Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/09/2018

Je suis bien étonné qu'on ait envoyé à Paris, un pousse-cul

... Non, je ne sais pas en cette heure qui est le remplaçant de Nicolas Hulot !

Et d'ailleurs un pousse-cul n'est pas ce qu'on croit de prime abord, c'est beaucoup moins amusant que le tire-cul de nos montagnes ou que le pousseur du métro japonais , sans oublier le pousse-au-cul piégeux du chasseur de geais .

Résultat de recherche d'images pour "pousse cul"

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

Mon cher frère , je reçois le paquet de M. Mariette, que vous avez la bonté de m'envoyer, je vous en rends mille grâces .

Je suis bien étonné qu'on ait envoyé à Paris, un pousse-cul 1 au sieur Bruysset 2; il me semble qu'il y a des pousse-cul à Lyon comme ailleurs, et que l'usage est qu'on envoie les ordres de Paris aux intendants ou aux juges des provinces, qui les font exécuter . Je vois qu'il y a des gens bien alertes dans le monde, mais mettre le nom d'un pauvre Français à la tête d'un ouvrage anglais contre le bon roi David, cela est bien pis que d'être alerte 3, c'est une scélératesse de libraire . Je ne sais , encore une fois ce que c'est que ce caloyer dont on parle . Je vous supplie, mon cher frère, de m’en donner des nouvelles .

10è septembre [1763] »

1 Un pousse-cul est un exempt chargé d'opérer les arrestations .

2 La famille des libraires Bruysset avait souvent maille à partir avec les autorités . Le mot est écrit Briset sur le manuscrit original . Voir : http://data.bnf.fr/16018904/freres_bruyset/

et page 32 et suiv. : https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00707533/document

3 Conformément à l'étymologie, alerte signifie à l'époque classique « en éveil » , que ce soit pour se tenir en garde ou, fréquemment aussi, pour ne pas manquer une bonne prise ou une bonne affaire . Voir par exemple la lettre du 1er avril 1756 à d'Argental : « Vous me parlez d’une mademoiselle Guéant  ; voilà ce que c’est d’écrire trop tard ! Les Bonneau sont plus alertes. » ; http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1756-partie-6-115508520.html

Écrire un commentaire