Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/03/2024

Et en cas que vous me condamnassiez à ne recevoir aucun des adoucissements que je demande, je me croirais très-bien condamné

... J'aime trop l'imparfait du subjonctif pour vous en priver, ô vous qui massacrez le français sur les réseaux dits sociaux, et si vous criez haro sur moi, faites-le en respectant l'orthographe et la grammaire si vous pouvez, ça me consolerait !

 

 

« A Jean-Philippe Fyot de La Marche fils, premier président

26è auguste 1768, au château de Ferney.

Monsieur,

Après avoir perdu monsieur votre père 1, dont j’étais le contemporain, et ayant des organes bien moins forts que les siens, ne devant penser qu’à le suivre et à mettre quelque arrangement dans les affaires de ma famille, je prends la liberté de soumettre à votre opinion et à vos bontés la dernière lettre que j’ai été forcé d’écrire à M. le président de Brosses après dix années de vexations et de chagrins 2. Je me soumettrais sans aucune difficulté à tout ce que vous ordonneriez, s’il voulait vous prendre pour arbitre. Et en cas que vous me condamnassiez à ne recevoir aucun des adoucissements que je demande, je me croirais très-bien condamné.

M. de Brosses me réduit à manquer d’asile sur la fin de ma vie, en cas que je vende la terre de Ferney pour l’avantage de ma famille. Cette situation serait douloureuse, et en me faisant du mal il y perdrait lui-même, puisqu’en me retirant à Tournay il faudrait nécessairement que j’y fisse des dépenses qui tourneraient toutes à son profit. Son intérêt s’accorde visiblement avec l’humanité et la justice que je réclame, et qui sont si convenables à sa place.

Tous ces motifs semblent justifier, monsieur, la liberté que je prends auprès de vous ; j’espère que vous la pardonnerez aux sentiments qui m’ont attaché toute ma vie à vos parents, à vos amis, et surtout à votre personne, et que vous agréerez le profond respect avec lequel j’ai l’honneur d’être, monsieur, votre très-humble et très-obéissant serviteur.

Voltaire. »

1 Mort le 3 juin 1768 .

16/03/2024

gonflé d’un amour-propre féroce, persécuteur et calomniateur ...un barbare avide du sang humain, digne d’expirer sous la main des bourreaux qu’il emploie...il a osé employer la plus lâche et la plus noire calomnie

... Poutine, tu es ridicule au-delà de toute expression, élu comme un véritable chef de république bananière, quelle gloire !  Voltaire te décrit et te vomit, et nous aussi .

04-RUSSIE-OPPOSITION_03_KICHKA-Poutine-opposition-e1519924712797.jpg

https://www.cartooningforpeace.org/editos/poutine-et-lecologie-au-programme-de-la-collection-cartooning-for-peace-gallimard/

 

 

 

« A Philippe-Charles-François-Joseph de Pavée, marquis de Villevielle

A Ferney, 26 Auguste 1768 1

Je vous attends au mois de septembre, mon cher marquis . Vous êtes assez philosophe pour venir partager ma solitude. Ferney est tout juste dans le chemin de Nancy. En attendant, il faut que je vous fasse mon compliment de ce que vous n’êtes point athée. Votre devancier, le marquis de Vauvenargues, ne l’était pas ; et quoi qu’en disent quelques savants de nos jours, on peut être très bon philosophe, et croire en Dieu. Les athées n’ont jamais répondu à cette difficulté, qu’un[e] horloge prouve un horloger ; et Spinosa lui-même admet une intelligence qui préside à l’univers. Il est du sentiment de Virgile :

Mens agitat molem, et magno se corpore miscet.2

Quand on a les poètes pour soi, on est bien fort. Voyez La Fontaine, quand il parle de l’enfant que fit une religieuse ; il dit :

Si ne s’est après tout fait lui-même. 3

Je viens de lire un nouveau livre de l’Existence de Dieu, par un Bullet 4, doyen de l’université de Besançon. Ce doyen est savant, et marche sur les traces des Swamerdam 5, des Nieuventit 6 et des Derham 7; mais c’est un vieux soldat à qui il prend des terreurs paniques. Il est tout épouvanté du grand argument des athées, qu’en jetant d’un cornet les lettres de l’alphabet, le hasard peut amener l’Enéide dans un certain nombre de coups donné . Pour amener le premier mot arma, il ne faut que vingt-quatre jets ; et, pour amener arma virumque, il n’en faut que cent vingt millions 8: c’est une bagatelle ; et, dans un nombre innombrable de milliards de siècles, on pourrait à la fin trouver son compte dans un nombre innombrable de hasards ; donc dans un nombre innombrable de siècles, il y a l’unité contre un nombre innombrable de chiffres que le monde a pu se former tout seul.

