Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/09/2015

jamais procédé plus fol ni plus inconséquent n'a flétri un ministre de France depuis que cette monarchie en a

... Le 49-3 ?

 

Mis en ligne le 8/8/2017 pour le 29/9/2015

 

 

« A Frédéric II, roi de Prusse

[septembre-octobre 1760] 1

[Le félicite de ses succès, lui demande le sens des références à Choiseul dans une lettre du roi à d'Argens, mentionne son propre livre sur l'histoire de la Russie, exprime sa haine des jésuites et de la superstition .]

1 Les indications données sur cette lettre sont tirées de deux sources : une lettre de Choiseul à V* de septembre ou octobre 1760, demandant à V* de se renseigner auprès de Frédéric II sur le sens qu'il donnait à une phrase d'une lettre au marquis d'Argence capturée par la cavalerie légère française ; cette phrase est la suivante : « Je sais un trait du duc de Choiseul que je vous conterai lorsque je vous verrai ; jamais procédé plus fol ni plus inconséquent n'a flétri un ministre de France depuis que cette monarchie en a . »

La réponse de Frédéric est d'une grande prudence ; la voici intégralement car elle est la seconde et la plus importante source d'informations sur la lettre de V* :  « Le 31 octobre 1760 . Je vous suis obligé de la part que vous prenez à quelques bonnes fortunes passagères que j'ai escroquées au hasard . Depuis ce temps, les Russes ont fait une sulfuration [un pillage] dans le Brandebourg , j'y suis accouru, ils se sont sauvés tout de suite, et je me suis tourné vers la Saxe, où les affaires demandaient ma présence . Nous avons encore deux gros mois de campagne par devers nous ; celle-ci a été la plus dure et la plus fatigante de toutes ; mon tempérament s'en ressent, ma santé s'affaiblit ; et mon esprit baisse à proportion que son étui menace ruine . Je ne sais quelle lettre on a pu intercepter, que j'écrivis au marquis d'Argens ; il se peut qu'elle soit de moi, peut-être a-t-elle été fabriquée à Vienne . Je ne connais le duc de Choiseul ni d'Adam ni d’Ève . Peu m'importe qu'il ait des sentiments pacifiques ou guerriers . S'il aime la paix,pourquoi ne la fait-il pas ? Je suis si occupé de mes affaires que je n'ai pas le temps de penser à celles des autres . Masi laissons là tous ces illustres scélérats, ces fléaux de la terre et de l'humanité . Dites-moi, je vous prie, de quoi vous avisez-vous d'écrire l'histoire des loups et des ours de Sibérie , sur quels mémoires ? En qu'en direz-vous de plus que ce que vous avez répandu dans votre Histoire universelle ? Et que pourrez-vous rapporter du czar qui ne se trouve dans la Vie de Charles XII , je ne lirai point l'histoire de ces barbares ; je voudrais même pouvoir ignorer qu'ils habitent notre hémisphère . Votre zèle s'enflamme contre les jésuites et contre les superstitions . Vous faites bien de combattre contre l'erreur ; mais croyez-vous que le monde changera ? L'esprit humain est faible;plus des trois quarts des hommes sont faits pour l'esclavage du plus absurde fanatisme . La crainte du diable et de l'enfer leur fascine les yeux, et il déteste le sage qui veut l'éclairer . Le gros de notre espèce est sot et méchant . J'y recherche en vain cette image de Dieu dont les théologiens assurent qu'elle porte empreinte . Tout homme a une bête féroce en soi ; peu savent l'enchainer , la plupart lui lâchent le frein lorsque la terreur des lois ne les retient pas . Vous me trouverez peut-être trop misanthrope . Je suis malade, je souffre , et j'ai affaire à une demi-douzaine de coquins et de coquines qui démonteraient un Socrate, un Antonin même . Vous êtes heureux de suivre le conseil de Candide, et de vous borner à cultiver votre jardin . Il n'est pas donné à tout le monde d'en faire autant . Il faut que le bœuf trace un sillon, que le rossignol chante, que le dauphin nage, et que je fasse la guerre . Plus je fais ce métier, et plus je me persuade que la fortune y a la plus grande part . Je ne crois pas que je le ferai longtemps ; ma santé baisse à vue d’œil, et je pourrais bien aller bientôt entretenir Virgile de La Henriade, et descendre dans ce pays où nos chagrins, nos plaisirs et nos espérances ne nous suivent plus, où votre beau génie et celui d'un goujat sont réduits à la même valeur, où enfin on se retrouve dans l'état qui précéda la naissance . Peut-être dans peu vous pourrez vous amuser à faire mon épitaphe . Vous direz que j'aimai les bons vers, et que j'en fis de mauvais ; que je ne fus pas assez stupide pour ne pas estimer vos talents ; enfin vous rendrez de moi le compte que Babouc rendit de Pâris au génie Ituriel . Voici une grande lettre pour la position où je me trouve . Je la trouve un peu noire ; cependant elle partira telle qu'elle est ; elle ne sera point interceptée en chemin , et demeurera dans le profond oubli où je la condamne . Adieu ; vivez heureux, et dites un petit bénédicité en faveur des pauvres philosophes qui sont en purgatoire . Federic . »

