Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/12/2017

Vous voyez que je me contente difficilement . Je fais vite, et je corrige longtemps

...

 

« A Cosimo Alessandro Collini, Secrétaire intime

de S. A. E. Mgr l’Électeur palatin

à Manheim 1

J'ai reçu votre Palatinat 2, mon cher historiographe . Me voilà au fait grâce à vos recherches de bien des choses que j'ignorais . Les Palatins vous auront de l'obligation .

Je vous prie de me mettre aux pieds de Leurs Altesses Électorales . Nous sommes ici dans les neiges jusqu'au cou . Cela gèle l'imagination d'un pauvre diable d'environ soixante-dix ans, et je n'ose écrire à monseigneur l’Électeur de peur de l'ennuyer .

Vous avez probablement reçu le petit paquet que je vous ai adressé . Je vous embrasse de tout mon cœur .

V.

Voudriez-vous à ces vers de la seconde scène du IVè acte  3:

La loi donne un seul jour ; elle accourcit le temps

Des chagrins attachés à ces grands changement :

Mais surtout attendez les ordres d'une mère ,

Elle a repris ses droits, ce sacré caractère, etc.

substituez ceux-ci :

Statira vit encor et vous devez penser

Que du sort de sa fille elle peut disposer.

Respectez les malheurs et les droits d'une mère,

Les lois des nations, le sacré caractère

Que la nature donne et que rien n'affaiblit .

Vous voyez que je me contente difficilement . Je fais vite, et je corrige longtemps .

Je vous embrase .

21 janvier [1763]. »

1 Date complétée par Collini sur le manuscrit olographe avec mention « f[ran]co Canstatt » . La première phrase du deuxième paragraphe manque dans les éditions . Le 22 janvier 1763 Collinni écrit à son tour pour accuser réception du « paquet ».

3 Collini a changé sur le manuscrit seconde en, ce qui est correct .

Écrire un commentaire