Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2017

Adieu, monsieur, conservez-moi des bontés dont je sens tout le prix

... Aurait déclamé Marine Le Pen -décidément très vieille France- en raccompagnant un Dupont-Aignan-gnan,  en mal de reconnaissance et prêt à se vendre (au sens propre si j'ai bien compris la manoeuvre, les frais de la campagne lui restant sur le dos), et qui de Debout la France se retrouve à genoux , quelle gloire ! Du coup, je ne sais plus lequel des deux je dois prendre pour Perrette au pot au lait ( se répartissant le jack pot avant de l'avoir gagné ) tant je les trouve imbéciles , et plus encore magouilleurs de la pire espèce sous une franchise de façade . 

Et que dire du Jean-Luc, cocu et pas content, boudeur,  insoumis jusqu'à la déraison, incapable de décider un vote utile pour cette France qu'il se targuait de mener vers un avenir lumineux ? Peut mieux faire !

  Résultat de recherche d'images pour "je sens tout le prix humour marine le pen dupont aignan"

Ô mon Nicolas, tu es éblouissant !

 

 

« A François-Achard Joumard Tison, marquis d'Argence

à son château

près d'Angoulême .

11è juin 1762

Vous avez dû recevoir, monsieur un ouvrage fort curieux 1, et qui peut servir de commentaire à celui que vous lisez actuellement 2, ou plutôt que vous ne lisez plus . Car tout admirable qu'est ce livre, il lasse un peu à la fin, et l'uniformité des beautés ennuie .

J'ai rattrapé un peu de santé, et j'en ai grand besoin pour porter le fardeau insupportable des dernières pièces de Corneille . Je ne peux encore vous envoyer celle que nous avons jouée, nous n'avons fait que l’essayer . C'est une pièce presque toute de spectacles, et qui exige une vingtaine d'acteurs . Notre théâtre est si joliment entendu, qu'on y pourrait jouer l'opéra .

Voici une petite lettre assez curieuse 3, qui ne grossira pas trop le paquet, et qui pourra vous amuser . Il y a une affaire horrible à Toulouse, produite par le plus affreux fanatisme . Vous en entendrez bientôt parler si vous ne le savez déjà . Adieu, monsieur, conservez-moi des bontés dont je sens tout le prix .

V. »

1 Probablement le Testament de Jean Meslier ; voir lettre du 8 février 1762 à Damilaville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/01/30/que-socrate-platon-lucrece-epictete-marc-antonin-julien-bayl-5904903.html

2 Si la note 1 est juste, il s'agit cette fois de la Bible .

3 Lettre qui n'est pas connue .

 

Écrire un commentaire