Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/11/2017

il faut qu'il mette du vin dans son eau

... ceci étant , un voleur a , selon ses goûts , préféré y mettre du whisky en belle quantité et excellente qualité, ne voulant pas faire comme ceux qui , revenant d'outre-tombe, ont choisi trois cents bouteilles de grands crus de vin . Ils sont pour le vol sans modération , auront-ils la gueule de bois avant de finir en taule ? S'ils ont volé, c'est qu'ils ont des acheteurs, et je ne serais pas surpris si ces derniers sont de pays où l'alcool est prohibé . On tient le pari ?

http://www.20minutes.fr/paris/2168787-20171114-paris-vole...

http://www.20minutes.fr/paris/2123355-20170829-paris-voleurs-passent-catacombes-derobent-250000-euros-bouteilles-vin

 Image associée

 

Ah ! c'est le pied !

C'est au pied du mur qu'on trouve le maçon et c'est au pied du verre qu'on trouve le pochtron !

 

 

«A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

A Ferney, 5 janvier 1763 1

O mes anges ,

Ce n’est pas ma faute, si on m'a mandé que l'auteur d'Eponine 2 aimait le bon vin . Je lui fais réparation d'honneur, et je crois que vous l'avez mis à l'eau d'Hippocrène . Mais il faut qu'il mette du vin dans son eau .

Ce n'est pas non plus ma faute si nous avons cru, madame Denis et moi, que vous vous intéressiez au demi-philosophe qui est arrivé sous vos auspices, qui nous a dit venir de votre part, et qu’il fallait conclure subito, allegro, presto, qu’il n’attendait qu’une lettre de son père, et que cette lettre viendrait dans trois jours . Le père est l’homme du monde qui dépense le moins en papier et en encre . Il y a un an qu’il n’a écrit à monsieur son fils. Il lui faisait une pension de mille livres avant d’avoir payé sa compagnie, et, depuis ce temps, il lui retranche sa pension. Ce fils n’a donc que sa compagnie qu’on va réformer, trois chevaux que nous nourrissons, et des dettes. La philosophie est quelque chose, je l’avoue . Mais cette philosophie est celle de M. de Valbelle 3 et de Mlle Clairon, qui ont imaginé d’envoyer le capitaine faire main-basse sur la recette des souscriptions, recette qui n’est pas prête, comme je l’ai mandé à mes anges. Je ne crois donc pas que je puisse lui dire : Mettez-vous là, mon gendre, et dînez avec moi 4. Tout cela ne laisse pas d’être triste, parce qu’on sait tout, et que cette aventure peut aisément être tournée en ridicule par les malins, dont le nombre est grand.

Je vous ai répondu sur les souscriptions, et je vous ai exposé notre état .

Nous prendrons en attendant une petite somme pour envoyer au père et à la mère .

J'ai répondu sur tous les articles concernant mon tripot . J'ajoute que je crois avoir prié M. de Chauvelin de vous envoyer Le Droit su seigneur et que je crois encore qu'il y a des changements assez considérables .

Vous croyez donc que je vais aux Délices, et que je suis assidu auprès de M. le duc de Villars ? Je suis assiégé par quatre pieds de neiges à perte de vue, et je la fais ranger pour transporter des pierres. Je me console d’ailleurs de mes quatre pieds autour de moi, en considérant les délices de la Suisse, qui consistent, comme vous savez, en quarante lieues de montagnes de glace qui forment mon horizon hyperboréen. Le duc de Villars a quitté les Délices . Tout auprès de son juge il s’est venu loger,5 dans une maison assez convenable à un valet de chambre retiré du monde. Il vient quelquefois dîner à Ferney ; mais, tant que j’aurai mes neiges, je n’irai point chez lui. Je suis d’ailleurs très malingre, et assurément plus que lui, malgré ses convulsions de Saint-Médard . Et observez qu’il n’a que soixante ans, et que j’en ai bientôt septante 6, quoi qu’on die 7.

