Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/09/2019

je vous prie d’obtenir qu’on ne retranche rien du petit morceau que j’ai l’honneur de vous envoyer

... Ceci s'adresse à Google dont la censure donne des exemples croquignolets , non moins ridicules que ceux du correcteur orthographique de l'iPhone, puritain parmi les puritains.

https://www.mac4ever.com/actu/113584_ios-10-l-iphone-refu...

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

21 Juillet [1764].

Il est bien juste qu’après avoir ennuyé mes anges, je les amuse. Voici de la pâture pour la Gazette littéraire. Ce morceau me paraît curieux 1. Il faut que je dise à mes anges qu’on trouve la Gazette littéraire un peu sèche, et qu’il eût été à souhaiter que les articles de pure annonce et les suppléments eussent été fondus ensemble une fois par semaine. Par ce moyen, chaque gazette eût été intéressante et piquante. Je crains toujours que la petite note mise par les auteurs au bas des remarques sur Pétrarque ne m’ait brouillé avec l’abbé de Sade.

Je suis encore persuadé qu’avec une vingtaine de vers les Roués auraient un grand succès ; mais on dit qu’il est impossible que Molé réussisse dans Pompée.

Mes chers anges, je vous prie d’obtenir qu’on ne retranche rien du petit morceau que j’ai l’honneur de vous envoyer.

Respect et tendresse.

Sûrement, par le temps qu’il fait, madame l’ange n’a plus de rhumatisme."

Écrire un commentaire