Je ne vois pas dans cet argument ce qui a pu accabler M. Bullet ; il n’avait qu’à répondre sans s’effrayer . Il y a un nombre innombrable de probabilités qu’il existe un Dieu formateur, et vous n’avez, messieurs, tout au plus que l’unité pour vous : jugez donc si la chance n’est pas pour moi.

De plus, la machine du monde est quelque chose de beaucoup plus compliqué que l’Enéide. Deux Enéides ensemble n’en feront pas une troisième, au lieu que deux créatures animées font une troisième créature, laquelle en fait à son tour : ce qui augmente prodigieusement l’avantage du pari.

Croiriez-vous bien qu’un jésuite irlandais a fourni en dernier lieu des armes à la philosophie athéistique, en prétendant que les animaux se formaient tout seuls ? C’est ce jésuite Needham 9, déguisé en séculier, qui, se croyant chimiste et observateur, s’imagina avoir produit des anguilles 10 avec de la farine et du jus de mouton. Il poussa même l’illusion jusqu’à croire que ces anguilles en avaient sur-le-champ produit d’autres, comme les enfants de Polichinelle et de madame Gigogne 11. Voilà aussitôt un autre fou, nommé Maupertuis, qui adopte ce système, et qui le joint à ses autres méthodes de faire un trou jusqu’au centre de la terre pour connaître la pesanteur, de disséquer des têtes de géants pour connaître l’âme, d’enduire les malades de poix-résine pour les guérir, et d’exalter son âme pour voir l’avenir comme le présent 12. Dieu nous préserve de tels athées ! celui-là était gonflé d’un amour-propre féroce, persécuteur et calomniateur ; il m’a fait bien du mal ; je prie Dieu de lui pardonner, supposé que Dieu entre dans les querelles de Maupertuis et de moi.

Ce qu’il y a de pis, c’est que je viens de voir une très bonne traduction de Lucrèce  avec des remarques fort savantes, dans lesquelles l’auteur allège les prétendues expériences du jésuite Needahm pour prouver que les animaux peuvent naître de pourriture 13. Si ces messieurs avaient su que Needham était un jésuite, ils se seraient défiés de ses anguilles et ils auraient dit :

Latet anguis in herba. 14

Enfin il a fallu que M Spalanzani, le meilleur observateur de l’Europe, ait démontré aux yeux le faux des expériences de cet imbécile Needham 15. Je l’ai comparé 16 à ce Malcrais de La Vigne , gros vilain commis de la douane au Croisic en Bretagne, qui fit accroire aux beaux esprits de Paris qu’il était une jolie fille faisant joliment des vers 17.

Mon cher marquis, il n’y a rien de bon dans l’athéisme. Ce système est fort mauvais dans le physique et dans le moral. Un honnête homme peut fort bien s’élever contre la superstition et contre le fanatisme : il peut détester la persécution ; il rend service au genre humain s’il répand les principes humains de la tolérance ; mais quel service peut-il rendre s’il répand l’athéisme ? les hommes en seront-ils plus vertueux, pour ne pas reconnaître un Dieu qui ordonne la vertu ? non sans doute. Je veux que les princes et leurs ministres en reconnaissent un, et même un Dieu qui punisse et qui pardonne. Sans ce frein, je les regarderai comme des animaux féroces qui, à la vérité, ne me mangeront pas lorsqu’ils sortiront d’un long repas, et qu’ils digéreront doucement sur un canapé avec leurs maîtresses, mais qui certainement me mangeront, s’ils me rencontrent sous leurs griffes, quand ils auront faim, et qui, après m’avoir mangé, ne croiront pas seulement avoir fait une mauvaise action . Ils ne se souviendront même point du tout de m’avoir mis sous leurs dents quand ils auront d’autres victimes.

