Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/03/2024

On juge plus à son aise quand il n’y a point de ratures, point d’écriture différente, point de renvois, point de petits brimborions à rajuster, et qui dispersent toutes les idées

... Les députés, sénateurs, ministres et président feraient bien de s'en inspirer avant de dégoiser leurs projets de lois et avalanches irréalistes d'amendements tous plus idiots les uns que les autres [les amendements, quoiqu' on puisse aussi le dire des législateurs eux-mêmes !].

Voyez ce qui se trame de A comme Abattage des animaux de boucherie immédiatement suivi de Abrogation de la loi portant réforme des retraites  , rapprochement qui peut  inquiéter les futurs retraités,  à Z comme :  Zones à faibles émissions mobilité     en passant par  I comme Importation de trophées de chasse ...

Plus fort que les contes des Mille et une nuits .

Sans titre.jpg

Je suis d'accord sans réserve, bonne décision

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

5 septembre 1768 1

Je tiens ma parole à mes anges. Je reçus leur paquet hier, et j’en fais partir un autre aujourd’hui. On juge plus à son aise quand il n’y a point de ratures, point d’écriture différente, point de renvois, point de petits brimborions à rajuster, et qui dispersent toutes les idées. J’ai appris enfin le véritable secret de la chose ; c’est que cette facétie est de feu M. Desmahis 2, jeune homme qui promettait beaucoup, et qui est mort à Paris de la poitrine, au service des dames. Il faisait des vers naturels et faciles, précisément comme ceux des Guèbres, et il était fort pour les tragédies bourgeoises. Celle-ci est à la fois bourgeoise et impériale. Enfin Desmahis est l’auteur de la pièce ; il est mort, il ne nous dédira pas.

Le possédé, ayant été exorcisé par vous, a beaucoup adouci son humeur sur les prêtres. L’empereur en faisait une satire qui n’aurait jamais passé. Il s’explique à présent d’une façon qui serait très fort de mise en chancellerie. Je commence à croire que la pièce peut passer, surtout si elle est de Desmahis ; en ce cas, la chose sera tout à fait plaisante.

Il y a une insipide comédie sans sel ni sauce, qui s'appelle, je crois Le Philosophe sans le savoir 3. Si Les Guèbres sont joués de même, ils feront un beau fracas, il y a des attitudes pour tout le monde . À genoux, mes enfants 4 doit faire un grand effet, et la déclaration de César 5 n’est pas de paille.

Melpomène avait besoin d’un habit neuf ; celui-ci n’est pas de la friperie.

Que cela vous amuse, mon cher ange, c’est là mon grand but : vous êtes tous deux mon parterre et mes loges.

V. »

1 L'édition de Kehl amalgame cette lettre et celle du 15 septembre 1768 ; plaçant le tout le 15 septembre 1768 . Voir : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1768/Lettre_7335

2 Joseph-François-Edouard de Corsembleu Desmajis, né en 1722, mort le 25 février 1761 . ses oauvres ont été recueillies en 1762 en un volume in-12 . Bien enendu, il n'a rien à voir avec Les Guèbres que V* tente de mettre sur son compte .

Voir : https://data.bnf.fr/12779741/joseph-francois-edouard_corsembleu_desmahis/

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph-Fran%C3%A7ois-%C3%89douard_de_Corsembleu

3 La phrase a été, on s'en doute supprimée dans l'édition de Kehl . Sur la pièce de Sedaine, voir lettre du 22 novembre 1765 au marquis de Florian : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2021/03/18/je-ne-sais-si-les-spectacles-ont-cesse-a-paris-dans-la-crise-6304229.html

4 Les Guèbres, ac. V, sc. 5, vers 1533 : https://theatre-classique.fr/pages/pdf/VOLTAIRE_GUEBRES.pdf

5 Ibid., ac. V, sc. 6 , voir en particulier vers 1605-1610 : Qu'ils jouissent en paix de leurs droits, de leurs biens ; Qu'ils adorent leur dieu, mais sans blesser les miens : Que chacun dans sa loi cherche en paix la lumière ; Mais la loi de l'État est toujours la première. Je pense en citoyen, j'agis en empereur : Je hais le fanatique et le persécuteur.