je lui dirais qu'il ne fallait pas dans un temps de crise faire trembler les financiers, qu'on ne doit intimider qu'en temps de paix

... Mis en ligne le 8/8/2017 pour le 29/9/2015

 

« A Marie-Elisabeth de Dompierre de Fontaine

Aux Délices 29 septembre 1760 1

Je suis bien fatigué, ma chère nièce, monsieur le grand écuyer de Cyrus, monsieur le jurisconsulte, vous avez fait une course à Paris qui est d'une belle âme . Venir voir Tancrède, pleurer et repartir c'est un trait que l’enchanteur qui écrira votre histoire et la mienne ne doit pas oublier . Nous venons aussi de jouer Tancrède de notre côté, et nous vous aurions cent fois mieux aimés à Tournay qu'à Paris . Je vous avertis que la pièce vaut mieux sur mon théâtre que sur celui des comédiens . J'y ai mis bien des choses qui rendent l'action beaucoup plus pathétique . Je n'ai pas eu le temps de les envoyer aux comédiens de Paris, et d'ailleurs on ne peut commander son armée à cent lieues de chez moi . Je vous avertis que je la dédie à Mme de Pompadour, non seulement parce qu'elle a beaucoup d’ennemis, et que j'aime passionnément à braver les cabales . Vous avez pu juger par ma lettre au roi de Pologne si je sais dire des vérités utiles . Si je voyais votre ami M. de Silhouette, je lui dirais qu'il ne fallait pas dans un temps de crise faire trembler les financiers, qu'on ne doit intimider qu'en temps de paix ; et j'ajouterais que si jamais il revient en place, il fera du bien à la nation ; mais je doute qu'il rentre dans le ministère .

Je doute aussi que nous ayons la paix qui nous est nécessaire . J'ajoute à tant de doutes que j'ignore si je pourrai aller vous voir à Hornoy . Il faut que je fasse le 2e volume de l'histoire du czar, dont je vous envoie le premier qui ne vous amusera guère . Rien de plus ennuyeux pour une Parisienne que des détails de la Russie . En récompense, je joins à mon paquet deux comédies .

Monsieur le grand écuyer de Cyrus, l'histoire de la princesse de Russie est plus amusante que celle de son beau-père . Je suis au désespoir que ce soit un roman, car je m'intéresse tendrement à Mme d'Aubane 2.

Monsieur le jurisconsulte, pensez-vous que cette princesse morte à Pétersbourg, et vivante à Bruxelles, soit en droit de reprendre son nom ? Je vous avertis que je suis pour l'affirmative attendu que j'ai lu dans un vieux sermon que Lazare étant ressuscité revint à partage avec ses deux sœurs . Voyez ce qu'on en pense dans votre école de droit .

Pardon de ma courte lettre ; il faut répéter Mahomet et L'Orphelin de la Chine . Le duc de Villars qui est un excellent acteur joue avec nous en chambre 3, afin de ne pas compromettre sur le théâtre la dignité de gouverneur de province .