L’athéisme était très commun en Italie, aux XVè et XVIè siècles . Aussi, que d’horribles crimes à la cour des Alexandre VI , des Jules II, des Léon X ! Le trône pontifical et l’Église n’étaient remplis que de rapines, d’assassinats, et d’empoisonnements. Il n’y a que le fanatisme qui ait produit plus de crimes.

Les sources les plus fécondes de l’athéisme sont, à mon sens, les disputes théologiques. La plupart des hommes ne raisonnent qu’à demi, et les esprits faux sont innombrables. Un théologien dit : « Je n’ai jamais entendu et je n’ai jamais dit que des sottises sur les bancs ; donc ma religion est ridicule. Or ma religion est sans contredit la meilleure de toutes ; cette meilleure ne vaut rien ; donc il n’y a point de Dieu. » C’est horriblement raisonner. Je dirais plutôt : Donc il y a un Dieu qui punira les théologiens, et surtout les théologiens persécuteurs.

Je sais très bien que je n’aurais pas démontré au Normand de Vire, Le Tellier 18, qu’il existe un Dieu qui punit les tyrans, les calomniateurs, et les faussaires, confesseurs des rois. Le coquin, pour réponse à mes arguments, m’aurait fait mettre dans un cul de basse-fosse. Je ne persuaderai pas l’existence d’un Dieu rémunérateur et vengeur à un juge scélérat, à un barbare avide du sang humain, digne d’expirer sous la main des bourreaux qu’il emploie ; mais je la persuaderai à des âmes honnêtes, et, si c’est une erreur, c’est la plus belle des erreurs.

Venez dans mon couvent, venez reprendre votre ancienne cellule. Je vous conterai l’aventure d’un prêtre constitué en dignité 19, que je regarde comme un athée de pratique, puisque, faisant tout le contraire de ce qu’il enseigne, il a osé employer contre moi, auprès du roi, la plus lâche et la plus noire calomnie. Le roi s’est moqué de lui, et le monstre en est pour son infamie. Je vous conterai d’autres anecdotes : nous raisonnerons, et surtout je vous dirai combien je vous aime.

V. »

1 Original, initiale et la dernière phrase autographes ; minute complétée, corrigée et datée par V* (les quatre premières pages faisaient partie de la collection Besterman ; les deux dernières sont à la Bibliothèque nationale ) ; édition de Kehl, faite à partir de la minute pour les quatre premières pages .

2 Virgile, L'Enéïde, VI, 727 . L’esprit agite la matière, et se mêle à ce corps immense .

3 La Fontaine, Contes, IV, v. 37 « Les Lunettes » : http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/clunettes.htm

4 Jean-Baptiste Bullet : L'Existence de Dieu démontrée par les merveilles de la nature, 1768 . Cet ouvrage semble marquer à certains égards un tournant dans la pensée de V* . Dès lors, son déisme s'affirmera et s'exprimera notamment dans Jenni, ou le sage et l'Athée .

Voir : https://archive.org/details/lexistencededieu00nieu/page/n9/mode/2up

et : https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Histoire_de_Jenni_ou_le_Sage_et_l%E2%80%99Ath%C3%A9e

5 Jan Swammerdam, auteur posthume de Bybel der nature, 1757-1758 ( https://archive.org/details/bybeldernatuure2swam/page/n5/mode/2up ) et d'autres ouvrages , notamment une fameuse Histoire générale des insectes , 1669 : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1511558w.image

6 V* possède un ouvrage de Bernard Nieuwentijdtt : Le Véritable Usage de la contemplation de l'univers pour la conviction des athées et des incrédules, 1717 , traduit en français par Noguès, 1725-1740 , et qui inspirera à Châteaubriand des réflexions du génie du christianisme, Ière partie, liv. V.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Bernard_Nieuwentyt

7 Sur William Derham et son œuvre, voir Micromégas : https://fr.wikisource.org/wiki/Microm%C3%A9gas/Texte_entier#cite_note-9

8 V* n'est pas le meilleur calculateur qui soit . Sur la base d'un alphabet de vingt-quatre lettres, la probabilité d’obtenir les mots arma virulque cano, qui font , comme on le sait le début de L'Enéïde : «  Je chante les armes et l'homme [...] » est de 1 sur 2412, ce qui est bien plus qu’annoncé par V*.

