Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/05/2020

je ne quitterai jamais ma retraite : on s'attache à ce qu'on a embelli

...Château de Voltaire à Ferney

 

 

« A Charles-Jean-François Hénault

A Ferney , 11 mars 1765

Eheu ! Fugaces, Postume, Postume,

Labuntur anni .1

Notre chronologie, mon cher et illustre confrère, commence à peu près à la même date, mais vous avez sur moi l’avantage d'être plus heureusement né de toutes façons . Vivez longtemps et sainement, et voyez une vingtaine d'éditions nouvelles de votre utile et charmant ouvrage 2. J’écris rarement et la raison en est que je suis toujours accablé de maladies et presque aveugle . Un horizon de montagnes de glace qui s'élèvent au-dessus des nues et que je vois de mes fenêtres à plus de vingt-cinq lieues change quelquefois mon climat de Naples en climat de Sibérie, attriste le plus beau pays de la nature, et me rend perclus de mes membres . Cependant je ne quitterai jamais ma retraite : on s'attache à ce qu'on a embelli . J'ai d'ailleurs l'avantage singulier de posséder une terre qui ne doit rien à personne, et je ne la troquerais pas pour celle de Pompignan .

Je soupçonne Mme Du Deffand de n'être pas excessivement contente de moi, mais elle a tort . Je ne pouvais, ni ne devais mettre entre les mains de personne au monde un ouvrage tout à fait indévot, auquel je n'ai d'ailleurs nulle part . Je devais encore moins le confier à Mme de Jaucourt qui a le malheur d'être calviniste, et qui en cette qualité est attachée à la lettre de l'Ancien et du Nouveau Testament . Je n'ai point voulu me fourrer dans les querelles de rabbins ; encore moins laisser soupçonner ma foi qui est bien intacte, comme vous savez .

Voudriez-vous revoir pour votre nouvelle édition l'endroit où vous parlez du jugement porté contre Charles VII, alors dauphin, sous l'année 1420 ? Vous pouvez consulter Jean Juvénal des Ursins 3; vous trouverez en note qu'il fut banni et exilé du royaume à la requête du procureur général du roi etc.

Vous pouviez aussi , à l'année 1450 éclaircir en deux lignes l'article de Bérenger . Première hérésie, dites-vous, sur la réalité , etc. c'est en effet le premier hérétique condamné à ce sujet, mais il s'en faut bien qu'il ait été le premier de son opinion . Voyez si vous êtes d'humeur de dire que Ratramne 4 avait soutenu ce sentiment du temps de Charles Le Chauve, et Claude de Turin 5 avant Ratramne .

Voulez-vous bien aussi revoir l’article de l'avocat général Guérin : vous le pendez en 1554, en parlant de Cabrières et de Mérindol, année 1545 . Je crois qu'il eut l'honneur d'être décapité en 1552 . C'est à vous à juger mes représentations comme un souverain de celles de ses sujets .

Le Journal encyclopédique dont vous me parlez a été longtemps le meilleur de l'Europe ; il faiblit un peu depuis quelque temps .

Adieu, monsieur ; on ne peut ni vous révérer , ni vous aimer plus que je fais . »

1Hélas ! Postumus, Postumus, elles coulent, fugitives , les années ; Horace, Odes, II, xiv, 1-2 : http://fonsbandusiae.fr/spip.php?article188

2 La septième édition de l'Abrégé vient de paraître ; Hénault a écrit à V* le 3 mars 1765 : « Je m'occupe pour la dernière fois de mon histoire , et il faudra que vous enduriez ma dernière édition, décorée des nouvelles vignettes de Cochin […] » Voir aussi sa réponse du 19 mars 1765 . Quoique les critiques de V* soient bien fondées, il n'en tiendra pas compte dans l'l’édition qui suivra .

Écrire un commentaire