Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/08/2018

Je vois, avec une sainte joie, combien votre cœur est touché des vérités sublimes de notre sainte religion, et que vous voulez consacrer vos travaux et vos grands talents à réparer le scandale que vous avez pu donner

... Se disent réciproquement l'Arabie Saoudite et le Qatar à l'occasion du hajj, rituel et énorme commerce, version 2018 : http://www.france24.com/fr/20180817-arabie-saoudite-mecqu...

Les pèlerins ne sont pas des saints, pas plus les musulmans que ceux de toutes autres religions/superstitions, et leur concentration  apporte un anonymat qui permet des actes délictueux noyés dans la masse , et avec la bénédiction d'Allah . Mohammed, tes adorateurs ne valent pas mieux après pèlerinage qu'avant , ils restent aussi bornés , et dans leurs têtes ça continue à tourner bêtement comme autour du caillou sacro-saint .

imam mecque.png

Noter les rubriques : Ambiance , Humour, Divers

Que pense Patrick Sébastien face à ces redoutables concurrents en rigolade ?

 

 

« A Claude-Adrien Helvétius

25è août 1763 1

Monsieur,

Pax Christi 2. Je vois, avec une sainte joie, combien votre cœur est touché des vérités sublimes de notre sainte religion, et que vous voulez consacrer vos travaux et vos grands talents à réparer le scandale que vous avez pu donner, en mettant dans votre fameux livre 3 quelques vérités d’un autre ordre, qui ont paru dangereuses aux personnes d’une conscience délicate et timorée, comme MM. Omer Joly de Fleury, MM. Gauchat, Chaumeix, et plusieurs de nos pères.

Les petites tribulations que nos pères éprouvent aujourd’hui les affermissent dans leur foi ; et plus nous sommes dispersés, et plus nous faisons de bien aux âmes. Je suis à portée de voir ces progrès, étant aumônier de M. le résident de France à Genève ; je ne puis assez bénir Dieu de la résolution que vous prenez de combattre vous-même pour la religion chrétienne dans un temps où tout le monde l’attaque et se moque d’elle ouvertement. C’est la fatale philosophie des Anglais qui a commencé tout le mal. Ces gens-là, sous prétexte qu’ils sont les meilleurs mathématiciens et les meilleurs physiciens de l’Europe, ont abusé de leur esprit jusqu’à oser examiner les mystères. Cette contagion s’est répandue partout. Le dogme fatal de la tolérance infecte aujourd’hui tous les esprits ; les trois quarts de la France au moins commencent à demander la liberté de conscience : on la prêche à Genève.

Enfin, monsieur, figurez-vous que lorsque le magistrat de Genève n’a pu se dispenser de condamner le roman de M. J.-J. Rousseau, intitulé Émile, six cents citoyens sont venus 4 par trois fois protester au conseil de Genève qu’ils ne souffriraient pas que l’on condamnât, sans l’entendre, un citoyen qui avait écrit à la vérité contre la religion chrétienne, mais qu’il pouvait avoir ses raisons, qu’il fallait les entendre ; qu’un citoyen de Genève peut écrire ce qu’il veut, pourvu qu’il donne de bonnes explications.

Enfin, monsieur, on renouvelle tous les jours les attaques que l’empereur Julien, les philosophes Celse et Porphyre, livrèrent, dès les premiers temps, à nos saintes vérités. Tout le monde pense comme Bayle, Descartes, Fontenelle, Shaftesburi, Bolingbroke, Colins, Wolston ; tout le monde dit hautement qu’il n’y a qu’un Dieu, que la sainte vierge Marie n’est pas mère de Dieu, que le Saint-Esprit n’est autre chose que la lumière que Dieu nous donne. On prêche je ne sais quelle vertu qui, ne consistant qu’à faire du bien aux hommes, est entièrement mondaine et de nulle valeur. On oppose au Pédagogue chrétien 5 et au Pensez-y bien 6, livres qui faisaient autrefois tant de conversions, de petits livres philosophiques qu’on a soin de répandre partout adroitement. Ces  petits livres se succèdent rapidement les uns aux autres. On ne les vend point, on les donne à des personnes affidées qui les distribuent à des jeunes gens et à des femmes. Tantôt c’est le Sermon des Cinquante, qu’on attribue au roi de Prusse ; tantôt c’est un Extrait du Testament de ce malheureux curé Jean Meslier, qui demanda pardon à Dieu en mourant d’avoir enseigné le christianisme ; tantôt c’est je ne sais quel Catéchisme de l’honnête Homme, fait par un certain abbé Durand. Quel titre, monsieur, que le Catéchisme de l’honnête Homme ! comme s’il pouvait y avoir de la vertu hors de la religion catholique !

Opposez-vous à ce torrent, monsieur, puisque Dieu vous a fait la grâce de vous illuminer. Vous vous devez à la raison et à la vertu indignement outragées : combattez les méchants comme ils combattent, sans vous compromettre, sans qu’ils vous devinent. Contentez-vous de rendre justice à notre sainte religion d’une manière claire et sensible, sans rechercher d’autre gloire que celle de bien faire. Imitez notre grand roi Stanislas, père de notre illustre reine, qui a daigné quelquefois faire imprimer de petits livres chrétiens entièrement à ses dépens. Il eut toujours la modestie de cacher son nom, et on ne l’a su que par son digne secrétaire M. de Solignac. Le papier me manque ; je vous embrasse en Jésus-Christ.

JEAN PATOUREL, CI-DEVANT JÉSUITE. »

2 La paix du Christ (soit avec vous ) . Formule par laquelle les jésuites commençaient leurs lettres . V* pastiche leur style, et pousse la plaisanterie jusqu'à écrire la lettre par une main inconnue, peut-être même avec une orthographe particulière (il écrit résident sous la forme rhésident ).

3 De l'esprit .

4 Le 18 juin et le 8 août 1763 .

5 Le pédagogue chrétien, ou la Manière de vivre chrétiennement, de Philippe d'Outreman, vers 1630 ; V* dans sa bibliothèque un exemplaire d’une des nombreuses rééditions postérieures . La dernière édition de l'ouvrage est de 1866 . Voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k858859n.image

6 Pensez-y bien : courtes réflexions sur les quatre fins et le purgatoire, d'André Colinot, 1721 ; voir : http://data.bnf.fr/10304128/andre_colinot/

et : http://www.chire.fr/A-143337-pensez-y-bien-ou-reflexions-sur-les-quatre-fins-dernieres.aspx

Écrire un commentaire