9 Sur Needham et son œuvre , qui perturbent le « fixisme » de V*, voir https://fr.wikisource.org/wiki/Questions_sur_les_miracles/%C3%89dition_Garnier

10 Voyez les Lettres sur les miracles. (G.Avenel .)

11 Polichinelle et la mère Gigogne, dont parle V*, sont des personnages traditionnels du théâtre de marionnettes .

12 Retour à Maupertuis que V* a laissé de côté pendant quelque temps ; V* énonce les thèmes qu'il reprend inlassablement contre Maupertuis ; voir : https://obvil.huma-num.fr/agon/querelles/querelle-de-voltaire-versus-maupertuis

13 Lucrèce, traduction nouvelle, 1768, par La Grange, précepteur chez d’Holbach. (G.A.)

Voir : https://archive.org/details/lucrcetraducti02lucr/page/n3/mode/2up

14 Virgile, Bucoliques, III, 93 ; Un anguille se cache dans l'herbe .

15 Sur les ouvrages de Spallanzani que connaît V*, voir la lettre d'octobre-novembre 1765 à Cramer : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/02/22/mes-paperasses-que-je-ne-sais-plus-ou-mettre-6299126.html

16 Dans Les Singularités de la nature, 1768, chap. XX : https://archive.org/details/lessingularitsde00volt/page/n7/mode/2up

17 Ou plutôt à Desforges-Maillard, qui se donnait pour mademoiselle Malcrais de La Vigne. (G.A.)

Sur cette fameuse supercherie littéraire, œuvre de Desforges-Maillard, voir : https://voltairefoundation.wordpress.com/tag/paul-desforges-maillard/

18 Michel Le Tellier, jésuite, fils d'un paysan de Vire, qui fut confesseur de Louis XIV en 1709. Voir : https://data.bnf.fr/12045853/michel_le_tellier/fr.pdf

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Le_Tellier_(j%C3%A9s...)

19 Biord, évêque de Belley-Annecy .

15/03/2024

J’espère que dans cinq ou six cents ans tout cela sera corrigé !

... Le faubourg Saint-Germain de Voltaire a au moins deux places de nos jours et point d'abbaye , les moines sont remplacés par nos députés et une foultitude de ministres de toutes sortes . Il n'a pas fallu cinq siècles pour modifier le Paris du XVIIIè siècle , mais au train où va Mme Hidalgo nous ne sommes pas loin de revenir aux chars et charrettes hippomobiles ; bon côté de la chose, grâce au crottin on pourra avoir de beaux légumes sur nos balcons, terrasses et baignoires .

images.jpg

 

 

 

« A Charles-Alexandre Guillaumot 1

Au château de Ferney 24 auguste [1768] 2

Si ma mauvaise santé me l'avais permis, monsieur, il y a longtemps que je vous aurais remercié . J'ai trouvé votre ouvrage aussi instructif qu'agréable 3 . J'en suis devenu un peu moins indigne, depuis que je n'ai eu l'honneur de vous voir . J’ai fort augmenté ma petite chaumière, et j'en ai changé l'architecture ; mais j'habite un désert, et je m'intéresse toujours à Paris , comme on aime ses anciens amis avec leurs défauts .

Je suis toujours fâché de voir le faubourg Saint-germain sans aucune place publique ; des rues si mal alignées ; des marchés dans les rues ; des maisons sans eau , et même des fontaines qui en manquent, et encore quelles fontaines de village ! Mais en récompense les cordeliers, les capucins, ont de très grands emplacements . J’espère que dans cinq ou six cents ans tout cela sera corrigé ! En attendant, je vous souhaite tous les succès que vos grands talents méritent .

