Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2016

Je serai plus inflexible pour les ouvrages de mes amis que je ne l'ai été pour les miens

... Et lorsque les amis ne sont autres que l'auteur lui-même, on obéit alors aux commandements divins : "aime ton prochain comme toi-même", et "descends-le en flammes s'il ne te rend pas la pareille !"

 Afficher l'image d'origine

 Jusqu'où peut-on aller ?

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

[août 1761] 1

Je me plains de Thieriot ; mais mon académicien de Dijon se plaindra bien davantage si les comédiens ajoutent la moindre chose au Droit du seigneur . Ils le gâteraient infailliblement, comme ils gâtèrent L'Enfant prodigue . Je serai plus inflexible pour les ouvrages de mes amis que je ne l'ai été pour les miens . On a fait tout ce qu'on a pu, dans Tancrède, pour me rendre ridicule ; je ne souffrirai pas qu'on en use ainsi avec mon petit académicien .

Je m'unis toujours aux prières des frères, et je salue avec eux l'être des êtres . »

1 L'édition de Kehl amalgame ce fragment dans la lettre du 7 septembre 1761 au même : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1761-partie-38-122359402.html

 

Écrire un commentaire