Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/06/2018

On trouve les remontrances du parlement un libelle séditieux, mais je ne me mêle pas de ces affaires-là

... qu'on trouve dans la réforme constitutionnelle, qui avec son flot d'amendements au gré de députés dont l'intelligence laisse parfois à désirer , nous vaut, par exemple, un «principe de la tradition chrétienne de la France» d'Eric Ciotti qui se fait heureusement renvoyer au vestiaire , et ce n'est malheureusement pas la seule ânerie qui va être défendue bec et ongles par nos beaux parleurs avides de reconnaissance .

Voir : http://www.lefigaro.fr/politique/2018/06/27/01002-2018062...

 Image associée

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

12 juillet [1763] 1

Orate fratres .2

Dieu bénit nos travaux . Jean-Jacques l'apostat n'a pas laissé de rendre de grands services par son vicaire savoyard .

Presque tout le peuple de Genève est devenu philosophe . On a trouvé très mauvais que le conseil de Genève ait fait bruler le livre de Jean-Jacques . Ce n'est pas ainsi disent-ils qu'on doit traiter un citoyen . Deux cents personnes parmi lesquelles il y avait trois prêtres sont venues faire de très fortes remontrances, mais il faut que vous sachiez que Jean-Jacques n'a été condamné que parce qu'on m'aime pas sa personne .

Admirez la Providence . L'auteur de L’Oracle des fidèles 3, livre excellent trop peu connu, était un valet de chambre d'un conseiller clerc de la seconde des enquêtes nommé Nigon de Bercy 4, cloître Notre-Dame . Il est venu chez moi, il y est, c'est une espèce de sauvage comme le curé Meslier .

Vous rendriez service aux frères, si vous faisiez informer chez le conseiller Nigon de Bercy ce que c'est qu'un Savoyard nommé Simon Bugex 5 qui a été chez lui en qualité de valet de chambre et de copiste . Apparemment ce Simon Bugex, auteur de L'Oracle des fidèles, était paroissien du vicaire savoyard de Jean-Jacques . C'est bien dommage de la tragédie de Socrate soit un ouvrage détestable, mais on ne peut le faire bon et jouable . On trouve les remontrances du p[ar]l[emen]t un libelle séditieux, mais je ne me mêle pas de ces affaires-là .

Orate fratres et vigilate 6.

Ecr l'inf. »

1 L'édition Correspondance littéraire donne le texte de cette lettre suivi d'une « Épître aux fidèles, par le grand apôtre des Délices » ; voir lettre du 15 mai 1763 à Helvétius : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2018/05/11/quelle-plus-belle-vengeance-a-prendre-de-la-sottise-et-de-la-6050586.html

2 Priez frères .

3 Sur cet ouvrage, voir lettre du 8 décembre 1760 à Thieriot : « L'Oracle des anciens fidèles, pour servir de suite et d'éclaircissement à la sainte Bible, Berne , 1760, de Simon Bigex . V* désigne le véritable auteur dans sa lettre à Damilaville du 12 juillet 1763 ; l'attribution qu'il fait ici de l’ouvrage est-elle une plaisanterie ? Sur Bigex, voir Louis Bouvier :  « Simon Bigex, secrétaire de Voltaire », Revue savoisienne, Annecy, 15 novembre 1863, IV, 85-87 . »

5 On verra bientôt que V* engagea à son service ce Bugex, dont le nom, quelque peu transformé en Bigex, lui servit parfois de pseudonyme .

6 Priez frères et soyez vigilants .

27/06/2018

Ma patrie a certainement plus besoin d'officiers comme vous, et en tout genre elle a besoin d'hommes

... Le Service National Universel y contribuera-t-il ?

https://www.sudouest.fr/2018/06/26/service-national-unive...

 

 

« Au colonel David-Louis Constant de Rebecque, seigneur d'Hermenches

etc.

