Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/06/2020

malheureusement parmi nous, l'éloquence, la connaissance des lois, la protection donnée à l'innocence ne fait pas des sénateurs

... C'est vrai .

 

« A Jean-Baptiste-Jacques Élie de Beaumont

Vous commencez, monsieur, votre carrière comme Cicéron ; mais malheureusement parmi nous, l'éloquence, la connaissance des lois, la protection donnée à l'innocence ne fait pas des sénateurs et des consuls . Vous n'aurez peut-être que de la gloire, mais vous l'aurez bien pure et bien éclatante .

J'aurai donc l'honneur, puisque vous le permettez, de vous envoyer dans quelques jours le mémoire de Sirven . Vous verrez qu'il est possible qu'on puisse rendre justice à cette famille infortunée, sans qu’elle purge sa contumace, et si on peut lui donner d'autres juges que ses bourreaux .

Je n'ai jamais eu le bonheur de vous voir mais je vous aime comme si je vous avais vu bien souvent ; je vous révère comme vous le méritez, mes sentiments sont au-dessus du très humble et très obéissant serviteur

V. 

17è mars 1765 à Ferney.»

06/06/2020

je tremble que vous ne soyez malade en dépit de la consultation

... M. / Mme le professeur, aussi, n'enverrai-je pas mon enfant en cours avant la rentrée de septembre 2020 , telle est le prétexte des parents anxieux . A juste titre ?

Ont-ils la logique de porter un masque hors de chez eux ? ne pas se retrouver en troupeau ? Je crains bien que non , il y a des parsecs entre ce qu'on dit et ce qu'on fait en France ( NDLR : James se cantonne au seul pays qu'il connaisse un peu ).

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

17è mars 1765

Mon cher frère, vous devez avoir reçu la consultation de Tronchin ; mais je tremble que vous ne soyez malade en dépit de la consultation. Je fais des vœux à l’Etre des êtres pour votre santé. Félicitons-nous tous deux de la justice rendue aux Calas, et du triomphe de la raison sur le fanatisme . J’ai cent lettres à répondre ; en voici une pour M. de Beaumont, et une pour madame Calas ; une que je vous supplie aussi de vouloir bien faire tenir par la petite poste, pour M. de Chimène 1.

On est enivré à Genève, comme à Paris, du gain de notre procès. Voilà un beau moment dans les fastes de la raison, qui ne sont pas le plus gros livre que nous ayons. Ma santé s’affaiblit beaucoup ; mais mon tendre attachement pour vous se fortifie tous les jours. Ma lettre est écourtée, mes sentiments ne le 2 sont pas.

Ecr. l’inf., mon cher frère, écr. l’inf., et dites à frère Protagoras : écr. l’inf. le matin et écr. l’inf. le soir. »

1 Lettre non connue .

2 Correction du texte de Besterman qui omet le, disparu par saut du même au même .

au milieu des acclamations publiques distinguez les sentiments de votre très humble et très obéissant serviteur

... Eddy Mitchell, qui est un vrai chanteur, un grand rockeur, et qui a ma préférence sur tous  : https://www.google.com/search?client=firefox-b-d&q=de...

Quel bonheur d'entendre un chanteur qui est compréhensible .

Eddy Mitchell - Destination Terre (2000, Carboard Sleeve, CD ...

 

 

 

« A Anne-Rose Calas

Vous devez, madame, être accablée de lettres et de visites . Genève est comme Paris, il bat des mains à vos juges . L'Europe attendrie bénit la justice qu'on vous a rendue . J'ai embrassé Donat Calas en versant des larmes de joie . Vous avez suspendu tous les maux de M. Debrus et les miens . Nous n'avons senti que votre félicité au milieu de nos douleurs . J’embrasse Pierre de tout mon cœur . Souffrez que je vous en dise autant, aussi bien qu'à mesdemoiselles vos filles . Ne m’oubliez pas, je vous en supplie auprès de M. de Lavaysse, et au milieu des acclamations publiques distinguez les sentiments de votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire.

17è mars 1765 à Ferney 1. »

1 Mme Calas a écrit le nom de Voltaire et la date sur la manuscrit original .

05/06/2020

le travail est une jouissance

... Mais en France on trouve facilement une foule de peine à jouir !

Paroles de syndicaliste CGT, CFTC, FO, etc., etc. ?

https://www.lemonde.fr/blog/xaviergorce/2017/05/15/peine-...

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'ArgentaI

17 mars 1765

Divins anges, la protection que vous avez donnée aux Calas n’a pas été inutile. Vous avez goûté une joie bien pure en voyant le succès de vos bontés. Un petit Calas était avec moi quand je reçus votre lettre, et celle de madame Calas, et celle d’Elie, et tant d’autres : nous versions des larmes d’attendrissement le petit Calas et moi. Mes vieux yeux en fournissaient autant que les siens ; nous étouffions, mes chers anges. C’est pourtant la philosophie toute seule qui a remporté cette victoire. Quand pourra-t-elle écraser toutes les têtes de l’hydre du fanatisme !

Vous me parlez des Roués, mais le roué Calas est le seul qui me remue. Seriez-vous capables de descendre à lire de la prose au milieu de la foule des vers dont vous êtes entourés . Voici le commencement d’une espèce d’histoire ancienne 1 qui me paraît curieuse. Si elle vous fait plaisir, je tâcherai d’en avoir la suite pour vous amuser ; elle a l’air d’être vraie, et cependant la religion y est respectée. N’engagerez-vous pas le frère Marin a en favoriser le débit ? Je crois que les bons entendeurs pourront profiter à cette lecture ; il y a en vérité des chapitres fort scientifiques, et le scientifique n’est jamais scandaleux.