La litote n'est pas de paille vient de l'expression homme de paille, bonhomme de paille, signifiant mannequin, épouvantail à moineaux .

Les Droits des hommes et les Usurpations des autres

... Hey ! Poutine le menteur-tricheur, tu es démasqué !

 

 

« A Michel-Paul-Guy de Chabanon

9è septembre 1768 1

Mon cher ami, mon cher confrère, il y a tantôt deux mois que je n’ai écrit à personne. J’avais fait un travail forcé qui m’a rendu longtemps malade. Mais, en ne vous écrivant point, je ne vous ai pas oublié, et je ne vous oublierai jamais.

Vous avez eu tout le temps de coiffer Eudoxie, et je m’imagine qu’à présent c’est une dame des mieux mises que nous ayons. Pour Pandore, je ne vous en parle point. Notre Orphée 2 a toujours son procès à soutenir, et son père mourant à soigner 3. Il n’y a pas moyen de faire de la musique dans de telles circonstances. Est-il vrai que celle du Huron 4 soit charmante ? Elle est d’un petit Liégeois que vous avez peut-être vu à Ferney 5. J’ai bien peur que l’opéra-comique ne mette un jour au tombeau le grand opéra tragique. Mais relevez donc la vraie tragédie, qui est, dit-on, anéantie à Paris. On dit qu’il n’y a pas une seule actrice supportable. Je m’intéresse toujours à ce maudit Paris, du bord de mon tombeau.

On dit que l’oraison funèbre 6 de notre ami Jean-George est un prodige de ridicule ; et, pendant qu’il la débitait, on lui criait : « Finissez donc ! » C’est un terrible Welche que ce Jean-George. On dit qu’il est pire que son frère. Les Pompignans ne sont pas heureux. Je n’ai point vu la pièce ; mais on m’en a envoyé de petits morceaux qui sont impayables.

J’ai lu une brochure assez curieuse, intitulée Les Droits des hommes et les Usurpations des autres 7. Il s’agit des usurpations de notre Saint-Père le pape sur la suzeraineté du royaume de Naples, sur Ferrare, sur Castro et Ronciglione, etc., etc. Si vous êtes curieux de la lire, je vous l’enverrai, pourvu que vous me donniez une adresse. Adieu, mon cher ami, aimez toujours le vieux solitaire, qui vous aimera jusqu’au temps où l’on n’aime personne. »

1 Le 10 Seigneux de Correvon écrit à Bertrand : « M. de Voltaire me mande qu'il vient de recevoir une lettre de M. de Chauvelin qui lui apprend qu'il espère de s'accommoder bientôt avec le célèbre Paoli […].»

2 Le musicien La Borde .

3 Le fermier-général Jean François de Laborde .

4 Le Huron, opéra-comique de Marmontel, d'après le roman de V*, a été joué à la Comédie-Italienne le 20 août 1768 .

6 Jean-George Lefranc de Pompignan a prononcé l'oraison funèbre de la reine qui fut publiée sous le titre  :
Oraison funèbre de Très-Haute et Très-Puissante et Très-Excellente Princesse Marie, Princes se de Pologne, Reine de France et de Navarre prononcée le II août 1768 par M. Lefranc de Pompignan .

 L’oraison funèbre contient des portraits satiriques des philosophes, en retour des brocards dont quelques-uns l’avaient accablé ; voir page 562 https://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome12.djvu/572#cite_ref-1

Voir : https://data.bnf.fr/fr/12341346/jean-george_le_franc_de_pompignan/fr.pdf

24/03/2024

personne ne fait de plus grandes enjambées que lui dans le chemin de l'erreur 

... Vladimir Poutine, lui qui a refusé d'écouter les mises en garde US à propos d'attentats à venir ; il est vrai qu'il ne tient en place qu'avec la complicité d'apparatchiks aussi pourris que lui, prêts à tout , y compris sacrifier leurs concitoyens .

