Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2016

Je voudrais vous entendre dans ce beau jour où vous prononcerez sans le savoir votre éloge en faisant celui de votre prédécesseur

... Mais ce qui vaut pour des hommes de valeur au XVIIIè siècle, n'est plus réalité en cette fin 2016 et début 2017 .

Trump faire l'éloge d'Obama ? la fièvre quarte doit me troubler exagérément pour que j'ai un infime instant l'idée de ce scénario .

 Sarkozy le roi de la formule crétine, faire l'éloge de Fanfoué pour en avoir des retombées favorables ? James, la démence te gagne !

Marine la mégère pas apprivoisée, passer de la pommade à l'ennemi héréditaire, ne serait-ce que le temps d'une ligne, évoquer une -une seulement- décision socialiste qui ait son agrément ? James, deux grands messieurs en blouse blanche te demandent de monter dans l'ambulance !

Surtout pas d'excuses !

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

A Ferney 4 novembre [1761] 1

Je sors de la fièvre, mon respectable et digne appui, mon maître dans le chemin de la vertu et des arts ; mais mon sang n'est allumé que par le plaisir que me fait votre lettre du 30 octobre . Je voudrais vous entendre dans ce beau jour où vous prononcerez sans le savoir votre éloge en faisant celui de votre prédécesseur 2.

Je vous remercie tendrement de la bonté que vous avez de permettre que vos graveurs travaillent pour Corneille . Quoi, votre amitié va même jusqu'à souffrir que j'aie l'honneur de vous envoyer le portrait d'un homme aussi médiocre que maigre ? Je l'enverrai par pure obéissance . J'y ferai travailler dès que je serai aux Délices .

C'est donc cette maudite guerre qui empêche Mme la marquise de Paulmy de venir vous voir ! Car son droit chemin serait par Berlin, et non plus par le mont Crapac 3! Que cette guerre est triste ! Et que de maux de toute espèce elle cause !

Pour ma guerre avec le fétiche elle n'est que ridicule . Si je veux de monsieur votre frère pour arbitre ! Oui, sans doute ; en pouvez-vous douter ? Et s'il avait voulu de vous, quel autre arbitre eussè-je pu prendre ! Mais il a refusé le père et le fils ; acceptera-t-il le frère ? Il a osé dire à monsieur votre fils , qui me l'a mandé, qu'il avait fait une vente réelle ; et moi je lui abandonne tout mon bien si sa vente n'est pas simulée . L’objet est ridicule : j'en conviens, mais le procédé est infâme ; et si cette lâcheté est prouvée en justice, comme elle le sera, quelque crédit qu'il ait dans l'antre de Gex, comment peut-il rester dans le parlement ?

Mon affaire ne doit pas contenir deux lignes . Si vous avez fait une vente réelle, je paie . Si vous m'avez trompé, faites vite une vraie vente, vendez votre charge . Voilà un plaisant premier président de Besançon ! Oui monsieur, je m'en rapporte à monsieur votre frère et je suis très sûr qu'il sera indigné comme l'est toute la province et tout Genève . Pour moi je ne sens que vos bontés, et c'est avec le plus grand respect .

V. »

1 Date complète endossée sur le manuscrit par La Marche .

2 Ce prédécesseur est Jean de Berbisey dont la charge fut remplie par Fyot de La Marche en 1745, et qui mourut en 1755 à l'âge de quarante-neuf ans .Voir : http://data.bnf.fr/16244149/jean_de_berbisey/

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Premiers_pr%C3%A9sidents_du_Parlement_de_Bourgogne

et : http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=21231_52

 

Écrire un commentaire