J'ai l'honneur d'être avec toute l'estime qui vous est due, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. »

2 Le manuscrit olographe est passé à la vente Emile Michelot, 7 mai 1880 ; édition Renouard.

3 Charles-Alexandre Guillaumot = M.G. : Remarques sur un livre intitulé Observations sur l'architecture de M. l'abbé Laugier .

L'abbé Marc-Antoine Laugier, dont les Observations ont été publiées en 1765 a fait notamment l'objet d'une étude de Wolfgang Herrmann , Laugier and Eighteenth Century French Theory, 1962 .

Voir : https://resources.warburg.sas.ac.uk/pdf/cbh795b2212212.pdf

et : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k85694n.image

14/03/2024

Nous avons il est vrai une assez bonne année, de sorte que selon toutes les apparences, la dépense n’excédera pas de beaucoup la recette , c'est tout ce qu'on peut espérer de mieux dans ce pays-ci

... Serait-ce la déclaration de notre ministre des Finances Bruno Le Maire ?

Pour tous ceux qui n'ont pas peur de parler de milliards, voir ce que disent nos experts : https://www.aft.gouv.fr/fr/budget-etat et https://www.vie-publique.fr/en-bref/293127-10-milliards-deuros-deconomie-au-budget-2024

Sans oublier les prévisions de la Banque de France, notre grosse tirelire ( un fameux gros et gras cochon ) qui n'accorde jamais un délai aux petits endettés, et déroule le tapis rouge pour les grossiums : https://www.europe1.fr/economie/la-banque-de-france-abaisse-a-08-sa-prevision-de-croissance-en-2024-4235518

IMAGE-SURENDETTEMENT.jpg

 

 

 

« A Marie-Louise Denis

24 auguste 1768

Dieu vous donne, ma chère nièce, un temps plus agréable en Picardie, que nous ne l'avons en Allobrogie . Nous avons il est vrai une assez bonne année, de sorte que selon toutes les apparences, la dépense n’excédera pas de beaucoup la recette , c'est tout ce qu'on peut espérer de mieux dans ce pays-ci quand on n'est pas M. de Verny 1 . Si l'utile manque, au moins on a l'agréable, et on vit dans l’abondance à peu de frais, mais avec une mauvaise santé on ne jouit à mon âge ni de l'agrément ni de l'abondance . Les bois commencent à se former un peu ; ils deviendront un jour un objet considérable ; et ainsi, puisque vous ne voulez pas vendre actuellement la terre, vous la vendrez mieux dans quelques années quand vous en serez dégoûtée .

J'ai continué à fermer ma porte à tout le monde ; mon état ne me permet plus de voir des passants et de me gêner pour eux . Je n'ai reçu qu'une visite d'une personne bien extraordinaire et que je ne puis nommer 2, tout le reste a été impitoyablement renvoyé .

Vous aurez probablement M. Dupuits à Hornoy, en même temps que cette lettre . Mme de Florian a dû recevoir un petit paquet 3 qui pourra l'amuser elle et sa compagnie . Il regarde les affaires du temps, et il m'a paru curieux . Je crois qu'il n'y a que le consistoire de Rome, dans le monde, à qui il puisse déplaire . J’étais si pressé et si malade quand j'envoyai ce paquet, que je ne l'accompagnai point d'une lettre . Je crois d'ailleurs qu'un ouvrage intéressant sur l'état présent des choses de ce monde fait beaucoup plus de plaisir qu'une lettre vague, dans laquelle on n'a rien à dire de particulier, et où l'esprit est à sec . Ainsi, je ne demande point pardon à M. et Mme de Florian de ne leur écrire que dans les occasions qui en valent la peine . Je les supplie de compter infiniment plus sur mon amitié que sur mon exactitude . Si la compagnie d'Hornoy reste encore un mois à la campagne, elle recevra infailliblement Le Siècle de Louis XIV et de Louis XV . Cela peut fournir une heure d’amusement par jour, quand on ne peut ni se promener , ni jouer au wisk .

Quant à nos affaires, j'approfondirai tout avec M. Christin dès qu'il sera à Ferney, et nous y mettrons un ordre certain qui conviendra à tous les intéressés . Je vous envoie le petit mémoire 4, qui demande une paire de lunettes pour être lu ; mais j'ajoute à ce mémoire qu'en fait d'affaires je ne m'en tiens jamais à mon opinion, et que je suis prêt à faire tout ce qu'on jugera à propos .

