Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/08/2019

Tirez à la courte paille

... Et trouvez enfin qui sera candidat à la mairie de Paris , et qu'on n'en parle plus .

Résultat de recherche d'images pour "tirer à la courte paille en anglais"

 

 

« A monsieur Gabriel

ou Philippe Cramer

ou madame Cramer

la mère, ou madame

Cramer Delon

[1764 ?]

Comment se porte toute la famille ? Il nous faut absolument un Cramer à dîner . Tirez à la courte paille . »

22/08/2019

Je ne connais point d'invention plus utile aux beaux-arts que la gravure, qui multiplie les copies des peintures et procure du plaisir aux Russes comme aux Indiens

...Résultat de recherche d'images pour "vernet gravure le bas"

On me signale qu'il existe un moyen moderne d'arriver à ce résultat : la photographie . Merci pour le renseignement .

 

« A Jacques-Philippe Le Bas 1

[vers 1764]2

Monsieur, j'ai reçu votre dernier chef-d’œuvre, et je n'ai pu me lasser d'y admirer cette multitude de figures et la beauté de l'ensemble . Si les tableaux de Vernet restent en France, vos estampes les font passer dans les quatre parties du monde . Je ne connais point d'invention plus utile aux beaux-arts que la gravure, qui multiplie les copies des peintures et procure du plaisir aux Russes comme aux Indiens .

J’ai dans ma retraite toujours entendu parler avec succès de votre gloire ; votre estampe me fait regretter de n'être à portée de voir le tableau . Agréez la reconnaissance de votre très humble serviteur, etc. »

2 Il semble à peu près certain que V* accuse réception d'une ou plusieurs des gravures de la série des Ports de France, d'après Vernet, dont l’essentiel fut publié entre 1760 et 1767 (http://www.kapandji-morhange.com/html/fiche.jsp?id=812034...   ) . La date proposée pour cette lettre est donc conjecturale et très approximative .

21/08/2019

il n'a qu'à parler

... pour que le monde soit pollué par une nouvelle trumperie ; la plus récente (je ne dis pas la dernière, ce qui serait trop optimiste ) ânerie de mister Trump Donald étant l'annulation de son voyage au Danemark qui ressemble plus à un caprice de môme qu'à une décision présidentielle : https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/vente-du-groenland-donald-trump-annule-son-voyage-au-danemark-vexe-par-le-manque-d-interet-de-la-premiere-ministre-danoise-pour-sa-proposition_3584577.html . Il n'y a pas que la glace qui fond au Groenland, la cervelle du président des States est encore en plus mauvais état depuis bien longtemps .

Résultat de recherche d'images pour "groenland et trump"

"Je suis le maître du monde ..." , figure de proue de l'USS Titanic-Trump

 

 

« A Gabriel Cramer

[juin-juillet 1764 ?]

Quand monsieur Cramer voudra quelques tomes de Corneille il n'a qu'à parler .

Il est prié de vouloir bien aussi envoyer trois exemplaires complets des neuf volumes en feuilles chez Jacoby, on lui sera très obligé. »

ne voulant pas me brouiller avec le Saint-Office

... qui n'a de saint que le nom, fils aîné de la détestable Inquisition, père de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi qui sévit de nos jours, je reste sourd à  tout ce beau monde ensoutané : engagez-vous, rengagez-vous qu'ils disent !

Résultat de recherche d'images pour "engagez-vous, rengagez-vous qu'ils disent !"

Plus fort qu'Astérix et Obélix réunis : Voltaire , ma potion magique .

 

 

« A Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais

[1764] 1

[Dit qu'il n'a pas répondu plus tôt à la lettre de Beaumarchais, à Bayonne, préférant attendre que son correspondant fût de retour à Versailles, de peur de lui créer des difficultés avec le Saint-Office.]

1 Beaumarchais, écrivant le 24 décembre 1764 de Madrid au duc de La Vallière, décrit la bibliothèque de l'Escurial , en disant : « Une des choses qui m'a le plus frappé dans ce très magnifique couvent, c'est la condamnation des livres de presque tous nos philosophes moderne qui est affichée publiquement auprès du chœur des moines . Les ouvrages proscrits y sont nommés ainsi que leurs auteurs, et par prédilection votre ami Voltaire, dont on ne condamne pas seulement les ouvrages qu'il a faits, mais encore ceux qu'il fera par la suite, ne pouvant sortir que du mal d'une plume aussi abominable . Je lui avais écrit de Bayonne pour lui envoyer la commission de M. le duc de Laval et la vôtre, monsieur le duc . Il est resté trois mois sans me répondre et m'a enfin écrit à mon adresse de Versailles, me comptant bien de retour, dit-il, et ne voulant pas me brouiller avec le Saint-Office en m'envoyant ici une lettre de lui ; mais elle m'y est parvenue sans accident . »Extrait de Beaumarchais et son temps, de Louis Léonard de Loménie ; voir page 502 et suiv. : https://books.google.fr/books?id=_TkBAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

C'est peut-être à la même lettre de V* que se réfère Beaumarchais dans une lettre à son père, non exactement datée (sans doute 1764-1765), où il lui dit : « J'ai reçu la lettre de M. de Voltaire ; il me complimente en riant sur mes trente-deux dents, ma philosophie gaillarde et mon âge . Sa lettre est très bonne, mais la mienne exigeait tellement cette réponse que je crois que je l'eusse faite moi-même . Il désire quelques détails sur le pays où je suis . » Extrait de Beaumarchais et son temps ; voir page 152 et suiv. : https://books.google.fr/books?id=_TkBAAAAQAAJ&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

On ne sait que peu de choses de la correspondance entre Beaumarchais et V*, qui, curieusement , n'a laissé aucune trace matérielle .

