Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/06/2020

Ma nièce croit que c'était une plaisanterie

... Mais non . Plus d'un milliard de pages de spam émises chaque heure du jour et de la nuit . C'est invraisemblable mais pourtant vrai,  Google les a comptées : https://www.abondance.com/20200610-42976-google-decouvre-25-milliards-de-pages-de-spam-chaque-jour.html

Plus de trois pages par jour et par humain répertorié sur notre globule ! Et pendant ce temps-là, plus de huit cent millions de nos semblables n'ont toujours pas d'eau potable . Que ne pourrait-on pas faire de bien en ne gaspillant pas une énergie fabuleuse à diffuser ces put**** de spams ?

 

 

 

« A Jean-Robert Tronchin   Fermier

général

à Paris

21 mars [1765] à Ferney

Mme Denis, monsieur , a consommé aujourd'hui l'affaire des Délices avec monsieur votre frère . Un violent mal de gorge m'a privé de cette séance à laquelle d'ailleurs je n'étais pas bien nécessaire, rien ne m’appartenant plus dans ce monde que l'amitié ; j’avais seulement prié ma nièce de faire tout ce que voudrait monsieur votre frère . Il n’y a pas eu la moindre ombre de difficulté et je n'ai pu concevoir comment M. Labat avait imaginé d'en susciter . Ma nièce croit que c'était une plaisanterie . Vous voila possesseur des Délices mais vous n'en jouirez guère, il n’y a pas d'apparence que vous quitterez jamais Paris pour Genève . Je m'intéresse toujours à la tranquillité de votre patrie . J'espère que Jean-Jacques Rousseau ne la troublera pas . Il a eu un moment l'espérance de la mettre en combustion . Voilà je vous l'avoue un plaisant philosophe . Adieu monsieur je vous suis attaché pour la vie .

Votre très humble et très obéissant serviteur

V. »

19/06/2020

Je sais bien mauvais gré, mon cher ami, à l’épidémie des maux de gorge, qui jointe à mes fluxions sur les yeux, me met hors d'état de vous embrasser aujourd’hui

... A une pathologie près, je suis comme toi mon cher Volti .

Un mètre, un mètre cinquante, deux mètres, quatre mètres-carrés, masque, gel hydro-alcoolique , bien malin celui qui, le double-mètre d'une main et le flacon de l'autre,  peut embrasser ou être embrassé . Nous sommes tous des pestiférés en puissance , selon la police ; tous d'une innocuité remarquable et d'une immunité innée selon les démasqués . Covid-19 fera le tri !

 

 

« A François Tronchin

Conseiller d’État

à Genève

A Ferney 21è mars 1765

Je sais bien mauvais gré, mon cher ami, à l’épidémie des maux de gorge, qui jointe à mes fluxions sur les yeux, me met hors d'état de vous embrasser aujourd’hui comme je l'espérais . Il a fallu me borner à donner à Mme Denis une procuration . Elle signera tout ce que vous voudrez qu'on signe ; elle est comme moi à vos ordres ; je me faisais une fête de ce dîner dans lequel j'aurais renouvelé à tout ce qui porte votre nom, mon tendre et respectueux attachement . Vos bontés me consolent de tous les maux que la nature me fait souffrir . Je vous embrasse bien tendrement .

V. »

18/06/2020

faire tous actes nécessaires

... Et non pas de superflus .

Ni de confus .

Les actes de protection contre la contagion ne doivent pas être d'une liste longue comme un jour sans pain . Voir : Décret n° 2020-663 du 31 mai 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l'épidémie de covid-19 dans le cadre de l'état d'urgence sanitaire NOR: SSAZ2013547D Version consolidée au 13 juin 2020

Et si avec ça le virus réussit à survivre ...

 

 

« A Marie-Louise Denis

Je prie madame Denis et lui donne pouvoir spécial de transiger avec M. Robert Tronchin , et M. François Tronchin, conseiller d’État de Genève, qui agit au nom de M. Robert Tronchin son frère, au sujet de la maison et domaine dits des Délices situés à St-Jean près de Genève, consommer par-devant notaire la rétrocession que j'ai faite de ce domaine, faire tous actes nécessaires, résilier s'il est besoin le bail fait avec le fermier, transiger pour les meubles qui m'appartiennent, recevoir de MM. Robert et François Tronchin trente huit mille livres de lettres de change payables en juillet à Lyon selon mes conventions faites avec ces messieurs, argent de France, et généralement de stipuler tout ce que ces messieurs et elle jugeront de plus convenable, approuvant et ratifiant par cette présente tout ce que Mme Denis aura signé.

 

Fait au château de Ferney 21 mars 1765.