à Lausanne 1

Ferney 12è juillet 1763

J'ai écrit, monsieur, je vous ai obéi avec un zèle auquel je crains que le succès ne réponde pas . Si on me fait réponse, j'aurai l'honneur de vous en instruire . Vous savez combien il me serait doux de vous servir , et combien je serais flatté de vous avoir pour compatriote . Ma patrie a certainement plus besoin d'officiers comme vous, et en tout genre elle a besoin d'hommes . Je suis étonné que vous ayez lu le petit traité sur la tolérance 2, et je suis honteux que vous ne l'ayez pas eu de ma main . Je crois qu'il faut encore attendre quelque temps . Les pièces du procès des Calas ne sont arrivées à Paris que la semaine passée ; le procureur général de Toulouse a eu l’infamie de supprimer les requêtes que le malheureux Calas avait présentées pour faire entendre les témoins qui devaient déposer en sa faveur . Ce Pilate en sera pour son infamie . Nous allons pousser l'affaire avec la plus grande chaleur . J'en ai de mon côté qui me prennent une partie de mon temps ; il est précieux à mon âge et je voudrais le passer avec vous . Conservez-moi des bontés qui font le charme de ma vie . »

1 Ces deux mots sont, sur le manuscrit, rayés et remplacés par « à Hermenches » et, d'une autre main encore, « pour Moudon ».

2 On voit ici que la publication du Traité sur la tolérance fut suspendue quelque temps alors que l'ouvrage était déjà imprimé .

26/06/2018

mon cher ami ; il faut que vous réchauffiez l'Académie

... Mais qui est le "chauffeur" aujourd'hui ?

http://www.academie-francaise.fr/actualites

 Je ne connais que Frédéric Mitterrand, les trois autres sont, à mes yeux d'ignare, de parfaits inconnus . La verve mitterrandienne pourrait effectivement mettre un peu plus de couleur sous la coupole . A suivre ...

 Résultat de recherche d'images pour "frédéric mitterrand académie française"

 Et s'il est élu, il sera -à ma connaissance- le seul académicien à brûler les planches ("Bonsoir", à l'automnne 2018 )

 

 

« A Jean-François Marmontel

7è juillet 1763, à Ferney par Genève

Voilà le froid Bougainville mort 1, mon cher ami ; il faut que vous réchauffiez l'Académie . Je vais écrire à tous mes amis, ce n'est pas que vous en ayez besoin, c'est uniquement pour me faire honneur . J'ose croire même que vous n'aurez point de concurrent 2; votre excellent ouvrage vous ouvre toutes les portes . Il n'y a pas longtemps qu’étant las de faire des commentaires sur Corneille, j'ai renvoyé le lecteur à votre Poétique , en lui disant qu'il n'y en a point de meilleure .

Figurez-vous que je vous avais envoyé par M. Bouret une jolie édition de La Pucelle, avec quelques remarques sur la poésie hébraïque 3 que j'ai trouvée toujours d'une extravagance très insipide .

Adieu mon cher confrère, je vous embrasse avec la plus tendre amitié . »

2 Vers la fin du livre VII de ses Mémoires, Marmontel raconte comment il amena son rival Antoine-Léonard Thomas à retirer sa candidature : voir : page 278 : https://books.google.fr/books?id=92MuAAAAYAAJ&pg=PA289&lpg=PA289&dq=livre+VII+M%C3%A9moires+Marmontel&source=bl&ots=I7963NYOhL&sig=XO7rM_rqWLUXv0lp4brdFi0c7l0&hl=fr&sa=X&ved=0ahUKEwi18-qU5PDbAhWEPhQKHexnC_QQ6AEIUDAH#v=onepage&q=thomas&f=false

3 C'est donc à cette époque que V* fit le compte rendu de l’ouvrage de Robert Lowth, De sacre poesi Hebraeorum praeectiones acdemiae Osconi, 1763, qui ne parut dans la Gazette littéraire de l'Europe que le 30 septembre 1764 . le jugement qu'il porte dans la phrase suivante, sur la poésie hébraïque, inspirera plusieurs de ses ouvrages dans la années suivantes notamment Le Taureau blanc . Mais il ne rend pas compte des sentiments de V* à l'égard de la poésie de la Bible qui le fascine autant qu'elle l'irrite .

25/06/2018

J'ai lu il y a longtemps les prétendues Richesses de l’État

... Pour ne parler que de la France, ce qui m'intéresse, - et vous aussi sans doute- : https://fr.wikipedia.org/wiki/Budget_de_l%27%C3%89tat_fra...

