Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/09/2016

nous devons au public des vérités et des instructions

... Dans toute autre bouche que celle de Voltaire ces paroles ne sont que du vent, de franches hypocrisies si j'ose dire . Nous en avons entendu suffisamment et pourtant nous allons en avaler jusqu'à plus soif dans l'année qui vient, ça va nous saouler , comme d'habitude, et comme d'habitude on n'a que le choix du moins mauvais, sans plus . Des vérités : peu, des instructions : prou .

 Afficher l'image d'origine

Des vérités : prou ; des instructions : peu , c'est mieux .

 

 

 

« A Charles Pinot Duclos

Ferney, 19 septembre 1761

Je vous demande en grâce, monsieur, de vouloir bien engager nos confrères à daigner lire les corrections, les explications, les nouveaux doutes que vous trouverez dans le commentaire de Cinna . Vous vous intéressez à cet ouvrage : je sais combien il est important que je ne hasarde rien sans vos avis . M. le duc de Villars est chez moi . Je ne connais personne qui ait fait une étude plus réfléchie du théâtre que lui . Il sent comme moi combien ces remords sont peu naturels et par conséquent peu touchants après que Cinna s'est affermi dans son crime, et dans une fourberie aussi réfléchie que lâche qui exclut tout remords . Il est persuadé avec moi que ces remords auraient produit un effet admirable, s'il les avait eus quand il doit les avoir, quand Auguste lui dit qu'il partagera l'empire avec lui et qu'il lui donne Émilie . Ah ! si dans ce moment-là même , Cinna avait paru troublé devant Auguste ! si Auguste ensuite se souvenant de cet embarras en eût tiré un des indices de la conspiration ! que de beautés vraies ! que de belles situations un sentiment si naturel eût fait naître !

Nous devons de l’encens à Corneille et assurément je lui en donne, mais nous devons au public des vérités et des instructions . Je vous demande en grâce de m'aider . Le fardeau est immense . Je ne peux le porter sans secours . Je vous importune beaucoup . Je vous importunerai encore davantage . Je vous demande la plus grande patience et les plus grandes bontés . L'Europe attend cet ouvrage, on souscrit en Allemagne et en Angleterre, l'impératrice de Russie pour deux cents exemplaires comme le roi . Je vous conjure de me mettre en état de répondre à des empressements si honorables . Présentez à l'Académie mes respects, ma reconnaissance et ma soumission et renvoyez-moi ce manuscrit , c'est la seule pièce que j'aie . »

 

Écrire un commentaire