Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2017

J'ai toujours été indigné contre ceux qui n'ont pas souffert l'honneur que vous leur avez fait, et qu'ils ne méritaient pas

... Dit Fanfoué Fillon à sa Pénélope adorée à son retour d'une dure épreuve d'assistante (parlementaire ?) : la représentation de son grand homme  lors d'une fête locale et son courage d'avoir fait la danse des canards alors qu'elle était enceinte (de la veille ? ! ) .

Hep ! les Fillon, il est des canards qui rapportent gros ... et un Canard qui rapporte des vérités, that's life .

Afficher l'image d'origine

Viens Fanfoué ! on ne va pas se tuer au travail pour eux !

 

 

 

« A George Keate

Aux Délices 10è février 1762

Un travail forcé, monsieur, et une santé bien languissante, m'ont empêché longtemps de vous écrire : mais vous n'en avez pas été moins présent à mon esprit et à mon cœur . J'ai toujours été indigné contre ceux qui n'ont pas souffert l'honneur que vous leur avez fait, et qu'ils ne méritaient pas 1. Un jour, un grand seigneur passant par un village avec de l’excellent vin de Tokay en donna à boire à des paysans, qui le trouvèrent amer, et qui crurent qu'on se moquait d'eux .

J'ai commencé l'édition de Corneille . Je suis obligé de dicter presque tout, ne pouvant guère écrire de ma main , et je tâche de faire la paix entre Corneille et Shakespear, en attendant que nos rois daignent rendre la paix à l'Europe .

Votre Shakespear était bien heureux, il pouvait faire des tragédie moitié prose, moitié vers, et quels vers encore ! Ils ne sont certainement pas élégants et châtiés, comme ceux de Pope, et comme le Caton d'Adisson ; il se donnait la liberté de changer de lieu presque à chaque scène, d'entasser trente à quarante actions les unes sur les autres, de faire durer une pièce vingt-cinq ans , de mêler les bouffonneries au tragique . Son grand mérite, à mon avis, consiste dans les peintures fortes et naïves de la vie humaine .

Corneille avait assurément une carrière plus difficile à remplir ; il fallait vaincre continuellement la difficulté de la rime, ce qui est un travail prodigieux ; il fallait s'asservir à l'unité de temps, de lieu , d'action ; ne faire jamais entrer ni sortir un acteur, sans une raison intéressante ; lier toujours une intrigue avec art, et la dénouer avec vraisemblance ; faire parler tous ses héros avec une éloquence noble, et ne rien dire qui put choquer les oreilles délicates d'une cour pleine d'esprit, et d'une académie composée de gens très savants, et très difficiles 2.

Vous m'avouerez que Shakespear avait un peu plus ses coudées franches que Corneille . Au reste, vous savez combien j'estime votre nation . Je ne perds aucune occasion de lui rendre justice dans mon commentaire .

Vous me feriez un grand plaisir, monsieur, si vous vouliez bien me dire quel est l'auteur de la petite histoire de David, intitulée, The Man after god's own heart 3, et quel est l'évêché qu'on a donné à ce Warburton 4, qui a prouvé que Moïse ne connaissait ni paradis, ni enfer, ni l'immortalité de l'âme ; et qui de là conclut qu'il était inspiré de Dieu . Apparemment que cet évêque a pris le fils de Spinoza pour son chapelain .

I will be for ever dear sir your most faithfull and tender servant and friend 5

Voltaire . »

4 William Warburton était évêque de Gloucester depuis 1759 : https://fr.wikipedia.org/wiki/William_Warburton

et : http://www.universalis.fr/encyclopedie/william-warburton/

5 Je serai toujours, cher monsieur, votre plus fidèle et affectionné serviteur et ami .

 

Écrire un commentaire