 Résultat de recherche d'images pour "2018 richesse de l'etat francais"

ça fait peur ! Non ? concernant un simple quidam comme moi, il y a belle lurette que j'aurais été mis en liquidation judiciaire . 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

[7 juillet 1763] 1

Avez-vous reçu mon cher ami les trois feuilles ? en voulez-vous d'autres ? Merlin m'envoie-t-il ce que je lui ai demandé par le coche ? Thieriot dort-il beaucoup ? Les loups hurlent-ils contre l'Histoire générale ?

J'ai lu il y a longtemps les prétendues Richesses de l’État . L'auteur est parent de Gribouille 2 , il propose de donner 750 millions au lieu de trois cents pour nous soulager .

Faites-moi l’amitié d'envoyer cette lettre à mon ami Marmontel et qu'ensuite notre Platon revivifie notre Académie . »

1 L'édition Lettres inédites donne pour date décembre 1763 . V* a demandé Richesses de l’État à Damilaville le 15 juin ( lettre : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2011/06/09/ils-prechaient-un-peu-trop-l-egalite-laquelle-ne-peut-ni-pla.html ) ; comme il existe une lettre à Marmontel du 7 juillet, la présente doit avoir été écrite le même jour : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-22.html

2 Roussel de La Tour proposait de ranger les contribuables par classes, suivant leur fortune, qu'ils auraient évaluée eux-mêmes . Il comptait sur la vanité pour que chacun se plaçât aussi haut que possible, et espérait ainsi obtenir des rentrées accrues d'impôts . Voir : http://data.bnf.fr/12336832/roussel_de_la_tour/

et : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1057812p

24/06/2018

Je suis bien aise de ne point parler en mon nom, il y a toujours quelque ridicule à parler de soi

... Qu'on se le dise, cher(e)s autobiographes de tout poil !

Je mets dans le même sac les logorrhéiques des réseaux dits so-ciaux (en réalité commer-ciaux ) .

Heureusement pour vous, le ridicule ne tue pas, en tout cas pas physiquement . Longue vie à vous dont les heurs et malheurs font rire et pleurer dans les chaumières .

 Image associée

 

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

6è juillet 1763 à Ferney 1

Mes divins anges sauront que je ne sais rien de la Gazette littéraire à laquelle ils s'intéressent ; il est toujours fort singulier qu'après les peines que je me suis données, les auteurs ne m'aient rien fait dire, et ne m'aient pas envoyé une de leurs gazettes : ne trouvez-vous pas cela fort encourageant ? Mes anges servire e non gradire e una costa per far morire 2.

Le président Hénault 3 m'a envoyé une préface anglaise en son honneur, qui est à la tête de la traduction de sa chronologie ; il ne me parle que de cela, et date de Versailles, et moi je ne lui parle point de la traduction anglaise de l'Histoire générale , je ne parle de cette histoire qu'à vous ; nous avons imaginé avec Cramer une tournure, pour que le parlement ne soit pas fâché, et nous vous enverrons incessamment le petit avertissement . Je suis bien aise de ne point parler en mon nom, il y a toujours quelque ridicule à parler de soi .

M. de Thibouville crie toujours après un cinquième acte, vraiment j'ai bien d'autre chose à faire, il faut attendre que l'inspiration vienne ; malheur à qui fait des vers quand il le veut, quiconque n'en fait pas malgré soit , en fait de mauvais .

Mes anges, je veux que vous vous amusiez de ma lettre à M. Hellot 4, elle est historique, et quand vous l'aurez lue, je vous supplie de la lui faire remettre . Toutes ces lettres me font perdre du temps, et vous savez que le temps perdu ne se retrouve jamais .

Permettez encore ce petit billet pour Lekain 5. Il vous apprendra que je suis le plus grand acteur qu'il y ait en Suisse . J'ai joué à l'âge de près de soixante-dix ans Gengis Khan avec un applaudissement universel . Nous avions parmi les spectateurs une espèce de Kalmouk, qui disait que je ressemblais à Gengis Kan comme deux gouttes d'eau, et que j'avais le geste tout à fait tartare, mais Mme Denis jouait encore mieux que moi, s'il est possible .

Je n'ai pas encore le moment de remercier la muse limonadière 6.

Respect et tendresse .

V. »

1 L'édition de Kehl, suivie par les autres, supprime le 4è paragraphe et remplace le dernier et la formule par un morceau emprunté à la lettre du 29 juillet 1763 : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-24.html

2 Proverbe italien, enregistré par Gino Capponi dans Raccolta di proverbi toscani, 1891 ; servir sans agréer est pour faire mourir .

