Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/08/2016

Je ne rebute rien, dans l’espérance de trouver quelque chose d’utile dans le fatras des plus grandes inutilités ; je suis trompé quelquefois dans mon calcul

... Que ce soit au XVIIIè siècle et ses imprimés et manuscrits ou le XXIè avec le Web et Internet, le fatras est une constante ; elle n'a fait qu'enfler démesurément en 3 siècles, et ce n'est pas fini, hélas .

Twitter, Face de bouc, et tous les réseaux (liens ?) dits sociaux ne sont la plupart du temps que des pourvoyeurs de scènes d'exposition pour voyeurs/voyous, rarement des sources d'informations utiles . Pour autant je suis contre la censure de ce moyen de communication, je suis pour l'éducation des jeunes à savoir s'en servir sans risque et sans polluer encore  plus le Big Data ambiant .  

 Afficher l'image d'origine

 

 

 

« A Ivan Ivanovitch Schouvalov

25è august 1761 au château de Ferney

par Genève

Monsieur, j'ai reçu les deux lettres du 28è juin et du 3è juillet 1, dont Votre Excellence m'a honoré, par la voie de M. de Soltikoff . Vous savez qu'en attendant que je me dévoue entièrement à Pierre le Grand, je m'amuse avec Pierre Corneille, et que cet ouvrage étant fait de concert avec l'Académie française, pourra être très utile à tous ceux qui veulent bien nous faire l'honneur de parler notre langue .

Ce sera pour moi un honneur infini, un grand encouragement pour les arts, que vous protégez, et pour la jeune héritière du nom de Corneille, qu’on puisse voir à la tête des souscriptions le nom de votre auguste souveraine et le vôtre , avec ceux de deux ou trois de vos amis .

Je crois avoir déjà mandé à Vôtre Excellence que le roi de France souscrit pour la valeur de deux cents exemplaires, et plusieurs princes à proportion. Je dois aussi vous avoir dit, monsieur, que nous ne voulons que des noms, et que les paiements ne se feront qu'après l'impression du premier volume . Je me fais une joie extrême de voir cette entreprise honorable secondée par le Mécène de la Russie.

Ce travail ne m’empêchera pas d’amasser toujours des matériaux pour votre monument. Je ne rebute rien, dans l’espérance de trouver quelque chose d’utile dans le fatras des plus grandes inutilités ; je suis trompé quelquefois dans mon calcul . J’acquiers quelquefois de gros paquets de manuscrits où je ne trouve rien du tout, d’autres qui ne sont remplis que de satires et d’anecdotes scandaleuses que je ne manque pas de jeter au feu, de peur qu’après moi quelque libraire n’en fasse usage 2. Heureusement toutes ces satires sont très mal écrites ; et s’il en reste quelques-unes qui aient échappé à mes recherches, elles ne feront pas fortune.

Ma santé ne me permet presque plus de sortir de chez moi . La consolation de mes dernières années sera uniquement de travailler pour vous ; car je compte que Corneille ne me coûtera pas plus de quatre à cinq mois . Disposez de tout le reste de mes moments. Nous ne tarissons point sur le compte de Votre Excellence, M. de Soltikof et moi ; nous ne parlons de vous qu’avec enthousiasme. Le cardinal Passionei était le seul homme en Europe qui vous ressemblât , nous venons de le perdre. Il ne reste que vous dans l'Europe qui donniez aux arts une protection distinguée, constante, et éclairée ; et je vous regarde, après Pierre-le-Grand, comme l’homme qui fait le plus de bien à votre nation.

J’ai l’honneur d’être, avec les plus tendres sentiments , et le respect le plus sincère

monsieur

de Votre Excellence

le très humble et très obéissant serviteur

Voltaire . »  3

 

1 Ces lettres ne nous sont pas parvenues .

2 Les historiens ne sont pas d'accord avec cette conception qui va à l'encontre de la préservation des sources historiques .

3 On trouve aussi cette lettre incomplète datée du 26 dans l'édition de Kehl et suivantes ; voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1761-partie-36-122312059.html

 

 

Écrire un commentaire