Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2021

les tracasseries étrangères peuvent servir de délassement, et amuser un moment

... Biden-Poutine, Poutine-Biden : "t'ar ta gueule à la récré !"

https://www.youtube.com/watch?v=WjkVzYLAhEg

Brutal refroidissement climatique entre Joe Biden et Vladimir Poutine | Le  HuffPost

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

28è [25] novembre 1765 1

Il y a deux choses, mes divins anges, à considérer en ce paquet. La plus importante est celle de deux vers à restituer dans Adélaïde ; et ces deux vers se trouvent dans une lettre ci-jointe à Lekain 2, laquelle je soumets à la protection de mes anges.

La seconde est une billevesée 3 d’une autre espèce qui fera voir à mes anges combien je suis impartial, ami de la paix, exempt de ressentiment, équitable, et peut-être ridicule.

Plusieurs membres du conseil de Genève et plusieurs citoyens sont venus tour à tour chez moi, et m’ont exposé les sujets de leurs divisions. J’ai pris la liberté de leur proposer des accommodements. Il y a quelques articles sur lesquels on transigerait dans un quart d’heure ; il y en a d’autres qui demanderaient du temps, et surtout plus de lumières que je n’en ai. Mon seul mérite, si c’en est un, est de jouer un rôle diamétralement opposé à celui de Jean-Jacques, et de chercher à éteindre le feu qu’il a soufflé de toutes les forces de ses petits poumons. J’ai mis par écrit un petit plan de pacification 4 qui me paraît clair et très aisé à entendre par ceux qui ne sont pas au fait des lois de la parvulissime république de Genève . Donnez-vous, je vous en prie, le plaisir ou l’ennui de lire ma petite chimère ; je ne veux pas la présenter aux intéressés avant que vous m’ayez dit si elle est raisonnable. Je crois qu’il faudrait préalablement la montrer à deux avocats de Paris, afin de savoir si elle ne répugne en rien au droit public et au droit des gens. Ensuite je vous prierai de la faire lire à M. de Sainte-Foix, à M. le marquis de Chauvelin, à M. Hennin, et enfin à M. le duc de Praslin ; mais non pas à M. Crommelin, parce qu’il est partie intéressée, et que, malgré tout son esprit et toute sa raison, il peut être préoccupé.

Si M. le duc de Praslin approuvait ce plan, je le proposerais alors au conseil de Genève, et ce serait un préliminaire de la paix que M. Hennin ferait à son arrivée. Je ne me mêlerai plus de rien, dès que M. Hennin sera ici ; je ne fais que préparer les voies du Seigneur 5.

Je sais bien, mes divins anges, que M. le duc de Praslin a maintenant des affaires plus importantes. Je vois avec douleur que les parlements, à force d’avoir demandé des choses qui ont paru injustes, succomberont peut-être dans une chose juste, et que la France ne sera pas du diocèse de Novogorod-la-Grande .

La maladie de M. le dauphin cause encore de plus grandes inquiétudes, et ce n’est pas trop le temps de parler des tracasseries de Genève ; mais aussi les tracasseries étrangères peuvent servir de délassement, et amuser un moment.

Amusez-vous donc, et donnez-moi vos avis et vos ordres.

Quand vous serez dans un temps plus heureux et plus fait pour les plaisirs, le petit ex-jésuite vous enverra ses Roués. Il a profité, autant qu’il a pu, de vos très bons conseils . Il ne parviendra jamais à faire une pièce attendrissante , ce n’était pas son dessein ; mais elle pourra être vigoureuse et attachante.

Toute ma petite famille baise très humblement le bout de vos ailes.

N.B. – Je ne vous ai point envoyé une partie de rogatons, parce que je vous destine le tout . J'ai envoyé deux ou trois feuilles à M. l'abbé de Chauvelin, et deux ou trois autres à Mme Du Deffand . La somme totale sera de trois volumes, que Cramer avait commencé d'imprimer sans m'en rien dire, et auxquels j'ai été obligé de donner mes soins quand il m'a dit son secret .6 

V.» 

1L'édition de Kehl, suivie des éditions, omet le nota bene biffé sur la copie Beaumarchais . La date a été corrigée, cette lettre étant évidemment antérieure à celle du 27 , datée elle du 28 : voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/10/correspondance-annee-1765-partie-35.html

Du même jour est la réponse de Crommelin à la lettre de Lullin citée : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/03/16/ce-matin-quatre-citoyens-m-ont-fait-dire-qu-ils-voulaient-me-parler-je-leur.html

3 Un mémoire sur les troubles de Genève. (Georges .Avenel.)

6 Ce Nota bene fait évidemment référence aux Mélanges : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k71878s.texteImage

Écrire un commentaire