Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/04/2019

je ne sais pas quelle place on peut lui accorder , ni ce qu’on peut faire pour lui dans un pays où probablement on ne se battra contre personne ; mais à tout hasard , je prends la liberté de demander votre protection

...

DSCF5918.JPG

 

 

« A Anne-Robert-Jacques Turgot 1

19è mars 1764 à Ferney

Monsieur,

Dieu a permis que je fusse chargé, je ne sais comment, de deux affaires qui regardent M. le chevalier Turgot 2, et qui sont de votre département comme du sien, puisqu’il s'agit de faire du bien aux hommes et de servir l’État .

Il y a vingt-quatre protestants aux galères à Marseille ; j'avais eu l'impudence , il y a quelques mois, de demander à M. le duc de Choiseul la grâce d'un imbécile qui était au nombre de ces martyrs, je l’obtins sur le champ . Cela me donna une grande réputation sur les bancs des galères . Les 24 martyrs s'imaginèrent que j'avais tout pouvoir sur la Méditerranée ; ils me firent écrire qu'ils pourraient donner quinze ou vingt mille francs pour obtenir leur délivrance . J'ai conclu de là qu'il pourraient très bien employer cet argent à s'établir à la Guyane , et qu'ils pourraient même engager plusieurs familles à cette émigration . J'ai conçu que les gens qui aimaient mieux rester aux galères que de changer de religion étaient la meilleure acquisition que M. le chevalier Turgot pourrait jamais faire . J'en ai écrit à M. le duc de Choiseul, qui daigne approuver mon idée, et je crois que M. le chevalier Turgot pourra faire un bon coup de filet ; il augmentera sa colonie de plusieurs personnes actives, industrieuses, et qui ne coûteront rien à l’État . Je compte envoyer incessamment les propositions des martyrs et confesseurs, et en cas que ces propositions soient raisonnables, je vous demanderai votre protection et celle de monsieur votre frère .

La seconde grâce dont j'ai à vous parler, monsieur, est encore au sujet de la colonie . Je quitterai volontiers mon pays de neiges, pour aller vivre sous un beau soleil, et sous un gouverneur philosophe , mais étant trop vieux et trop malade pour me transplanter, j'ai offert à ma place un jeune homme qui se porte bien , qui a servi dans l'Inde six ans sous l'Irlandais Lally, sans avoir été payé, qui a fait dix-huit mois les fonctions de major, il s'appelle de Sireday . Il est fils d'un avocat général de la chambre des comptes de Dijon, il a perdu son père , il n'est pas riche, mais sa mère pourra faire un effort pour lui. M. le duc de Choiseul me fait l'honneur de me mander qu'il a recommandé cet officier à M. le chevalier Turgot ; je ne sais pas quelle place on peut lui accorder , ni ce qu’on peut faire pour lui dans un pays où probablement on ne se battra contre personne ; mais à tout hasard , je prends la liberté de demander votre protection .

Je n'ai pas encore de nouvelles positives de l'affaire des protestants de France, mais il me paraît qu'ils seraient tout propres à peupler la Guyane ; ils sont accoutumés aux pays chauds, et détonneraient très bien les psaumes de Marot dans la pays d'Eldorado, c'est le pays dont Candide a été si content, et où il aurait dû rester .

Il se peut faire que de mes deux propositions aucune ne réussisse, c'est une chose à laquelle je suis très accoutumé, mais elles m'auront du moins procuré l'une et l'autre une nouvelle occasion de vous assurer du très tendre respect de l’habitant des neiges du mont Jura ; pardonnez-lui s'il n'a pas l'honneur de vous écrire de sa main, ses yeux ne valent pas mieux que le reste de sa machine . »

Écrire un commentaire