Voir / écouter : https://www.radiofrance.fr/franceinter/podcasts/serie-le-...

images.jpg

 

 

 

« A Marie-Louise Denis

au château d'Hornoy

par Abbeville

Picardie

5è septembre 1768

Je reçois votre lettre de ce 27 auguste appelé août par les barbares . Il est midi , je ne sais si ma lettre, partira aujourd'hui . Je me hâte toujours de vous dire que Dupuits a lu la facétie 1, qu'elle n'est point de moi, qu'elle est de Desmahis que vous avez connu . Le sujet m'en a paru si intéressant et si conforme à ce qui se passe aujourd’hui dans une partie de l'Europe, que je crains beaucoup que la pièce ne soit pas jouée, surtout si elle passe pour être d'un autre que de Desmahis . Il faut que tout ce qui est à Hornoy s'en amuse ; mais il faut garder le plus profond secret . Le moindre soupçon sur moi ferait naître mille allusions auxquelles je suis sûr que l'auteur n'a jamais pensé . Ce qui serait innocent pour Desmahis pourrait me rendre très coupable, tant la calomnie est aveugle . Jurez-moi donc un secret éternel tous tant que vous êtes . Cette lettre est pour vous tous que j'embrasse bien tendrement .

Je ne sais si les habitants d'Hornoy ont reçu un petit écrit traduit de l'italien concernant les droits du pape sur le royaume de Naples, sur les États du duc de Parme, et sur quelques autres principautés 2 . L'ouvrage m'a paru curieux et instructif . La pièce de Desmahis le serait bien davantage .

M., ou Mme de Florian est prié ou priée de mander si on peut leur adresser des paquets par M. de Corcelles . La voie de M. de Chennevières ne me paraît pas fort sûre . Il m'a toujours paru qu'on ne respectait pas beaucoup un paquet à la poste .

Je ne serai pas étonné si Tronchin se trompe sur Damilaville . Il avait condamné Daumart à mourir dans deux jours, 3 et il y a neuf ans qu'il est en vie pour son malheur . Quand Tronchin se trompe il a la gloire de passer en cela tous ses confrères ; personne ne fait de plus grandes enjambées que lui dans le chemin de l'erreur ; quelquefois il rencontre juste, mais quand il se fourvoie il est à cent lieues .

Adieu mes chers habitants d'Hornoy, je vous embrasse à plus de cent lieues le plus tendrement du monde. »

1 Les Guèbres .

2 Les Droits des hommes et les Usurpations des autres .

23/03/2024

il y a certainement un attentat contre les droits des souverains, et cela ira très loin

... La terrible actualité moscovite va ébranler un des plus grands pays et,  ce me semble, arriver pour contrer le nouveau mandat présidentiel de Poutine ; la folie destructrice de l'Etat Islamique répondant à la russe , saura-t-on bientôt le motif de ce massacre ?

https://www.tf1info.fr/international/en-direct-russie-une...

 

 

 

« A Jacob Vernes

à Genève

ou à Séligny

4è septembre 1768 1

On dit qu'il n'était pas dans Annecy, mais tout auprès . On dit que la magasinière 2 a beaucoup servi la cause de Dieu, mais l'archimandrite 3 encore davantage . Son zèle exterminateur est d'autant plus grand que l'aventure est arrivée précisément dans le temps de l'apothéose de la sainte mère Chantal 4 , qui certainement sera contre vous, mon cher philosophe, en qualité de sainte . Il faudrait tâcher de prouver l'alibi. Ce serait bien le diable si vous ne trouviez pas à Genève deux témoins vrais ou faux .

Le résident pourrait rendre de bons offices dans cette occasion ; mais j'ai peur qu'il ne soit pas infiniment favorable à une famille de représentants 5 . D'ailleurs, on peut agir auprès des juges criminels d'Annecy . Le seul parti à prendre est de soustraire les preuves . J'ai bien peur qu'on ne fasse servir cette affaire à irriter le roi de Sardaigne . Si la chose est comme on le dit, il y a certainement un attentat contre les droits des souverains, et cela ira très loin . Après tout, monsieur votre frère est très en sûreté . Voilà le point principal .