3 Des extraits de la lettre du 29 juin 1763 d'Hénault nous sont parvenus ; la traduction en question est A new chronological abridgment of the history of France, translated […] by M. [Thomas] Nugent […], 1762 .

4 Hellot avait adressé à V* , le 28 juin 1763, une longue lettre sur « la princesse veuve du czarevitz, fils de Pierre le Grand », « encore vivante » sous le nom de Mme de Madagne, « au village de Vitry, près Paris » ; la réponse de V* n'est pas connue .

23/06/2018

Oui jusqu'à ce moment ce traitre est épargné

...  Tel Liviu Dragnea, chef du Parti Social Démocrate roumain, condamné dans une affaire de corruption et d'emplois fictifs, s'accroche -je dirais même "morpionne"- à son poste : jusqu'à quand ? Nous aussi en France nous avons notre/nos Liviu : François Fillon , Marine Le Pen , ... qui ont l'art de faire trainer la justice .

https://www.20minutes.fr/monde/2294971-20180622-roumanie-...

 Résultat de recherche d'images pour "liviu dragnea corruption caricature"

La corruption c'est le vol !

 

 

« A Henri-Louis Lekain

[6 juillet 1763] 1

Nous venons de jouer L'Orphelin , le rôle de Gengis Khan a paru très supérieur à celui d'Idamé, et plus rempli de grands mouvements . Les passages rapides de la fureur à la tendresse, et de la menace au désespoir, le mélange de ces sentiments ont fait un effet prodigieux . Pour les rendre plus sensibles j'ai coupé quelques morceaux, par exemple au cinquième acte je passe de ce vers :

Oui jusqu'à ce moment ce traitre est épargné

à celui-ci :

Tout couvert de son sang je devais sur sa cendre

A mes vœux absolus vous forcer de vous rendre .

Ces mots vous choisissez ma haine, vous l'aurez ont produit un contraste étonnant . On a prononcé vous l'aurez avec un désespoir aussi attendrissant que terrible . On a versé des larmes en menaçant . N'est-ce pas ainsi que mon grand acteur veut qu'on joue ?

Je voudrais bien faire quelque chose qui fût digne de lui .

Mais à 70 ans il faut plier bagage . Mes sentiments pour lui ne s'affaiblissent pas comme mes talents.

V. »

1 Il paraît plausible que cette lettre se trouvait enclose dans celle du même jour à d'Argental : « Permettez encore ce petit billet pour Lekain . Il vous apprendra que je suis le plus grand acteur qu'il y ait en Suisse. »

J’ai peut-être mieux rencontré quand j’ai dit que si jamais l’empire des Turcs était détruit ce serait par la Russie

... Qui d'autre l'oserait et y aurait intérêt ?

https://www.causeur.fr/erdogan-poutine-otan-afrin-syrie-1...

 

 

 

« A François-Pierre Pictet

[4 juillet 1763] 1

Mon cher géant, vraiment votre lettre 2 est d’un vrai philosophe ; vous êtes un Anacarsis et d’Alembert n’a pas voulu l’être. Je ne sais pourquoi le philosophe de Paris n’a pas osé aller chez la Minerve de Russie. Il a craint peut être le sort d’Ixion 3.

Pour votre Jean Jaques ci-devant citoyen de Genève, je crois que la tête lui a tourné quand il a prophétisé contre les établissements de Pierre le Grand 4. J’ai peut-être mieux rencontré quand j’ai dit que si jamais l’empire des Turcs était détruit ce serait par la Russie 5, et sans l’aventure du Pruth je tiendrais ma prophétie plus sûre que toutes celles d’Isaïe.

Votre auguste Catherine seconde est assurément Catherine unique ; la première ne fut qu’heureuse. J’ai pris la liberté de lui envoyer quelques exemplaires du second tome de Pierre le Grand par M. de Balk qui partit de Genève il y a deux mois 6. Je me flatte qu’elle y trouvera des vérités. J’ai eu de très bons mémoires, je n’ai songé qu’au vrai. Je sais heureusement combien elle l’aime.