20/08/2019

Il cherche à faire la guerre; mais je ne mettrai pas mes troupes en campagne contre lui

...Telle est en substance la conclusion d'Emmanuel Macron après son entrevue avec Vladimir Poutine au Fort de Brégançon .

https://www.lemonde.fr/international/article/2019/08/20/a-bregancon-emmanuel-macron-tend-la-main-a-la-russie-profondement-europeenne_5500861_3210.html

Résultat de recherche d'images pour "poutine et macron à brégançon"

товарищи 

Compte tes doigts quand même camarade Emmanuel !

 

« A Théodore Tronchin

30 juin [1764] 1

Mon cher Esculape voudriez-vous bien avoir la bonté de me faire renvoyer le volume contenant le manuscrit sur la Compagnie des Indes que vous avez prêté à M. de Labat ? Je vous serais très obligé .

Que dites-vous de ce fou de Jean-Jacques ? qui imprime que je suis le plus violent et le plus adroit de ses persécuteurs 2. Vit-on jamais plus absurde démence ? Ce philosophe n'est pas plus guéri de sa folie que de ses carnosités . Il cherche à faire la guerre; mais je ne mettrai pas mes troupes en campagne contre lui .

Mon cher Esculape, quoi que vous en disiez, je baisse infiniment, mais je vous aime de même .

V. »

1 L'édition Voltaire à Ferney place la lettre en 1765 .

19/08/2019

il n'y a point de bagatelle en amitié

...

 

« A François Tronchin

Conseiller d’État

rue des Chaudronniers

à Genève

A Ferney 30 juin [1764] 1

Je demande votre protection mon cher ami . Voici ce qui se trouve dans votre chancellerie concernant vos cadastres de Fernex .

« Une pose de bois, au bois Favel ou Tavel jouxte le bois de Gabriel Saunes du levant, le bois du seigneur de Fernex du couchant, le bois de Sarasin de bise et celui de Guichard Fontaine du vent . »

Je vous aurais une extrême obligation de vouloir bien me procurer une copie vidimée 2 authentique non seulement de cet article mais de tous les articles concernant les bois de Fernex.

M. Cathala paiera ce qu'il faudra pour cette besogne . Je vous demande pardon de vous importuner pour cette bagatelle, mais il n'y a point de bagatelle en amitié, et c'est un des meilleurs offices que maman et moi nous attendons de vos bontés.

V. »

1 Jean Sarasin a écrit le 28 juin 1764 à Wagnière pour essayer de « donner des éclaircissements sur les confins de [son ] bois du côté de l'occident. »

2 C'est-à-dire certifiée conforme après collation .

18/08/2019

il devrait savoir que je ne me venge jamais des infortunés

...Illustration «L'air des infortunés»

https://www.estrepublicain.fr/pour-sortir/loisirs/Exposit...

 

 

« A Jean-François de La Harpe

30è juin 1764 à Ferney 1

Un vieux serviteur de Melpomène doit aimer son jeune favori ; aussi, monsieur, pouvez-vous compter que je fais mon devoir envers vous 2. Vous m’aviez flatté d’un petit voyage avec M. de Chimène . On dit que vous allez donner votre Timoléon ; vos nouveaux lauriers vous retiennent à Paris, et il faudra que je sacrifie mes plaisirs à votre gloire .

Je suis bien aise d’apprendre que l’abbé Asselin 3 est encore en vie. Il y a environ soixante ans que je fis connaissance avec lui, et je crois qu’il était majeur. Je lui souhaite les années de Fontenelle.

Vous m’avez dit aussi un mot de Jean-Jacques Rousseau . C’est un étrange fou que cet étrange philosophe. J’avais encore de la voix et des yeux il y a trois ans, et je jouais les vieillards assez passablement sur le théâtre de mon petit château de Ferney . Mme Denis (par parenthèse) jouait les rôles de mademoiselle Clairon avec attendrissement . Quelques citoyens genevois venaient quelquefois à nos comédies et à nos soupers . Il plut à Jean-Jacques de m’écrire ces douces paroles ,  vous donnez chez vous des spectacles ; vous corrompez les mœurs de ma république, pour prix de l’asile qu’elle vous a donné. »

J’eus assez de sagesse pour ne pas répondre à Jean-Jacques ; et la république de J-Jacques ayant jugé à propos depuis de brûler son livre et de décréter de prise de corps sa personne, J.-J. [a]4 imaginé que je m’étais vengé de lui parce qu’il m’avait offensé, et que c’était moi qui avait engagé le Conseil de Genève à lui donner cette petite marque d’amitié. Le pauvre homme m’a bien mal connu, il ne sait pas que je vis chez moi, et que je ne vais jamais à Genève ; il devrait savoir que je ne me venge jamais des infortunés. Un de ses grands malheurs, c’est que la tête lui ait tourné.

Adieu, monsieur ; vous avez le mérite des véritables gens de lettres, et vous n’en avez pas les injustices. Comptez que je m’intéresse à vous aussi vivement que je plains Jean-Jacques. »

1 L'édition de Kehl est incomplète de la fin du 1er paragraphe ( à partir de on dit …), biffée sur la copie Beaumarchais, suivie par les éditions : voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/08/correspondance-annee-1764-partie-22.html

2 En lui envoyant le Corneille commenté .

4 Mot arraché par le cachet de la lettre .