Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/03/2019

il peut, en toute sûreté, protéger les mécréants contre les prêtres

... Qui donc ? le président de la République ? Peut-être .

La France, dite fille aînée de l'Eglise catholique, devrait normalement être assez grande pour être bien émancipée et avoir jeté sa cornette/soutane aux orties . Le pape, François, sensé être un modèle, vient de prouver qu'il n'est vraiment pas aussi ferme dans ses actes que dans ses paroles en refusant la démission de Barbarin du poste d'archevêque au nom de la présomption d'innocence . Je pense plutôt que c'est par manque d'évêque irréprochable à nommer à la place , mais, mécréant que je suis, je peux me tromper .

Image associée 

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

29è février 1764 1

Voici ce que je dis d’abord à mes anges sur leur lettre du 23 février . Je les remercie du fond de mon cœur de toutes leurs bontés . Je leur envoie une lettre de M. le premier président de Dijon, qui fera connaître à M. le duc de Praslin qu’il peut, en toute sûreté, protéger les mécréants contre les prêtres.

J’ajoute, à propos de la Gazette littéraire, que je pourrai rendre de plus prompts services en italien qu’en anglais, quand les choses seront en train . La raison en est que les Alpes sont plus près de l’Italie que de l’Angleterre. Mais il me semble que je ne dois établir aucune correspondance, ni faire venir les livres nouveaux d’Italie, sans un ordre exprès de M. le duc de Praslin. Je le servirai tant que l’âme me battra dans le corps, et que j’aurai un reste de visière 2. Et quand je serai aveugle tout-à-fait, je dirai : Buona notte 3.

Mes anges, que servirait de vivre ? est fort bien ; mais trouvez-moi une rime à ivre.

Pour Olympie, il y a du malheur, il y a de la fatalité dans mon fait. Je suis avec elle comme M. de Chimène avec mademoiselle Clairon ; vous savez qu’en trois rendez-vous il perdit partie, revanche et le tout 4. Il arrive à mon imagination le même désastre qu’essuya sa tendresse. Mais j’aime bien les Roués 5 ! Je suis fâché à présent de n’avoir pas joué un tour ; c’était de faire attendre des changements pour Pâques, et, en attendant, on aurait pu donner les Roués . Mais, n’en parlons plus, il faut se soumettre à sa destinée.

Il y a du malheur cette année sur les tragédies, et vous m’en avez envoyé une preuve.

Voulez-vous bien permettre que je vous adresse ma réponse à M. Saurin 6. Vous avez dû recevoir force rogatons . J’y joins une lettre 7 ostensible que je vous écris pour être montrée à M. le duc de Duras ; je crois que cela vaut mieux que de lui écrire en droiture.

Respect et tendresse à mes anges. »

1 L'édition de Kehl imprime le second paragraphe biffé sur la copie Beaumarchais, mais omet, ainsi que les éditions suivantes, la phrase sur la réponse à Saurin au début de l'avant-dernier paragraphe .

3 Bonne nuit .

4 Termes des jeux de carte, en particulier le piquet ; voir lettre du 1er décembre 1752 à Ximenès : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1752/Lettre_2475

5 Le Triumvirat .

7 Lettre inconnue .

Écrire un commentaire