Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/02/2017

on ne s’intéresse guère qu’à nos passions, et très peu à nos dévotions

... Dans un monde normal, laïc . Pour ce qui est des théocraties, c'est bien évidemment exactement le contraire , les exemples ne manquent pas, encore aujourd'hui, où religion officielle et nationalité sont indissociablement obligatoires , véritables lois insultantes pour la liberté de pensée .

 https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9publique_islamique

 

 

 

« A Bernard-Louis Chauvelin

A Ephèse 1 26 février 1762

Votre excellence est bien persuadée de tous les sentiments que le roi mon maître 2 a pour elle. Il s’intéresse à votre santé ; il m’en a parlé avec une sensibilité qui est bien rare dans les personnes occupées de grandes affaires. C’est un exemple que vous lui avez donné ; il sait que, dans la guerre et dans les négociations, vous avez toujours cultivé l’amitié, et que vous paraissez toujours occupé de vos amis comme si vous aviez du temps de reste. Votre caractère l’enchante. Il a été lui-même assez malade ; mais, dès que sa majesté macédonienne a été en état de raisonner, je lui ai fait part de vos remontrances. Il admire toujours la sagacité de votre génie et la facilité de vos moyens ; il dit qu’il n’a jamais connu d’esprit plus conciliant. J’ai pris ce temps pour lui dire : faites donc ce qu’il vous propose . Il m’a répondu que cela lui était impossible. Mettez-vous à ma place, m’a-t-il dit, que m’importe d’avoir autrefois donné un coup de sabre à une Persane ? Quels si grands remords pourrai-je en avoir, si je n’étais pas éperdûment amoureux de sa fille ? n’ai-je pas dit exprès à mon maître de la garde-robe :

Ces expirations, ces mystères cachés,

Indifférents aux rois, et par moi recherchés,

Elle en était l’objet ; mon âme criminelle

N’osait parler aux dieux que pour approcher d’elle.3

Vous savez, a-t-il ajouté, qu’on ne s’intéresse guère qu’à nos passions, et très peu à nos dévotions . Si je me suis confessé, et si j’ai communié, on sent bien que c’est pour Olympie. J’insiste encore sur les ridicules qu’on me donnerait si mon père et moi avions eu pendant treize ans la fille d’Alexandre entre nos mains, après l’avoir prise dans son palais, et que nous n’en sussions rien.

Je ne vois d’autre réponse à cet argument que de bâtir un roman à la façon de Calprenède 4, et de supposer un tas d’aventures improbables, d’amener quelque vieillard, quelque nourrice qu’il faudrait interroger ; et ce nouveau fil romprait infailliblement le fil de la pièce. L’esprit partagé entre tant d’événements perdrait de vue le principal intérêt.  Il y a bien plus, dit-il, une reconnaissance est touchante quand elle se fait entre deux personnes qui ont intérêt de se reconnaître . Mais Cassandre, en apprenant que sa maîtresse est la fille de Statira, n’apprendrait qu’une très fâcheuse nouvelle. De plus, il faudrait deux reconnaissances au lieu d’une, celle d’Olympie et celle de Statira ; l’une ferait tort à l’autre. Je vous avoue que j’ai été fort ébranlé de toutes ces raisons que le roi mon maître m’a déduites fort au long, et dont je communique le faible précis à Votre Excellence. Je l’en fais juge, et je la supplie de considérer dans quel embarras elle nous jetterait, s’il fallait refondre 5 toute la pièce uniquement pour faire apprendre par Antigone ce qu’on peut très bien savoir sans lui.

On m’a envoyé du petit royaume des Gaules, situé au bout de l’Occident, un petit écrit 6 concernant des prêtres des idoles, qu’on appelle jésuites . Je ne sais ce que c’est que cette affaire ; on ne s’en soucie guère à Ephèse. J’en fais part, à tout hasard, à Votre Excellence. Statira, Olympie, et l’hiérophante, font mille vœux pour vous et madame l’ambassadrice. »

1 Lieu où se place la pièce d'Olympie .

2 V* joue à se présenter comme le ministre du roi de Macédoine ; dans la pièce, Statira est la veuve d'Alexandre le Grand .

3 Olympie, IV, 4 .

4 Dont précisément l'un des romans les plus célèbres est intitulé Cassandre .

5 L'édition de Kehl donne par erreur résoudre .

6 Voir dans les Facéties : La Balance égale . Voir lettre du même jour à d'Argence : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/02/16/celui-la-a-non-seulement-perdu-les-yeux-mais-les-mains-j-ent-5911502.html

 

Écrire un commentaire