M. Dupuits a lu avant son départ un croquis d'une chose assez extraordinaire 5 ; il vous en parlera sans doute, et vous garderez sur cette niaiserie le profond secret qu'il a promis de garder pour tout autre que pour les habitants d'Hornoy . J'embrasse tous ces habitants du meilleur de mon cœur, et je vous aime avec autant de tendresse que je vous ai jamais aimée .

Le Chartreux V. »

2 Peut-être le duc de Saint-Mégrin, futur duc de La Vauguyon . Écrivant à V* vers le 15 octobre 1768, ce personnage , Paul-François de Quélen-Stuer de Caussade, duc de Saint- Mégrin, qui se trouvait alors à Montauban, lui dit en effet : « Je vous prie de vouloir bien ne pas montrer ma lettre, j'ai pour vous en prier les mêmes raisons que j'avais pour garder l'incognito chez vous . »

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Paul-Fran%C3%A7ois_de_Quelen_de_La_Vauguyon

3 Probablement Les Droits des hommes et les Usurpations des autres .

4 Ce mémoire est sans doute relatif aux affaires de Wurtemberg . V* a d'abord dicté ai déjà envoyé, corrigé en envoie .

5 Les Guèbres .

Lorsqu’on a l'horreur et la démence à combattre il faut tantôt porter dans les esprits la plus vive indignation, et tantôt employer la plaisanterie . Il y a des monstres qu'il faut attaquer de tous les côtés et même par le ridicule

... Dédicace de Voltaire à Coco, dessinatrice à Charlie Hebdo qui vient de se faire attaquer ignoblement pour avoir dénoncé l'horreur de la famine à Gaza

GIVpRrcWEAAdORO.jpg

https://www.lejdd.fr/societe/rats-ramadan-et-gaza-un-dessin-satirique-de-liberation-souleve-un-tolle-sur-142950

Quant à Sophia Chikirou, faux jeton  autant qu'elle puisse être, et vrai danger public, semeuse de haine, qu'elle s'étrangle de rage, elle ne manquera à personne (sauf peut-être à son bon ami Jean-Luc Mélenchon ) : https://www.lepoint.fr/politique/dessin-de-coco-sophia-chikirou-deverse-toute-sa-haine-13-03-2024-2554944_20.php#11

 

 

 

« A François-Louis Allamand , Ministre

à Corzier

près de Vevey 1

24è auguste 1768 2

Le vieux philosophe fait mille tendres compliments au philosophe entre deux âges . Il le plaint beaucoup d'être réduit au malheureux métier auquel il est si supérieur par son esprit et par [ses] lumières . Mais ce serait une grande consolation [pou]r le genre humain si ses confrères pouvaient [lui re]ssembler, et substituer comme lui la morale [aux a]bsurdités .

Mylord Bolingbroke a écrit en anglais ; il faut que chacun parle selon son caractère . Les uns font des catilinaires, les autres des satires de Pétrone , quelques uns des épigrammes de Martial .

Lorsqu’on a l'horreur et le démence à combattre il faut tantôt porter dans les esprits la plus vive indignation, et tantôt employer la plaisanterie . Il y a des monstres qu'il faut attaquer de tous les côtés et même par le ridicule .

Peut-être a-t-on bien fait monsieur, de punir votre ivrogne . Il n'appartient pas à un pareil gueux d'avoir raison . Il faut peut-être que la canaille respecte ce qui n'est fait uniquement que pour la canaille . Le tort de ce pauvre diable est, ce me semble, d'avoir dit publiquement en 1768 ce qu'il ne sera permis de dire qu'en 1778 . ce n'est qu'une [erreur] de chronologie .

On est bien véritablement attaché [à celui] qui a fait le voyage ; on l’aime aut[ant] . »

2Le manuscrit a été endommagé, d'où quelques restitutions du texte .

13/03/2024

L'accusé prétend que le vol n'est qu'une pure plaisanterie

... De toutes les plaisanteries en voila bien une des pires , ces saletés de voleurs vivent du mensonge et il est vain d'essayer d'en trouver un qui soit pitoyable, surtout quand la victime est une femme . Haro sur ces malfaiteurs et escrocs de toutes sortes !

