Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/06/2017

Combattons contre nous-mêmes jusqu’au dernier moment . Chaque victoire est douce

... Il s'agit ici de combats et victoires personnels, intimes, et non électoraux , où les combats fratricides sont courants et où les victoires ont un goût aigre . 

 Résultat de recherche d'images pour "chaque victoire est douce"

 

 

« Au cardinal François-Joachim de Pierre de Bernis

21 juillet 1762 aux Délices

Lisez cela 1, monseigneur, je vous en conjure, et voyez s’il est possible que les Calas soient coupables. L’affaire commence à étonner et à attendrir Paris, et peut-être s’en tiendra-t-on là. Il y a d’horribles malheurs qu’on plaint un moment et qu’on oublie ensuite. Cette aventure s’est passée dans votre province ; Votre Éminence s’y intéressera plus qu’un autre. Je peux vous répondre que tous les faits sont vrais ; leur singularité mérite d’être mise sous vos yeux.

Cette tragédie ne m’empêche pas de faire à Cassandre toutes les corrections que vous m’avez bien voulu indiquer . Malheur à qui ne se corrige pas soi et ses œuvres ! En relisant une tragédie de Mariamne, que j’avais faite il y a quelque quarante ans, je l’ai trouvée plate et le sujet beau . Je l’ai entièrement changée . Il faut se corriger, eût-on quatre-vingts ans . Je n’aime point les vieillards qui disent , j’ai pris mon pli. − Eh ! Vieux fou, prends-en un autre ; rabote tes vers, si tu en as fait, et ton humeur, si tu en as . Combattons contre nous-mêmes jusqu’au dernier moment . Chaque victoire est douce. Que vous êtes heureux, monseigneur ! Vous êtes encore jeune 2, et vous n’avez point à combattre.

Natales grate numeras ? ignoscis amicis ?3

E per fine bacio il limbo della sua sacra porpora.4

V. »

 

1Suivant les éditions antérieures il s'agirait de l'Histoire d’Élisabeth Canning , or en fait cet ouvrage n'avait pas encore été publié . Il doit donc s'agir des Pièces originales concernant les Calas dont il est question dans la lettre du même jour à Ruffey  et pour l'édition de Paris dans la lettre du 26 juillet 1762 à Damilaville ;voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1762-partie-21-123088947.html

2 Bernis, né en 1715 n'avait donc que 47 ans .

3 Comptes-tu sans chagrin les anniversaires ? Pardonnes-tu à tes amis ? ; Horace, Épîtres, II, 210 .

4 Et pour finir je baise le limbe de votre pourpre sacrée .

 

Écrire un commentaire