Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2016

On nous débite ainsi tous les jours mille fausses nouvelles, tant sur la paix que sur la guerre

... Mais il est un domaine réel où la France se débrouille actuellement au mieux, la vente d'armes ! Pas de modestes rapières ou autres FAMAS, mais de superbes hélicoptères hérissés de canons et roquettes, excusez du peu .

Si vis pacem para bellum ! et les vaches seront bien gardées ...

 Afficher l'image d'origine

et bizness is bizness , comme toujours !

 

 

 

« A Jean-Robert Tronchin Banquier

à Lyon

Ferney 2è septembre [1761]

Pardonnez, monsieur, si je vous importune encore pour une bagatelle . On me prie de m'informer si M. de Mongiraud, négociant à Lyon, a reçu l'avis d’une lettre de change de douze louis d'or, tirée sur lui par M. Caran de Paris, agent de M. Gayet, directeur de la diligence, pour fournir pareille somme à M. Poinsinet à Genève .

On nous débite ainsi tous les jours mille fausses nouvelles, tant sur la paix que sur la guerre; mais je n'aime point qu'on dise que les Anglais sont à Saint-Jean-de-Luz 1, parce que cela n'est que trop vraisemblable . J'ai bientôt mangé l'argent que vous m'avez envoyé . Mme Denis veut un beau théâtre, et moi une belle église ; nous irons à l'hôpital entre Jésus-Christ et Corneille .

Mille compliments .

V. »

1 La flotte anglaise en effet naviguait à l'aise dans le golfe de Gascogne .

 

Écrire un commentaire