Ce qu’elle a daigné dicter à son géant 7 me paraît d’un esprit bien supérieur. Oh qu’elle a raison quand elle fait sentir cette fastidieuse prolixité d’écrits pour et contre les jésuites, et quand elle parle de ces quatre-vingt pages d’extraits sur des choses qu’on doit dire en dix lignes ! que j’ai de vanité de penser comme elle !

Mais on ne doit jamais rendre public ce qu’on admire à moins d’une permission expresse, sans quoi il faudrait, je pense, imprimer toutes ses lettres. Savez vous bien que madame la princesse sa mère m’honorait de beaucoup de bontés ? et que je pleure sa perte 8? Si je n’avais que soixante ans je viendrais me consoler en contemplant de loin sa divine fille.

Notre cher géant mettez à ses pieds je vous prie ce petit papier pomponné 9. Si vous êtes bigle, vous verrez que je deviens aveugle et sourd.

Elle daigne donc protéger la petite fille de Corneille ? Eh bien n’est il pas vrai que toutes les grandes choses nous viennent du nord ? ai-je tort ?

Madame votre mère 10 vous mandera les nouvelles de Genève. Pour moi je suis 11 pénétré du billet que j’ai lu de votre auguste impératrice que j’en oublie jusqu’à votre grande république. J’ai baisé ce billet. N’allez pas le lui dire au moins ; cela n’est pas respectueux.

J’embrasse mon cher géant sans cérémonie.12 »

 

 

 

1 L'édition de Kehl donne 1762 corrigé en 1763 et après hésitations, septembre pour le mois . La date est ici fournie par quelques faits : 1° la lettre de Pictet à laquelle répond V* est celle du 10 mai 1763 ; 2° les exemplaires du second tome de Pierre le Grand doivent avoir été prêts en avril-mai 1763 ; 3° la date exacte de la présente lettre est alors fournie par une lettre du prince Dmitri Mikhaïlovitch Golitsin à V* du 11 septembre 1763 qui mentionne deux lettres de V* reçues par lui, à Vienne, du 4 juillet 1763 et du 12 août, dont la première contient une « incluse » pour Pierre Pictet .

2 Cette lettre dont on parle ci-dessus, est importante pour comprendre les sentiments de V* à l'égard de Catherine II, et plus généralement sa russophilie contrastant avec les idées de JJ Rousseau . La voici : lettre D11201 page 23 et suivantes sur http://www.archivesfamillepictet.ch/bibliographie/documents/Voltaire_et_Rousseau_2012.pd

3 Ixion, roi des Lapithes, chassé de ses états pour un crime qu'il avait commis, fut accueilli dans l'Olympe par Jupiter . Ixion devint amoureux de Junon et Jupiter, pour tromper sa passion produisit un nuage ressemblant à Junon : de ce commerce naquirent les centaures . Quant à Ixion il fut condamné à tourner éternellement sur une roue .

5 Pensées sur le gouvernement , ancienne section III : https://fr.wikisource.org/wiki/Pens%C3%A9es_sur_le_Gouvernement/%C3%89dition_Garnier

6 Ces cinq mots figurent seulement dans la copie Beaumarchais-Kehl .

7 Voici le texte de ces propos transmis également par Picte à V* ; voir page 26 et suivantes : D 11210 : http://www.archivesfamillepictet.ch/bibliographie/documents/Voltaire_et_Rousseau_2012.pdf

8 Elle est morte le 30 mai 1760 .

9 Ce « petit papier » ne nous est pas parvenu directement , mais à la suite de la copie de la présente lettre faite par Pictet, et conservée à la bibliothèque de Dijon, on lit les vers suivants, qui furent publiés dans les Mémoires secrets, I ,292 à la date du 31 octobre 1763 , puis avec quelques variantes dans le Mercure de France de janvier 1764, I, 30 .

Dieux qui m’ôtez mes yeux et mes oreilles,

Rendez les moi ; je pars au même instant.

Heureux qui voit vos augustes merveilles

O Catherine, heureux qui vous entend !

Plaire et régner c’est là votre talent :

Mais le premier me touche davantage.

Par votre esprit vous étonnez le sage ;

Il cesserait de l’être en vous voyant.

10 Suzanne Gallatin, femme d'Isaac Pictet .

11 V* semble avoir oublié si .

12 Cette dernière phrase ne figure que sur la copie Beaumarchais-Kehl.