Le théâtre de Tournay sera désormais à Ferney . J'y vais construire une salle de spectacle malgré le malheur des temps . Mais si je me damne en faisant bâtir un théâtre je me sauve en édifiant une église ; il faut que j'y entende la messe avec vous, après quoi nous jouerons des pièces nouvelles . En un mot, il faut que que je vous voie soit à Paris, soit à Hornoy, soit chez moi ; aimez-moi, car je vous aime de tout mon cœur tous tant que vous êtes . »

 

1 Copie ancienne qui omet, de même que les éditions suivant Pièces inédites, la fin à partir de En un mot ...

2 Voir lettre du 27 septembre 1760 à Schouvalov :

3 C'est-à-dire en privé .

Je crois que le démon de Socrate était un ami

... Mis en ligne le 8/8/2017 pour le 29/9/2015

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

29 septembre [1760] 1

Voici je crois mes dernières volontés, mon adorable ange, car je n'en peux plus . N'allez pas je vous en conjure casser mon testament . Faites essayer ce qui a si bien réussi chez moi . Voilà les cabales un peu dissipées, voilà le temps de jouer à son aise . Les comédiens ne doivent pas rejeter mes demandes . Cela serait bien injuste et me ferait une vraie peine . Aménaïde Denis vous embrasse . Je me jette aux pieds de Mme Scaliger . Je crois avoir profité de son excellent mémoire . Qu'il est doux d'avoir de tels anges !

Je crois que le démon de Socrate était un ami . »

1 Sur le manuscrit, communiqué sans doute aux éditeurs de Kehl, d'Argental avait porté ces mots : «  Voici un petit mot que je n'avais pas vu d'abord et que je retrouve. » On a là un témoignage de la constante amitié du comte qui conserva pieusement tout ce qui venait de Voltaire .

28/09/2015

La guerre est bien affreuse . Mais la crainte pour un fils l'est mille fois davantage

... Mis en ligne le 8/8/2017 pour le 28/9/2015

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

[28 septembre 1760 ?] 1

Madame, immédiatement après avoir ouvert le paquet de Mme de Bassevits, je vois que Votre Altesse Sérénissime m’honore d'une lettre qui me remplit d'inquiétude . Elle me fait trembler pour le prince Ernest 2, ah qu'il vive madame , et que le duc de Virtemberg mange tout . La guerre est bien affreuse . Mais la crainte pour un fils l'est mille fois davantage, permettez-moi d'oser madame partager tous vos sentiments . Je me jette à vos pieds et à ceux de votre auguste famille avec tout l'attendrissement et le respect que vous m'inspirez . La grande maîtresse des cœurs est bien alarmée . »

1 On ne connait pas la lettre à laquelle réponds ici V*.

2 Le futur Ernest II, qui règna de 1772 à 1804 .

27/09/2015

Adieu, monsieur, daignez, dans le chaos, dans la décadence, dans le temps ridicule où nous sommes, me fortifier contre ce pauvre siècle

...

 

 

« A Louis-Elisabeth de La Vergne, comte de Tressan

Au château de Ferney 27 septembre [1760] 1

Je vous fais mon compliment comme mille autres, mon très aimable gouverneur, et, je crois, plus sincèrement et plus tendrement que les mille autres . Je défie les Menoux même de s'intéresser plus à vous que moi . Vous voilà gouverneur de la Lorraine allemande, vous avez beau faire, vous ne serez jamais allemand . Mais pourquoi n'êtes-vous pas gouverneur de mon petit pays de Gex ? pourquoi Tityre ne fait-il pas paître ses moutons sous un Pollion tel que vous ? J'ai l'honneur de vous envoyer les deux premiers exemplaires d'une partie de l'Histoire de Pierre le Grand ; il y a un an qu’ils sont imprimés, mais je n'ai pu les faire paraître plus tôt parce qu'il a fallu avoir auparavant le consentement de la cour de Pétersbourg . Vous êtes, comme de raison, le premier à qui je présente cet hommage . Vous verrez que j'ai fait usage du témoignage honorable que je vous dois . De ces deux exemplaires, que je fais partir par la messagerie de Genève, il y en a un pour le roi de Pologne . Je manquerais à mon devoir si je priais un autre que vous de mettre à ses pieds cette faible marque de mon respects et de ma reconnaissance . Il est vrai que je lui présente l'histoire de son ennemi ; mais celui qui embellit Nancy rend justice à celui qui a bâti Pétersbourg ; et le cœur de Stanislas n'a point d'ennemis . Permettez donc, mon adorable gouverneur, que je m'adresse à vous pour faire parvenir Pierre le Grand à Stanislas le bienfaisant . Ce dernier titre est le plus beau .

