écrit le 8 mars 1762 à Freudenreich en rendant compte de la fête : « Avant hier M. de Voltaire donna une très belle fête à son château de Ferney . Il y eut environ soixante dames et cent hommes . L'assemblée se forma entre six et sept heures du soir . On servit des rafraichissements . Ensuite on passa au théâtre où l'on entendit représenter la comédie intitulée L’Écueil du sage . Voltaire jouait un des principaux rôles . M. et Mme d'Hermenches et M. de Saint-Cierge chantèrent un opéra-comique pour servir de petite pièce . L'orchestre était excellent ; ce plaisir dura jusqu'après onze heures ; quand on fut rentré dans les salles du château, les jeunes gens se mirent à danser pendant que les acteurs changeaient d'habit, à minuit on alla souper . Il y avait une table de soixante couverts, une autre de trente et plusieurs petites, on eut abondamment de toutes sortes de viandes froides, de bons vins, etc., à deux heures on se remit à danser jusqu'à six, que chacun remonta en carrosse pour retourner chez soi bien content. »

 

 

Dans la même veine ... parlons d'argent ( la parole étant d'argent, je crains bien d'avoir écrit un pléonasme )

Quentin Massys 001.jpg

François, et Pénélope en plein travail (parlementaire ?! )

Écrire un commentaire