Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2016

Ils aiment mieux jouer à l'homme-de-brou , souper chez M. le duc de Villars, conduire des dames en cabriolet et se donner du bon temps ; ils ont raison

... Tout compte fait, madame, je préfère jouer aux cartes !

Afficher l'image d'origine

 

 

 

« A Gabriel et Philibert Cramer

[août 1761]

On envoie à monsieur Gabriel la feuille L, qu'il faudra un peu remanier . On demande les feuilles précédentes . On trouve cette histoire très amusante, et on est bien fâché qu'il y en ait eu une première édition . On apprend que messieurs Gabriel et Philibert n'impriment plus Mme Belot 1. On croit que messieurs Gabriel et Philibert se donnent beaucoup de bon temps, et on espère qu'ils se donneront un peu plus sérieusement à l'art des Elzévir et des Etienne . On se flatte que l'édition de Corneille leur fera honneur .

Quand monsieur Gabriel aura un peu de temps à lui il est prié de vouloir bien mettre par écrit, un petit mémoire au juste de tous les frais, avec la papier de Divonne, pour 200 exemplaires en beau papier, pour 2000 en papier ordinaire, pour la main-d’œuvre, pour ports et emballages .

Ni monsieur Gabriel , ni monsieur Philibert n'ont voulu voir l’Épître dédicatoire à l'Académie, ni les remarques sur Le Cid, Cinna, Pompée, etc. Ils aiment mieux jouer à l'homme-de-brou 2, souper chez M. le duc de Villars, conduire des dames en cabriolet et se donner du bon temps ; ils ont raison, mais j'en suis fâché et je désespère de les corriger . »

1 Voir lettre à Octavie Belot du 27 août 1761 : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1761-partie-37-122329684.html ; V* lui avait offert l'édition du Droit du seigneur .

2 L'expression n'est pas connue, on pense à un jeu de cartes (édition Bestermann).

NDLR : Effectivement, dans ma jeunesse on jouait à l'Homme noir, jeu de carte où l'on doit constituer des paires pour se débarrasser de celles-ci, faire choisir à l'aveugle une carte de son jeu au joueur le plus proche, et où le perdant se retrouve être le dernier à avoir en main le valet de pique (James).

 

Écrire un commentaire