O mes anges ! tant que mon vieux sang circulera dans mes vieilles veines, mon cœur sera à vous. Mais, à présent, comment renvoyer notre jeune soudard au milieu des glaces et des neiges ? Savez-vous bien que cela est embarrassant ? Tout ce qui m’arrive est comique ; Dieu soit béni ! Je remercie M. Deparcieux 8, et je n’ai que faire de lui pour savoir que la vie est courte.

Pour ce nigaud de Laugeois, neveu de Laugeois, vous pouvez avoir la bonté de m’envoyer son rabâchage davidique 9, en deux envois, contre-signés duc de Praslin. Je mettrai sa prose à côté des chansons hébraïques 10 de Lefranc de Pompignan. Voulez-vous bien présenter mes respects et souhaiter de bonnes fêtes à M. le duc de Praslin ? Comment peut-il travailler avec sa mauvaise santé ? Est-elle meilleure ? Pour Dieu favorisez moi du mémoire incendié du président au mortier  11! Portez-vous bien, mes anges ; c’est le grand point.

Respect et tendresse.

V.»



1 L'édition de Kehl et suivantes selon la copie Beaumarchais omettent des passages : voir http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/05/correspondance-annee-1763-partie-1.html

2 Chabanon, dont la pièce jouée au Théâtre-Français le 6 décembre 1762 n'a eu que deux représentations .

3 Joseph-Alphonse-Omer , comte de Valbelle, amant de Mlle Clairon .Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph-Alphonse-Omer_de_Valbelle

4 Mots prononcés par Mme Jourdain dans Le Bourgeois gentilhomme, III, 12 .

5 Réminiscence Plaideurs, de Racine, I, 5 ; le « juge » est ici le docteur Tronchin .

6 Septante est encore utilisé et répandu dans la région lyonnaise comme en Suisse et en Belgique .

7 Réminiscence des Femmes savantes, III, 2 .

8 Antoine Deparcieux avait sans doute envoyé à V* son Mémoire lu à l'assemblée publique de l'Académie royale des sciences, le samedi 13 novembre 1762, édité en 1763, concernant les moyens de fournir de l'eau à Paris, ainsi que son Addition à l'Essai sur les probabilités de la durée de la vie humaine, 1760, dont V* se souviendra dans L'Homme aux quarante écus . L'Essai original a été publié en 1746 . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine_Deparcieux_(1703-1768)

et : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6208520n/f5.image

et : https://books.google.fr/books?id=2xIH7EgOWc8C&pg=PA23&lpg=PA23&dq=Antoine+Deparcieux+Addition+%C3%A0+l%27Essai+sur+les+probabilit%C3%A9s+de+la+dur%C3%A9e+de+la+vie+humaine,+1760&source=bl&ots=wMZ7ZRWcaP&sig=VaPiM9t0PV13-JIGkH7Ns0ZVb1Q&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwizruaBsb_XAhVBmBoKHeNqBrIQ6AEIPDAD#v=onepage&q=Antoine%20Deparcieux%20Addition%20%C3%A0%20l%27Essai%20sur%20les%20probabilit%C3%A9s%20de%20la%20dur%C3%A9e%20de%20la%20vie%20humaine%2C%201760&f=false

9 Laugeois de Chastellier avait publié une nouvelle édition (anonyme) de sa Traduction nouvelle des psaumes de David, 1762, dont V* possédait déjà l'édition originale de 1757 ; voir : page 611 : https://books.google.fr/books?id=-jvRqkIM2dcC&pg=PA611&lpg=PA611&dq=Laugeois+de+Chastellier&source=bl&ots=lDXBrVz_1m&sig=NCh6lF_n-_1IgOtxwsPrWGBOEyk&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwjFhuaAtL_XAhWIAxoKHdYYC6oQ6AEISTAJ#v=onepage&q=Laugeois%20de%20Chastellier&f=false

10 Ces « chansons » de Lefranc de Pompignan ont paru sous le titre Poésies sacrées de M. L*** F***, 1751 . Voir : https://books.google.fr/books?id=yHq9yoHsrC4C&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Écrire un commentaire