Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/05/2017

Ah ! quel plaisir pour des âmes comme les vôtres, quand vous aurez retiré de l’abîme une famille entière ! Il ne vous en coûtera que de parler

...

 

 

«A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grace Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

25 juin 1762 1

Mes divins anges, Jean-Jacques est un fou à lier, qui a manqué à tous ses amis, et qui n’avait pas encore manqué à madame de Luxembourg 2. S’il s’était contenté d’attaquer l’infâme, il aurait trouvé partout des défenseurs, car l’infâme est bien décriée. Il a trouvé le secret d’offenser le gouvernement de la bourgade de Genève, en se tuant de l’exalter. On a brûlé ses rêveries dans la bourgade, et on l’a décrété de prise de corps comme à Paris ; heureusement pour lui, son petit corps est difficile à prendre. Il est, dit-on, à Amsterdam 3. Je suis fâché de tout cela. Eh ! que deviendra la philosophie ? Mes divins anges, ces messieurs de la poste sont plus rétifs que leurs chevaux. On va donc jouer Socrate ; Dieu veuille que Socrate ne soit pas aussi froid que sa ciguë !4

Verra-t-on Henri IV 5 à la comédie, ou se contentera-t-on de le voir sur le pont Neuf ?

Le Droit du Seigneur est-il oublié ? C’est pourtant un beau droit ; et il y avait une drôle de dédicace 6 pour M. de Choiseul.

J’ai accablé mes anges d’importunités et de mémoires pour des Suisses . Je leur en demande bien pardon.

Mais je les conjure plus que jamais de protéger de toutes leurs ailes la veuve du roué et la mère du pendu. Comptez que ces gens-là sont innocents comme vous et moi . Je ne doute pas que la veuve infortunée ne soit venue vous implorer ! Ah ! quel plaisir pour des âmes comme les vôtres, quand vous aurez retiré de l’abîme une famille entière ! Il ne vous en coûtera que de parler , vous serez comme les enchanteurs qui faisaient fuir les démons avec quatre mots.

Mes anges, c’est une étrange pièce que cette Zelmire 7, et le parterre est un étrange parterre.

Est-il vrai que M. le duc et madame la duchesse de Choiseul étaient en grande loge au triomphe de Palissot 8 ? et que ce Palissot avait donné à Bellecour un discours à prononcer quand on demanderait l’auteur, l’auteur, l’auteur ?

Et que dites-vous de cet autre Palissot de Fleury, qui crie 9 tant contre la tolérance 10, et qui dit que Jean-Jacques écrit contre l’existence de la religion chrétienne ? Quel est le plus fin de Jean ou d’Omer ?

Ah ! quel siècle, quel siècle ! »

1 Le manuscrit olographe est passé à la vente Dubrunfaut , le 22 décembre 1884 .

2 Elle avait protégé la publication de l'Emile .

3 Il était en fait à Yverdon .

4 Allusion à La Mort de Socrate, d'Edmée-Louis Billardon de Sauvigny, représentée le 9 mai 1762 .

5 La partie de chasse, de Collé .

6 On n'a pas cette dédicace qui ne fut jamais publiée, mais V* put s'en inspirer pour écrire celle des Scythes en 1767 .

7 Par du Belloy .

8 Le Rival par ressemblance ou les Méprises, (aussi connues sous le titre des Ménechmes) comédie en cinq actes, jouée le 7 juin 1762 .

9 Dans son réquisitoire contre l'Emile du 9 juin 1762 .

10 Dans la bouche de certains théologiens, tolérance était un terme péjoratif, comme dans l’accusation formulée par Rousseau dans l'Emile : « Que seraient, d'ailleurs, des sujets élevés dans de pareilles maximes, sinon des hommes préoccupés du scepticisme et de la tolérance?[...] »(Viridet, p. 6 )

 

Écrire un commentaire