Je crois qu’on tousse par tout le royaume ; nous toussons beaucoup sur la frontière ; c’est une épidémie. Nous espérons bien que Mme Fournier 2 empêchera l’un de mes anges de tousser. Tout Ferney, qui est sens dessus dessous est à vos pieds . Et pourquoi est-il sans dessus dessous ? c’est que je suis maçon : je bâtis comme si j’étais jeune ; mais le travail est une jouissance.

Me sera-t-il permis de vous présenter encore un placet pour un passeport ? Les Genevois m’accablent, parce que vous m’aimez ; mais je serai sobre sur l’usage que je ferai de vos bontés. Encore ce petit passe-port, je vous en conjure, et puis plus ; vous me ferez un plaisir bien sensible ; vous ne vous lassez jamais d’en faire.

V. »

1 La Philosophie de l'histoire .

2 Fournier est un médecin ; pourquoi V* met-il Mme ? Il l'a déjà nommé « ma mie » , voir lettre du 23 décembre 1764 : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2020/02/26/que-m-importe-lui-dit-le-vizir-que-le-chien-ait-mordu-le-porc-ou-que-le-por.html

la différence de vous à moi c'est que la vieillesse rend mes maux incurables

... Erratum : "mes mots" ! Vous le savez bien chers lecteurs/trices .

 

 

« A Louis-Amable Deprez de Crassier

l'aîné, etc.

à Crassier

Monsieur,

Si vous avez été malade je le suis encore, mais la différence de vous à moi c'est que la vieillesse rend mes maux incurables ; ils sont bien soulagés par le plaisir que me donne le gain de votre procès 1. Je voudrais pouvoir être en état de vous donner des preuves du respectueux attachement avec lequel j'ai l'honneur d'être,

monsieur,

votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire.

16è mars 1765 à Ferney.2 »

2 L'édition Moland place à tort cette lettre en décembre 1760 .

04/06/2020

Dieu vous maintienne, mon cher destructeur, dans la noble résolution où vous êtes de faire main basse sur les fanatiques

...

fanatisme Archives - C'est pour dire

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

Ce 16 de mars [1765] 1

Frère Gabriel, mon cher destructeur, obéit ponctuellement à vos ordres ; la Destruction sera magnifiquement reliée et envoyée à sa destination . Mme Denis a dévoré ce petit livre qui contient deux cent trente-cinq pages, le seul de tous les livres qui restera sur ce procès qui a produit tant de volumes . Je vous réponds que quant il sera arrivé à Paris, il sera enlevé en quatre jours . Je suis fâché que vous ayez oublié que notre ami Fréron a été jésuite , et que même il a eu l'honneur d'être chassé de la société ; cela aurait pu vous fournir quelque douce et honnête plaisanterie .

Je voudrais bien savoir qu'est devenu le petit jésuite derrière lequel marchait Lefranc de Pompignan à la procession de son village . Est-il vrai que le jésuite qui avait enfondré 2 le cul du prince de Guéménée 3 est mort ? Ne s’appelait-il pas Marsy 4? On dit d'ailleurs que c'était un garçon de mérite .

Dieu vous maintienne, mon cher destructeur, dans la noble résolution où vous êtes de faire main basse sur les fanatiques , en faisant patte de velours ! Vous serez cher à tous les gens de bien . Écr l'inf . »

1 L'édition de Kehl donne le nom du prince réduit à un astérisque et le passage le plus libre est châtié . Les restitutions furent faites respectivement par Renouard et Beuchot, d'après un manuscrit qui ne nous est pas parvenu .

3 Une note de Condorcet, citée par Beuchot, précise que Marsy a été précepteur du prince de Guéménée . On peut aussi en inférer que la formule de Voltaire est au moins excessive : « Les choses n'allèrent pas tout à fait si loin » dit en effet Condorcet . Le prince dont il est question ici est Henri-Louis-Marie, prince de Rohan, connu sous le nom de prince de Guéménée . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri-Louis-Marie_de_Rohan

et : https://marie-antoinette.forumactif.org/t676-le-prince-et-la-princesse-de-guemenee

4 Marsy est mort le 16 décembre 1763 . Voir : https://www.boywiki.org/fr/Fran%C3%A7ois-Marie_de_Marsy

03/06/2020

Voyez s'il n'est pas de l'intérêt du ministère, et du bien public d'imposer silence à ces malheureux qui vivent de calomnies

... Ce serait sage de se débarrasser de telles malfaisances, les soucis actuels n'ont pas besoin qu'on en rajoute .

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

[mars 1765]1

Mon cher ange, il y a plus d'un d’Éon et plus d'un Vergy . Lisez et jugez . Voyez s'il n'est pas de l'intérêt du ministère, et du bien public d'imposer silence à ces malheureux qui vivent de calomnies et qui osent se dire gens de lettres . Je m'en rapporte à la bonté, à la prudence, et au zèle éclairé de M. le duc de Praslin . »

1 L'édition Vie Privée donne une lettre très falsifiée par l'ajout de fragments déformés empruntés à quatre lettres bien postérieures, le tout daté de décembre 1765 .