La Lorraine allemande vous fait-elle oublier l'Académie française dont vous seriez l'ornement ? Certainement vous ne feriez pas une harangue dans le goût de notre ami Lefranc de Pompignan . Vous n'auriez pas protégé la pièce des Philosophes, et sans déplaire à l'auguste fille du roi de Pologne, auprès de qui vous êtes, vous auriez concilié tous les esprits . Quoique je n'aime guère la ville de Paris, il me semble que je ferais le voyage pour vous donner ma voix . Je ne sais si deux Genevois ont eu le bonheur après lequel je soupire , celui de vous voir ? Je les avais chargés d'une lettre pour vous 2 : j'avais pris même, la liberté de vous communiquer mon petit remerciement au roi de Pologne, de son livre intitulé : L'Incrédulité combattue par le simple bon sens 3. Il a daigné me remercier de ma lettre par un billet de sa main 4 qui n'a pas été contresigné Menoux .

Adieu, monsieur, daignez, dans le chaos, dans la décadence, dans le temps ridicule où nous sommes, me fortifier contre ce pauvre siècle, par votre souvenir, par vos bontés, par les charmes de votre esprit qui est du bon temps . Mille tendres respects .

V. »

 

1 Une copie contemporaine est datée par erreur 1761 ; une copie ancienne donne 23 pour le quantième, suivie de toutes les autres éditions .

 

 

Comment a-t-on le front d'inventer tant de circonstances et de détails !

... Tout bonnement pour mieux se vendre ou vendre du papier people !

 

« A Ivan Ivanovitch Schouvalov

Au château de Ferney par Genève

27 septembre 1760 1

Monsieur, Votre Excellence a reçu sans doute la lettre de M. de comte de Golofkin 2. J'ai pris la liberté de lui adresser pour vous un petit ballot contenant quelques exemplaires du premier volume de l'Histoire de Pierre le Grand . Votre Excellence en présentera un à sa Majesté Impériale si elle le juge à propos . Je m'en remets en tout à vos bontés . J'ai amassé de mon côté des matériaux pour le second volume . Ils viennent de M. le comte de Basssevits qui fut longtemps employé à Petersbourg . Le gentilhomme 3 que vous m'aviez annoncé et qui devait me rendre de votre part de nouveaux mémoires n'est point venu . Je l'attends depuis près de deux mois .

Je ne peux m'empêcher de vous conter qu'on m'a remis des anecdotes bien étranges, et qui sont singulièrement romanesques . On prétend que la princesse épouse du csarovits ne mourut point en Russie, qu'elle se fit passer pour morte, qu'on enterra une bûche qu'on mit dans la bière, que la comtesse de Konismark conduisit cette aventure incroyable, qu’elle se sauva avec un domestique de cette comtesse, que ce domestique passa pour son père, qu'elle vint à Paris, qu'elle s'embarqua pour l'Amérique, qu'un officier français qui avait été à Pétersbourg la reconnut en Amérique et l'épousa, que cet officier se nommait d'Aubane, qu'étant revenu d'Amérique, elle fut reconnue par le maréchal de Saxe, que le maréchal se crut obligé de découvrir cet étrange secret au roi de France, que le roi quoique alors en guerre avec la reine de Hongrie lui écrivit de sa main pour l'instruire de la bizarre destinée de sa tante ,

que la reine de Hongrie écrivit à la princesse en la priant de se séparer d'un mari trop en dessous d'elle et de venir à Vienne,

mais que la princesse était déjà retournée en Amérique, qu'elle y resta jusqu'en 1757 temps auquel son mari mourut, et qu'enfin elle est actuellement à Bruxelles où elle vit retirée et subsiste d'une pension de 20 mille florins d'Allemagne que lui fait la reine de Hongrie.