Voltaire. »

17/06/2020

il est bien doux de vivre sous les lois

... Mon cher Voltaire, on voit bien que vous ne connaissez pas le poids du code civil actuel : 1,298 kg, le poids des mots, l'émoi des maux . Sans oublier le code du travail : 1,450 kg, le code du commerce : 1,560 kg, le code général des impôts : 1,520 kg , j'en passe et j'en oublie, je ne pèse pas les codes de la CE . Tout ça parce qu'il y a des gens malhonnêtes dont on doit empêcher et réprimer les abus , on n'a inventé la clé que parce qu'il y a des voleurs .

Inflation législative — Wikiberal

Le mal franco-européen

 

 

« A Antoine-Jean-Gabriel Le Bault

Au château de Ferney, 20 mars 1765

Monsieur,

Je reçus les 120 bouteilles trois jours après vous avoir exposé ma misère . Au lieu de mes doléances, recevez mes tendres remerciements. Permettez-moi de présenter mes respects au magistrat philosophe qui se démet de la place de procureur général , et à celui qui lui succède .

Je suis tout fier des bontés de madame Le Bault . Mme Denis la remercie bien respectueusement, ainsi que vous, monsieur, dont les bontés me sont bien chères, et dont la santé nous est également précieuse .

Oserais-je encore vous supplier de vouloir bien ne me pas oublier auprès de monsieur le premier président qui m'a toujours honoré de sa protection ?

La justice complète, rendue enfin aux Calas, est applaudie de toute l'Europe, et vous n’ignorez pas à présent cette nouvelle . Cette affreuse aventure n’était point la faute du parlement de Toulouse, mais celle d'un capitoul qui est bien puni aujourd'hui de son fanatisme . Cela ne serait pas arrivé au parlement de Dijon ; il est bien doux de vivre sous les lois .

J'ai l'honneur d'être, avec beaucoup de respect, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur

Voltaire. »

16/06/2020

régime vaut mieux qu’emplâtre

... Tant pour le corps de votre serviteur, que pour toutes les activités économiques du pays . La planche à billets va chauffer, on va voir de beaux cataplasmes de toutes monnaies . Reste à savoir si le malade s'en trouvera bien .Gallica BnF - Ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?... | Facebook

Ça vous chatouille ou ça vous grattouille ?

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

20è mars 1765 1

Mon cher frère, je vous donne avis que je vous envoie par cette poste le mémoire des Sirven, accompagné d'une petite lettre . Je ne vous répéterai point dans celle-ci que vous êtes une âme divine ; cela s'en va sans dire .

Permettez que je glisse ici un petit mot pour l'ami Mariette .

M. Tronchin ne m'a point fait encore réponse sur votre consultation . J'imagine qu'il pense qu'il est fort égal qu'un emplâtre soit grand ou petit . Mais régime vaut mieux qu’emplâtre . Ménagez, je vous en conjure, une santé précieuse à ceux qui aiment la vertu, et qui détestent le fanatisme .

Quand vous verrez l'enchanteur Merlin faites-lui mes remerciements . Je viens de recevoir les Contes moraux de frère Marmontel 2. J'attends pour les lire que j'aie répondu à deux cents lettres, et que mon cœur soit un peu dégonflé de la joie inexprimable que m'ont donnée quarante maîtres des requêtes . »

1 L'édition de Kehl donne le seul dernier paragraphe joint avec la fin de la lettre du 23 mars 1765 ; voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/09/correspondance-annee-1765-partie-10.html

2 Sans doute la seconde édition contenant cinq nouveaux contes , au tome I Le Sylphe, au tome II Laurette, au tome III La Femme comme il y en a peu, L’Amitié à l'épreuve et Le Misanthrope corrigé .Voir : https://journals.openedition.org/feeries/413

et : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1051592t/f29.image.texteImage

et : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Fran%C3%A7ois_Marmontel

15/06/2020

les maires heureusement réussissent mieux que les capitouls

...

 

« A Pierre-Robert Le Cornier de Cideville

[A Ferney] 20è mars 1765 1

Vous étiez donc à Paris, mon cher ami, quand le dernier acte de la tragédie des Calas a fini si heureusement ; la pièce est dans les règles ; c’est, à mon gré, le plus beau cinquième acte qui soit au théâtre. Toutes les pièces sont actuellement à l’honneur de la France : les maires 2 heureusement réussissent mieux que les capitouls. Le rôle d’Elie de Beaumont est bien beau.

