Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2019

nous n'avons contre nous qu'un concile du douzième siècle

... et le Nouveau Testament en qualité de catholiques soumis , un coran pour ou plutôt "contre"  les musulmans, une bible et une torah tout aussi contraignantes pour les juifs . Toutes les religions, mono ou polythéistes sont basées sur des contraintes et l'entretien de la peur chez les fidèles , et  l'intolérance pour tous ceux d'un autre bord . Lamentable .

Résultat de recherche d'images pour "les religions caricatures humour"

 

 

 

« A César-Gabriel de Choiseul, duc de Praslin

Aux Délices près de Genève

29è septembre 1764

Monseigneur,

Malgré mon extrême crainte de parler des petites affaires à ceux qui en gouvernent de grandes, je ne peux me priver plus longtemps du plaisir de vous présenter les très humbles remerciements de Mme Denis et les miens . Nous sommes pénétrés de vos bontés autant que nous comptons sur votre production .

J'ose vous supplier de daigner parcourir les pièces ci-jointes 1. Les petits États de notre petite province se joignent à nous comme vous verrez par leur requête .

Nous avons pour nous Henri IV et M. Le duc de Praslin . Il est difficile qu'on ne se rende pas à ces deux noms .

Il est étrange que dans cette affaire qui a flotté cent trente ans entre des arrêts contraires les uns aux autres , on n’ait pas encore produit les lettres patentes de Henri IV enregistrées au parlement de Bourgogne qui devaient tout terminer . Il faut ou qu'on les eût ignorées ou que le parlement ait fait plus de cas du concile de Latran qui nous ôte nos dîmes, que de Henri le Grand qui nous les donne .

Nous espérons que les ordres de ce grand roi soutenus de ceux de Sa Majesté acquerront une nouvelle force en passant par vos mains . Nous plaidons pour deux républiques, pour les États de notre province, pour le maintien de quatre traités solennels , et nous n'avons contre nous qu'un concile du douzième siècle .

Agréez la reconnaissance et le respect avec lesquels je serai toute ma vie

Monseigneur

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire . »

1 Il s'agit toujours des dîmes du pays de Gex . Les documents sont conservés aux Archives des Affaires étrangères et ont été imprimées par Th. Besterman.

Écrire un commentaire