Comment a-t-on le front d'inventer tant de circonstances et de détails ! ne se pourrait-il pas qu'une aventurière ait pris le nom de la princesse épouse du csarovits ?

Je vais écrire à Versailles pour savoir quel peut être le fondement d'une telle histoire, incroyable dans tous les points 4.

Je me flatte que notre histoire de votre grand empereur sera plus vraie . Songez monsieur que je me suis établi votre secrétaire, dictez-moi du palais de l'impératrice, et j'écrirai .

M. de Soltikof passe sa vie à étudier, il se dérobe quelquefois à son travail pour assister à nos petits jeux olympiques . Nous jouons des tragédies nouvelles sur mon petit théâtre de Tournay, nous avons des acteurs et des actrices qui valent mieux que des comédiens de profession . Notre vie est plus agréable que celle qu’on mène actuellement en Silésie . On s'y égorge, et nous nous réjouissons .

J'ignore toujours si vous avez reçu le gros ballot que j'adressai à M. de Keizerling, et la caisse de Coladon . Il y a malheureusement bien loin d'ici à Pétersbourg . Je serai toute ma vie avec le plus sincère et le plus inviolable dévouement de Votre Excellence le très humble obéissant serviteur .

Voltaire. »

 

1 Manuscrit olographe . L'édition de Kehl suivie des autres éditions donne 21 pour quantième .

2 Il s'agit de la lettre du 26 août, de La Haye, par laquelle Golovkin rendait compte de ses démarches pour éviter que le libraire de Hondt n'imprimât l'Histoire de Pierre le Grand ; voir un extrait de cette lettre en note de la lettre du 2 août 1760 à Schouvalov : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/01/22/mon-zele-ne-se-ralentira-point-vous-m-avez-fait-russe-5748380.html

3 Pouchkine .

4 Voir sur toute cette histoire la lettre à la comtesse Bassewitz du 22 janvier 1761 : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2016/01/22/d-aubant-fut-amoureux-d-elle-et-de-sa-principaute-ils-se-mar-5748378.html

15/09/2015

Il faut aller à Versailles , il faut être au lever des patronnes et au coucher des patrons

... Et venir, selon l'heure , à scooter avec croissants, ou en voiture officielle avec champagne . Ciao Julie, ciao Fanfoué !

 

« A Théodore Tronchin

[vers septembre 1760]

Mon cher Esculape est toujours bienfaisant . C'est son essence . Je suis sensiblement touché de ce qu'il fait . Je lui représente seulement qu'il n'est point du tout décent qu'on sorte de chez moi sur une espérance qui après tout peut n'être pas remplie , et qu'on soit dans le cas de me reprocher d'avoir renvoyé une personne à qui on doit des égards, pour la laisser solliciter du pain à Paris .

Si monsieur Tronchin veut écrire pour Mme de Muy, et lui demander ses bons offices auprès de M. l'évêque d'Orléans pour en obtenir une pension sur les économats, qui vaque rarement et qu'on donne plus rarement encore à des catholiques, si monsieur Tronchin dis-je a la bonté de solliciter cette grâce, Mlle Bazincourt sera au nombre des personnes qu'il a favorisées et à qui il a fait du bien . Pour moi je ne peux absolument entrer dans cette affaire, ce n'est point à moi à l'engager à partir . Je ne veux pas encore une fois m'exposer au reproche de lui avoir fait quitter le certain pour l'incertain . Si elle va à Paris elle n'aura pas de quoi courir pour solliciter . Il faut aller à Versailles , il faut être au lever des patronnes et au coucher des patrons .

Elle n'est pas assez riche pour aller demander de l'argent à Paris . Six mois en fiacres seulement , mangeraient les pensions qu'elle espère . En un mot, j’admire la bonté de mon cher Esculape . Mais je me lave les mains du bien qu'on veut faire à Mlle Bazincourt, et je ne lui dirai même pas un mot de tout cela 1. Mais je dis à mon cher Tronch[in] qu'il est adorable .

V. »

1 Tronchin réussit dans son entreprise et Mlle Bazincourt retourna à Paris en novembre 1760, voir letttre du 12 novembre 1760 à Chennevières . On n'entendra plus parler d'elle en relation avec V* .