Ne pourrai-je jamais causer avec vous sur les accidents de cette vie, et sur ce qu'on dit de l'autre ? »

1 Cette lettre est expliquée par une lettre du 21 février 1769 de Du Pan à Mme Freudenreich :

Voir page 196 : https://www.jstor.org/stable/40519096?seq=16

« M. [Pierre] Vernes, le cocufié par le ci-devant professeur [Louis] Necker, envoya l'année dernière à Annecy chez [la princesse de] Beaumont une fille grosse de lui, pour y accoucher . Cela fait, le père de cette fille, qui est un tailleur nommé Verber ou Vèbre, alla chercher sa fille, mais fut bien surpris quand elle lui dit que Mme de Beaumont l'avait convertie à la religion catholique, et qu'elle ne voulait pas revenir à Genève . Ce père avec Vernes et autres prirent le parti d'aller à Annecy pour y enlever cette fille par force . Vernes monta à cheval et les autres en carrosse ; ils prirent la fille et partirent avec elle dans le carrosse ; Vernes qui n'était pas entré dans la ville , attendait dehors pour servir d'escorte ; ils furent poursuivis et atteints par des dragons, qui n'arrêtèrent que la belle et un des ravisseurs, laissant échapper les autres [...] »

2 Mme de Beaumont .

3 Mgr Biord, évêque de Belley .

4 Jeanne-Françoise Frémyot, baronne de Chantal, fondatrice avec saint François de Sales de l'ordre de la Visitation, vient d'être canonisée en 1767 . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jeanne_de_Chantal

et : https://www.la-croix.com/Religion/sainte-jeanne-de-chantal

5 Vernes a appartenu au parti des représentants .

22/03/2024

il aurait lieu d’être mécontent

... Frédéric Miterrand qui vient déjà de quitter un monde qu'il a embelli : https://www.francetvinfo.fr/politique/un-immense-personna...

OIP.jpg

On va tâcher de le faire ... dans un monde où il reste tant d'imbéciles glorieux

 

 

« A Joseph-Augustin-Prosper de La Motte-Geffrard 1

Je suis, monsieur, dans un état si triste, j’éprouve de si longues et de si cruelles maladies, qui sont la suite de ma vieillesse, que je n’ai pu répondre plus tôt à la lettre dont vous m’avez honoré 2. C’est une grande grâce sans doute, accordée par un grand roi, de permettre qu’on lui érige une statue.

Je trouve l’inscription de M. le comte de Muy 3 fort bonne et fort convenable. Je crois que si je m’avisais d’en faire une 4, il aurait lieu d’être mécontent. Les inscriptions d’ailleurs réussissent rarement dans notre langue. Permettez-moi de vous conseiller d’employer celle de M. de Muy. Vous savez que le mieux est l’ennemi du bien, et de plus il me serait bien difficile de faire ce mieux. Les bons vers sont des coups de hasard, et à mon âge on n’est pas heureux à ce jeu-là.

Comptez que ni ma vieillesse, ni mes maux, ne diminuent rien de l’estime respectueuse avec laquelle j’ai l’honneur d’être,monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. 

3 septembre 1768 au château de Ferney.»

2 Edition Lucher . Le copiste du manuscrit y a porté la mention suivante : « Cette lettre en réponse à celle par laquelle M. de La Motte demandait à M. de Voltaire une inscription pour la statue pédestre que feu M. le bailli d'Auten, gouverneur de l'île de Ré, érigea dans cette île au feu roi. » Lucher reproduit cette note mais en imprimant bailli d'Aular au lieu de bailli d'Auten . En fait, ce personnage qui commanda l'île de Ré de 1759 à 1771, s'appelait Henri de Suarès d'Aulan.

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_de_Suarez

4 La Motte. Geffrard avait demandé à Voltaire une inscription pour la statue pédestre que le bailli d’Aulan, gouverneur de l’île de Ré, avait érigée à Louis XV dans cette île. (Beuchot.)

Vous m’avez fait sans doute trop d’honneur

... dit Aya Nakamura au dadja président , avant de mettre les chansons d'Edith Piaf à son répertoire . Personnellement, comme elle se plait à le répéter , avec sa voix trafiquée (autotune ridicule )  à la mode que je déteste  :  "sinon laisse tomber !", je ne saurais trop le lui conseiller , j'ai "tema sa degaine " et je ne la kiffe pas du tout . Elle sait chanter ce qui plait aux gamins.ines, qu'elle continue, sans plus .

Sans titre.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=l66nmVcy110&ab_channe...

