Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/08/2016

Il y a bien des gens qui n’achètent point de livres, parce qu’ils n’ont point de quoi acheter un habit

... Triste vérité .

Alors, félicitations aux médiathèques pour tous !Afficher l'image d'origine

Avec ou sans habits ...

... vive les vacances !

 

 

 

 

« A Octavie Belot etc.

cloître Saint Thomas-du-Louvre

à Paris

Au château de Ferney, par Genève,

27 auguste 1761. 1

Je suis fâché, madame, de m’intéresser si inutilement à vous ; mais je crois qu'on fait fort bien de prendre le parti qu’on vous conseille. Les typographes de Paris sont bien plus en état de faire un bon parti que les typographes de Genève, attendu que les frais sont moins considérables à Paris, et que ceux du transport sont immenses.

D’ailleurs, vous jouirez bien plus tôt de votre réputation et du petit avantage qui peut la suivre en faisant travailler à Paris. Votre ouvrage 2 paraîtra deux jours après l’impression ; et dans votre premier plan, il paraîtrait six mois après. Ainsi, à marché égal, vous y gagneriez encore beaucoup. Je pense qu’il n’y a pas à balancer.

Je suis très flatté que M. de Valori veuille bien se souvenir de moi. Si vous le voyez, madame, je vous serai très obligé de lui présenter mes très humbles obéissances.

Il me semble que les nouvelles sont de jour en jour plus affligeantes. Ce temps-ci n’est guère favorable aux lettres, et je doute qu’il en vienne un plus heureux. Il y a bien des gens qui n’achètent point de livres, parce qu’ils n’ont point de quoi acheter un habit. Ce n’est plus le temps où l’on avait vingt aunes de drap sur un billet signé Germanicus 3. Je plains le siècle ; il est aussi infortuné que ridicule.

Vous me parlez, madame, de M. Fourbonay 4 . Il ne sait pas les obligations que je lui ai , c’est l’homme du monde avec lequel je me suis le p[lus] instruit etc., etc., etc. ».

 

 

1 Manuscrit original abimé .

2 L'édition du Droit du seigneur que V* avait offerte à Mme Belot . Voir lettre du 29 mars 1761 à la même : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/03/16/ce-que-vous-refuserez-si-la-proposition-offense-votre-honneu-5774879.html

 

Écrire un commentaire