Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/07/2017

lorsque le ventre est libre, l'organe de l'ouïe l'est aussi, car tout se tient dans la nature, tout s'engrène

... Cependant, n'oublions pas que "ventre affamé n'a point d'oreilles" !...

Résultat de recherche d'images pour "ventre affamé n'a point d'oreilles humour" 

... un ventre plein non plus ?

 

 

« A Théodore Tronchin Professeur

à Genève

Ce n'est point le cérumen qui a causé fluxion et surdité . Il y a longtemps que le patient en question est préparé à cette faveur de la nature . Le conduit de l'oreille gauche est certainement desséché, osseux, et pierreux, et l'oreille droite souffre quand le nez se mouche . Des bourdonnements dans la tête incommodent le patient à son réveil depuis très longtemps, et continuent actuellement toute la journée .

La surdité est plus ou moins grande selon que ces bourdonnements sont plus ou moins forts .

Le patient estime que la sécheresse des membranes d'icelui entrent pour beaucoup dans son mal , et que des injections pourraient le soulager .

Il pense encore que l'habitude de dormir la tête trop basse peut avoir influé beaucoup sur son état .

Il s'aperçoit que lorsque le ventre est libre, l'organe de l'ouïe l'est aussi, car tout se tient dans la nature, tout s'engrène .

De plus ledit patient a vu plusieurs personnes attaquées du même mal, guéries, ou soulagées par des injections ; il ne s'agit plus que de savoir ce qu'il faut injecter , et c'est ce que je laisse à la considération de mon cher Esculape .

Mes deux oreilles ne valent pas tout ce verbiage mais chacun dans ce monde cherche à conserver ses oreilles, autant qu'il est en lui .

3è [septembre 1762] 1 »

1 L'édition Tronchin B. place la lettre en 1755-1756 . On la date ici par référence aux lettres du 1er septembre 1762 à Tronchin T. et de septembre-octobre 1762 au même, où V* parle à Tronchin de sa surdité . Le duc de Villars visita les alentours de Genève en 1760, 1761 et 1762 ; la duchesse d'Anville en 1762 (sera de retour à Paris fin novembre ou début décembre 1762) . D'autre part la datation par le seul jour, rare chez Wagnière, apparaît justement dans la lettre du 4 septembre 1762 à Debrus .

Écrire un commentaire