On va donner pour petite pièce 3 la Destruction des jésuites. Je ne sais si M. d’Alembert en est l’auteur, et certainement, s’il ne veut pas l’être, il ne faut pas qu’il le soit. Mais il est venu chez nous, ce brave M. d’Alembert, et tous ceux qui ont eu le plaisir de l’entendre disent : le voilà, c’est lui ; cela est écrit comme il parle ; pour moi, je veux bien croire que ce n’est pas lui ; mais je voudrais bien savoir quel homme a pris son style, sa philosophie, sa gaieté, et qui partage avec lui l’héritage de Blaise Pascal, au jansénisme près.

Il me paraît, à l’analyse que vous me faites 4, que vous avez le nez fin . Je gagerais que vous avez raison dans tout ce que vous me dites. On dit que le temps est le seul bon juge ; mais le temps ne décide que d’après des gens comme vous.

Je sais bon gré au président Hénault de n’avoir point parlé de la minutie concernant les bourgeois de Calais. Il est bien clair qu’Édouard III n’avait nulle envie de les faire pendre, puisqu’il leur donna à tous de belles médailles d’or. Au reste, je suis très aise pour la France, et pour l’auteur, qui est mon ami, que le Siège de Calais ait un si grand succès ; et je souhaite que la pièce soit jouée aussi longtemps que le siège a duré.

Jean-Jacques Rousseau mérite un peu, à ce qu’on dit ici, l’aventure dont Édouard III semblait menacer les six bourgeois de Calais ; mais il ne mérite point les médailles d’or. Le prétendu philosophe ne joue que le rôle d’un brouillon et d’un délateur. Il a cru être Diogène, et à peine a-t-il l’honneur de ressembler à son chien. Il est en horreur ici.

On dit que messieurs du canton de Scheiwtz ont fait d’énormes insolences contre le roi 5.

Ces petits cantons-là sont un peu du quatorzième siècle. Je ne vous dis, mon cher ami, que des nouvelles de Suisse ; vous m’en donnez du séjour des agréments ; on ne peut donner que ce qu’on a. Ma petite chaumière de Ferney est tranquille au milieu de tous ces orages. Je bâtis sur le bord du tombeau, mais je jouis au moins du plaisir de faire pour madame Denis un château qui vaut mieux que les petits-cantons . Elle vous fait mille compliments. Buvez à ma santé, je vous en prie, avec Cicéron de Beaumont et Roscius Garick. Adieu ; ma tendre amitié ne finira qu’avec ma vie.

V. »

1 Le lieu d'envoi a été ajouté par Cideville sur le manuscrit .

2 Le maire de Calais, Eustache de Saint-Pierre, joue un rôle important dans Le Siège de Calais, tragédie de Du Belloy . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Eustache_de_Saint_Pierre

et https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k310182n

3 C'est-à-dire comme lever de rideau .

4 Dans une lettre du 13 mars 1765, Cideville analyse longuement la pièce de Du Belloy .

5 Le traité signé entre le canton de Schwyz et la France devant être renouvelé, les « Doux » étaient d'accord pour le renouvellement, les « Durs » s'y opposaient . Ces derniers l'emportèrent, la France prit des mesures de représailles, et le canton fut agité pendant plusieurs mois .Voir : https://hls-dhs-dss.ch/fr/articles/017204/2009-10-14/

14/06/2020

Ma foi les Français valent mieux que tous ces gens-là

... En toute modestie et réalisme [sic]. J'y ai bien réfléchi, la preuve :

https://mobile.agoravox.fr/local/cache-gd2/d9f4c8d01c08d2e40fb44718f3ce65fd.png

 

 

« A François de Chennevières, Premier

commis des bureaux de la guerre etc.

à Versailles

20è mars 1765 à Ferney

Vous avez assisté à deux belles pièces, mon cher confrère . Les Calas et la pièce de mon ami M. du Belloy réussissent également , et le tout à l'honneur de la France . Les pièces de Jean-Jacques Rousseau n'ont pas le même succès . Ce misérable a voulu mettre le trouble dans sa patrie , mais il n'en viendra pas à bout . Voilà un plaisant philosophe, il ne joue à présent que le rôle d'un brouillon et d'un délateur ; il est démasqué et abhorré .

Ma foi les Français valent mieux que tous ces gens-là . Vous avez à présent de la tranquillité, de l'argent et du plaisir, jouissez, messieurs . Tout vieux, tout malade que je suis, tout menacé d'être quinze-vingt, je sens vivement le mérite de ma patrie . La justification des Calas m'a fait verser des larmes de joie . Vive Élie de Beaumont ! Il a le feu du char de son bon patron 1. Si vous le revoyez, embrassez-le pour moi des deux côtés, et j'ose encore dire qu'il faut en faire autant à sa digne et charmante femme . Employez la même cérémonie avec la sœur du pot, de la part de Mme Denis et de la mienne .

V. »

1 Second livre des Rois, II, 11-12 : https://www.aelf.org/bible/2R/2