 

 

 

« A Marie-Aurore de Saxe, comtesse de Horn

2 septembre 1768 au château de Ferney

Madame,

J’irai bientôt rejoindre le héros votre père, et je lui apprendrai avec indignation l’état où est sa fille. J’ai eu l’honneur de vivre beaucoup avec lui ; il daignait avoir de la bonté pour moi. C’est un des malheurs qui m’accablent dans ma vieillesse, de voir que la fille du héros de la France n’est pas heureuse en France. Si j’étais à votre place, j’irais me présenter à Mme la duchesse de Choiseul. Mon nom me ferait ouvrir les portes à deux battants, et Mme la duchesse de Choiseul, dont l’âme est juste, noble et bienfaisante, ne laisserait pas passer une telle occasion de faire du bien. C’est le meilleur conseil que je puisse vous donner, et je suis sûr du succès quand vous parlerez. Vous m’avez fait sans doute trop d’honneur, madame, quand vous avez pensé qu’un vieillard moribond, persécuté et retiré du monde, serait assez heureux pour servir la fille de M. le maréchal de Saxe 1. Mais vous m’avez rendu justice en ne doutant pas du vif intérêt que je dois prendre à la fille d’un si grand homme.

J’ai l’honneur d’être avec respect,

madame,

votre très humble et très obéissant serviteur.

Voltaire,

gentilhomme ordinaire

de la chambre du roi. »

1 Voir lettre de la comtesse à V*, du 24 août 1768 : https://fr.wikisource.org/wiki/Correspondance_de_Voltaire/1768/Lettre_7319

 

21/03/2024

Je ne vois partout que des extravagances, des systèmes de Cyrano de Bergerac dans un style obscur ou ampoulé... je suis toujours de mon avis

...

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

2 de septembre [1768]

Comment donc ! il y avait de très beaux vers dans la pièce de La Harpe ; le sujet même en était très intéressant pour les philosophes ; longue et monotone , d’accord ; mais celle du couronné est-elle polytone 1? En un mot, il nous faut des philosophes ; tachez donc que ce M. de Langeac le soit 2.

Je suis, mon cher ami, aussi malingre que Damilaville, et j’ai d’ailleurs trente ans plus que lui. Il est vrai que j’ai voulu tromper mes douleurs par un travail un peu forcé, et je n’en suis pas mieux. Est-il vrai que notre doyen d’Olivet a essuyé une apoplexie 3? je m’y intéresse. L’abbé d’Olivet est un bon homme, et je l’ai toujours aimé. D’ailleurs il a été mon préfet dans le temps qu’il y avait des jésuites. Savez-vous que j’ai vu passer le Père Le Tellier et le Père Bourdaloue 4, moi qui vous parle ?

Vous me demandez de ces rogatons imprimés à Amsterdam, chez Marc-Michel Rey, et débités à Genève chez Chirol ; mais comment, s’il vous plaît, voulez-vous que je les envoie ? par quelle adresse sûre, sous quelle enveloppe privilégiée ? Qui veut la fin donne les moyens, et vous n’avez aucun moyen. Je me servais quelquefois de M. Damilaville, et encore fallait-il bien des détours ; mais il n’a plus son bureau ; le commerce philosophique est interrompu. Si vous voulez être servi, dites-moi donc comment il faut que je vous serve ?

J’écrivis, il y a quelques jours, une lettre 5 à Damilaville, qui était autant pour vous que pour lui. J’exprimais ma juste douleur de voir que le traducteur de Lucrèce 6 adopte encore la prétendue création d’anguilles avec du blé ergoté et du jus de mouton 7. Il est bien plaisant que cette chimère d’un jésuite irlandais, nommé Needham 8, puisse encore séduire quelques physiciens. Notre nation est trop ridicule. Buffon s’est décrédité à jamais avec ses molécules organiques, fondées sur la prétendue expérience d’un malheureux jésuite. Je ne vois partout que des extravagances, des systèmes de Cyrano de Bergerac dans un style obscur ou ampoulé. En vérité, il n’y a que vous qui ayez le sens commun. Je relisais hier La Destruction des Jésuites ; je suis toujours de mon avis : je ne connais point d’ouvrage où il y ait plus d’esprit et de raison.

