Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/08/2022

Tu me glaces d’horreur !

...Vu sur Google actualités le 13/8/2022 ! Fabuleuse conception de nos US fournisseurs de data de ce qu'est un divertissement ; ils seront bien capables de mettre les fusillades meurtrières communes chez eux dans cette rubrique

Le Parisien
 
 

 

« A Henri-Louis Lekain

Mercredi au matin, après les autres lettres écrites,

4 mars [1767]

Il m’a paru convenable de jeter, dans les premiers actes des Scythes, quelques fondements de la loi qui fait le sujet du cinquième acte ; mais il n’est pas naturel qu’on parle dans un mariage de venger la mort d’un époux dont la vie semble en sûreté, et qui n’est encore menacé de rien par personne.

On peut, dans Tancrède et dans Brutus, commencer le premier acte par dévouer à la mort quiconque trahira sa patrie ; on peut commencer dans Œdipe par la proscription du meurtrier de Laïus : cet artifice serait grossier et impraticable dans les Scythes. Cependant il serait heureux que le spectateur pût au moins deviner quelque chose de cette loi, qui a, en effet, existé en Scythie. Voici comme je m’y prends à la deuxième scène du second acte ; voici le couplet qu’Indatire doit substituer à son premier couplet, qui commence par ces mots : en ce temple si simple.

Cet autel me rappelle à ces forêts si chères ;
Tu conduis tous mes pas, je devance nos pères :
Je viens lire en tes yeux, entendre de ta voix,
Que ton heureux époux est nommé par ton choix.
L’hymen est parmi nous le nœud que la nature
Forme entre deux amants, de sa main libre et pure.
Chez les Persans, dit-on, l’intérêt odieux,
Les folles vanités, l’orgueil ambitieux,
De cent bizarres lois la contrainte importune,
Soumettent tristement l’amour à la fortune :
Ici le cœur fait tout, ici l’on vit pour soi ;

D’un mercenaire hymen on ignore la loi ;
On fait sa destinée. Une fille guerrière
De son guerrier chéri court la noble carrière,
Se plaît à partager ses travaux et son sort,
L’accompagne aux combats, et sait venger sa mort.
Préfères-tu nos mœurs aux mœurs de ton empire ?
La sincère Obéide aime-t-elle Indatire ?

Obéide

Je connais les vertus, j’estime ta valeur, etc.

Non-seulement ces vers préparent un peu le cinquième acte, mais ils sont plus forts et meilleurs.

M. Lekain est prié de les donner à M. Molé, et de lui faire de ma part les plus sincères compliments. Je persiste toujours à croire qu’il ne faut donner que cinq ou six représentations avant Pâques. La pièce demande à être beaucoup répétée, et, en ce cas, l’approbation du public pourra produire quelque avantage aux acteurs après Pâques.

N. B. Au cinquième acte :

Obéide

[· · · · ]· C’est assez, seigneur ; j’ai tout prévu :
J’ai pesé mon destin, et tout est résolu.
Une invincible loi me tient sous son empire ;
La victime est promise au père d’Indatire ;
Je tiendrai ma parole. Allez, il vous attend
Qu’il me garde la sienne ; il sera trop content.

Sozame

Tu me glaces d’horreur !

Obéide

Hélas ! je la partage.
Seigneur, le temps est cher, achevez votre ouvrage,
Laissez-moi m’affermir ; mais surtout obtenez
Un traité nécessaire à ces infortunés
, etc.

N. B. Comment des gens du monde peuvent-ils condamner sénat agreste ? Ils n’ont pas vu les conseils généraux des petits cantons suisses. Le mot agreste est noble et poétique. Il est vrai qu’étant neuf au théâtre, quelques Frérons peuvent s’en effaroucher au parterre ; mais c’est à la bonne compagnie à le défendre. »

 

Écrire un commentaire