Le vol : https://avocat-penal.omega-avocats.fr/avocat-penaliste/le...

Plus estimable et rassurante est incontestablement "La parenté à Plaisanterie" : https://www.unesco.org/archives/multimedia/document-3660

Hélas, l'actualité guerrière des pays africains montre que cette coutume n'est plus de mise, comme tout ce qui n'a de valeur que sentimentale .

Qu'en dites-vous ? M. Macron pourrait-il  l'inscrire dans la Constitution ?

 

 

 

« A Joseph-Marie Balleidier

[22 août 1768] 1

[…] L'accusé prétend que le vol n'est qu'une pure plaisanterie . Il revenait en effet de Genève avec la plaignante, il lui demandait ses faveurs en chemin et, ne pouvant pas les obtenir, il lui demanda de l'argent . Je ne crois pas qu'il eût d'armes, et je pense qu'il lui montra le manche d'un vieux couteau pour lui faire peur . Si cette femme voulait se désister de sa plainte, je lui donnerais le double de ce qu'on a pris . Je pense qu'en ce cas il serait bon de bannir à perpétuité du pays ce malheureux qui est Savoyard, et qu'il s'en aille violer ou voler toutes les Savoyardes qu'il lui plaira [...] »

1 Le manuscrit ne figure pas dans les papiers Balleidier ; ici édition Vézinet .

12/03/2024

Je suis persuadé que vous en pourrez faire quelque chose de bien neuf et de bien intéressant ; mais il faut surtout que cela soit écrit avec autant de pureté et de force

... Mot d'ordre du président pour légiférer sur la fin de vie assistée :  https://www.francetvinfo.fr/societe/euthanasie/fin-de-vie...

Combien de temps cela va-t-il prendre ?

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol ; comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

À Ferney, ce 22 auguste 1768

Ce possédé 1 me disait hier : « Pourquoi m’avez-vous forcé à envoyer mon brouillon 2 à vos anges ? Vous êtes plus possédé d’eux que je ne le suis de ma drôlerie. La copie qu’ils ont est pleine de fautes de commission et d’omission, et, qui pis est, de répétitions. Je suis tout honteux que vos anges m’aient vu si incorrect. Je vous prie d’obtenir d’eux qu’ils me renvoient mon brouillon, et ils auront sur-le-champ la copie la plus nette. — Monsieur le possédé, lui ai-je répondu, c’est ainsi que j’en use avec eux depuis longtemps. Le même esprit malin s’est emparé de nous deux : il nous fait faire les mêmes sottises, et nous les réparons tous deux comme nous pouvons. Je vais écrire à mes anges, et les supplier de vouloir bien renvoyer votre drôlerie contre-signée. Je suis persuadé que vous en pourrez faire quelque chose de bien neuf et de bien intéressant ; mais il faut surtout que cela soit écrit avec autant de pureté et de force que de naïveté.

« À l’égard des allusions que les malins pourraient faire, je crois que vous pouvez les prévenir, à l’impression, par une préface sage et modérée, telle qu’il convient à un jeune homme qui entre dans cette épineuse carrière. Vous serez trop heureux d’être guidé par mes anges, à qui je vous recommanderai. Ils sont indulgents ; ils vous pardonneront de leur avoir envoyé une copie si informe. »

Voilà exactement ce qui s’est passé entre le possédé et moi . Je ne sais si vous avez vu un petit ouvrage traduit de l’italien, intitulé Les Droits des hommes et les Usurpations des autres 3. On y discute les droits du Saint-Père sur Naples, sur Ferrare, sur Castro et sur Ronciglione, etc., d’une manière qui ne déplairait pas aux apôtres, mais qui déplaira beaucoup à la chambre apostolique. Ce petit morceau est curieux. On me dit que votre prince 4 le possède ; il me semble que son envoyé doit l’avoir aussi. »

2 Le brouillon des Guèbres.

4 Le duc de Parme.Les d'Argental doivent comprendre : « Envoyez un exemplaire de cet ouvrage au duc de Parme. »