À propos, quand je vous dis que j’ai écrit à frère Damilaville, j’ignore s’il a reçu ma lettre, car elle était sous l’enveloppe du bureau où il ne travaille plus. Informez-vous-en, je vous prie ; dites-lui combien je l’aime, et combien je souffre de ses maux. Il doit être content, et vous aussi, du mépris où l’inf… est tombée chez tous les honnêtes gens de l’Europe. C’était tout ce qu’on voulait et tout ce qui était nécessaire. On n’a jamais prétendu éclairer les cordonniers et les servantes ; c’est le partage des apôtres 9. Il est vrai qu’il y a des gens qui ont risqué le martyre comme eux ; mais Dieu en a eu pitié. Aimez-moi, car je vous aime, mon très cher philosophe, et je vous rends assurément toute la justice qui vous est due. »

1 Ce paragraphe – et notamment l'emploi du néologisme polyton, qui répond à un monotone de d'Alembert – ne peut se comprendre que si on connaît le passage de la lettre de d'Alembert auquel répond V* . Voir : lettre : «  A Paris ce 26 août [1768]

« Vous m'avez entièrement oublié, mon cher et ancien ami ; vous n'avez fait aucune réponse à deux ou trois de mes lettres qu'en m'envoyant des vers qui m'ont fait beaucoup de plaisir, mais qui ne me dédommagerons pas de votre prose . Je vous sais très occupé, et je respecte vos moments . Comme je crois que vous vous intéressez toujours à M. de La Harpe, je dois vous dire qu'il n'a pas été aussi heureux cette année que les précédentes ; le prix de l'Académie lui a échappé . Sa pièce est bien écrite, mais elle a paru bien froide et bien monotone, ce sont plutôt de bons que de beaux vers, quoiqu’il y en ait quelques uns de ce dernier genre . Ce n'est pas que la pièce à laquelle on a donné le prix soit meilleure que la sienne, ce n'est pas même qu'elle soit bonne ; aussi mon avis était-il de ne la point couronner, non plus que les autres, et de remettre le prix à l'année prochaine . Je ne doute point que M. de La Harpe ne l'eut obtenu , avec un peu plus de chaleur et surtout une centaine de vers retranchés . Vous savez déjà sans doute que le prix a été donné à l'abbé Langeac, fils de la célèbre madame de Sabbatin . On dit du bien de ce jeune homme, mais ce n’est encore qu'un écolier, et même assez faible .

Il paraît dans vos cantons bien des feuilles volantes qu'il est presque impossible d'avoir ici . Je vous avais prié il y a longtemps de me procurer ce qui paraîtrait, et dont mes amis et moi sommes fort avides comme de raison ; mais vous être trop occupé pour songer à ces minuties . Adieu, mon cher maître, portez vous bien et n'oubliez pas tout à fait vos anciens amis . Notre pauvre Damilaville est dans un triste état . Je crains bien qu'il ne soit sans remède . »

2La pièce de vers présentée par La Harpe était intitulée Le Philosophe ou Sur les Avantages de la philosophie. Le prix fut adjugé à la Lettre d’un Fils parvenu à son Père laboureur, par l’abbé L'Espinasse de Langeac.

Voir : https://data.bnf.fr/en/13010434/egide_de_lespinasse_langeac/en.pdf

3 D'Olivet doit en effet mourir quelque temps après , le 8 octobre 1768 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre-Joseph_Thoulier_d%27Olivet

4 Michel Le Telleir est mort le 2 septembre 1719 , et Louis Bourdaloue le 13 mai 1704 . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Michel_Le_Tellier_(j%C3%A9s...)

et https://fr.wikipedia.org/wiki/Louis_Bourdaloue

V* a pu en effet les rencontrer à Louis Le Grand ou ailleurs .

5 Cette lettre à Damilaville est perdue .

6 Lagrange (mort en 1775, à trente-sept ans). Voyez sa note sur le vers 719 du second chant de Lucrèce : page 361 : https://books.google.fr/books?id=1_ISJ9At6mYC&printsec=frontcover&hl=fr#v=onepage&q=anguilles&f=false

9 Résurgence de l'opposition chère à V* entre les apôtres qui convertissent le peuple, et les « frères' qui qui convertissent le sprinces e tles classes dirigeantes.