Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/04/2018

Il est dans un état fort triste, et ne peut guère actuellement parler ni de vers ni de saucissons

... "... RIP Jean d'Ormesson !" dit son charcutier préféré .

Résultat de recherche d'images pour "rip jean d'ormesson humour"

 

 

« Au marquis Francesco Albergati Capacelli

Senatore di Bologna

à Bologna

5è mai [1763] aux Délices 1

Le pauvre vieux malade a reçu, monsieur, des bouteilles de vin dont il vous remercie, et dont il boira, s’il peut jamais boire ; il y a aussi des saucissons dont il mangera, s’il peut manger . Il est dans un état fort triste, et ne peut guère actuellement parler ni de vers ni de saucissons. Vraiment, monsieur, vous me faites bien de l’honneur de vous regarder comme mon fils ; il est vrai que je me sens pour vous la tendresse d’un père, et que de plus j’ai l’âge requis pour l’être.

N’attribuez, monsieur, qu’à ma vieillesse si je ne me souviens pas du père Pacciaudi ou Paciardi , je n’ai pas la mémoire bien fraîche et bien sûre. Il se peut faire que j’aie eu l’honneur de voir ce théatin ; mais je prie son ordre de me pardonner, si je ne m’en souviens pas . Rien ne peut égaler l’honneur que vous et vos amis m’avez daigné faire en traduisant quelques-uns de mes faibles ouvrages, et rien ne peut diminuer à mes yeux le mérite des traducteurs, ni affaiblir ma reconnaissance.

Comme l’état où je suis ne me permet d’écrire, que très rarement, et encore par une main étrangère, je n’entretiens pas un commerce fort suivi avec notre cher Goldoni ; mais j’aime toujours passionnément ses écrits et sa personne. J’imagine qu’il restera longtemps à Paris, où son mérite doit lui procurer chaque jour de nouveaux amis et de nouveaux agréments : mais, quand il retournera dans la belle Italie, je le supplierai de passer par notre ermitage ; nous aurons le plaisir de nous entretenir de vous , il vous portera, monsieur, mon respect extrême pour votre personne, et mes regrets de mourir sans avoir eu la consolation de vous voir.

Votre très humble et très obéissant serviteur

V. »

1 Date complétée par Albergati ; mention « f[ran]co Milano » . Dans la lettre du 15 avril 1763 laquelle répond V* répond V* , figure cette phrase en français : « […] le sort de vos ouvrages est d'être souvent traduits et toujours faiblement ».

27/04/2018

Êtes-vous à Shuessingen, êtes-vous à Manheim ?

... Mme Merkel ? Que nenni, Sie sind in Washington mit Donald ! Bon courage face à cet énergumène qui se croit le maître du monde, aimable comme une porte de prison, et c.. comme une valise sans poignée [de main] .

 Résultat de recherche d'images pour "merkel trump poignée de main"

 

 

« A Cosimo Alessandro Collini Secrétaire

historiographe de Son

Altesse Électorale

à Manheim

Aux Délices, 3 mai 1763 1

Je vous prie instamment d'envoyer sur le champ , par la poste un exemplaire d'Olympie à Son Excellence Mgr le cardinal de Bernis à Soissons . Vous me ferez un très grand plaisir, mon cher historiographe . Ayez aussi la bonté de vous souvenir que je vous ai prié d'en faire tenir un exemplaire à Mme Defresnay et de m'en dépêcher un autre par son moyen.

Êtes-vous à Shuessingen, êtes-vous à Manheim ? Pour moi je suis au coin de mon feu, n'en pouvant plus . Je vous embrasse de tout mon cœur .

V. »

1 Dans l'édition Collini manque la moitié environ de la lettre .

26/04/2018

si on n'a autre chose à dire en faveur du condamné sinon qu'il est de la plus belle figure, il n'y a pas d'apparence que monsieur le chancelier soit fort touché de cette raison

... Ce qui peut être le cas, non du condamné, mais du prévenu Bolloré, ami de l'ex-président Sarkozy, autre prévenu notable , asinus asinum fricat .

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/justice-proces/s...

Notons au passage que la corruption est utilisée à grande échelle par tous les grands groupes internationaux depuis toujours, l'argent étant "LA CLEF" du pouvoir , irremplaçable et de la plus grande efficacité dans un monde sans Bisounours . 

 Résultat de recherche d'images pour "affaire bolloré"

 

 

 

« A Louis-Gaspard Fabry, Maire et

Subdélégué

à Gex

Aux Délices, 2 mai 1763 1

Monsieur, il n'appartient qu'à vous de rendre compte à Mgr le comte de La Marche de ce qui se passe dans sa terre . Je pense que vous ne vous compromettrez en aucune façon en lui envoyant un mémoire concernant la condamnation du nommé Motty . Si on peut prouver qu'il n'a tué un homme qu’en défendant son frère et en se défendant soi-même, et qu'il a été même pansé dans la prison par le g[ardien] lui-même, des blessures qu'il avait reçues, alors, le cas par[aitra] graciable, et M. le comte de La Marche aimera probablem[ent] mieux demander la grâce du coupable, que de dépenser beaucoup d'argent pour le faire pendre 2.

Mais si les charges et informations sont absolument conformes au mémoire que j'ai vu, et si on n'a autre chose à dire en faveur du condamné sinon qu'il est de la plus belle figure, il n'y a pas d'apparence que monsieur le chancelier soit fort touché de cette raison .

Vous pourriez encore, monsieur, employer le crédit de monsieur l'intendant, qui pourrait écrire en droiture à monsieur le chancelier, et demander lui-même la grâce du condamné, en spécifiant qu'on a mal à propos supprimé dans les procédures, que le condamné ne s'est servi de son sabre qu'à son corps défendant . On pourrait encore alléguer , que la querelle s'est passée entre le condamné et les valets de campagne du lieutenant criminel, et qu'il est à présumer que le procès-verbal a été rédigé à [l'a]vantage de ces valets .

Si vous vouliez bien, monsieur, faire donner avis à la famille Bétems du village de Moens, qu'on va leur envoyer leur parent, et qu'elle prenne les mesures qu'elle trouvera convenables . C'est d'ailleurs au curé de Moens à se mêler des fous de son village .

Toute notre famille vous fait les plus tendres compliments . J'ai l'honneur d'être avec l'attachement le plus inviolable, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Voltaire. »

1 Le papier a été endommagé, d'où les restitutions du texte . La signature ne semble pas être de la main de Voltaire .

25/04/2018

S'il est absolument nécessaire de payer l'iniquité, et de donner 1500 livres pour le greffe de l'iniquité, il faudra se cotiser

... C'est sans doute à peu près ce que pensent des usagers SNCF qui apportent leur obole à des grévistes égoïstes dont les syndicats sont assez nantis pour intenter des actions en justice contre leur employeur ! Solidarité à sens unique encore une fois .

 https://www.20minutes.fr/societe/2260087-20180423-greve-s...

 

 

« A Philippe Debrus

[vers le 1er mai 1763]1

Le conseil de Mme Calas jugera sans doute que l'ordre a été donné par le roi au parlement de Toulouse, d'envoyer au roi la copie des procédures 2, et non pas de les envoyer à la veuve, donc, ce n'est pas à elle à payer l’obéissance que le parlement de Toulouse doit au roi .

Il est inouï qu'on demande quinze cents livres pour une copie . Je ferais copier la Somme de saint Thomas tout entière pour deux cents francs tout au plus . Les juges de Toulouse rouent, et le greffier écorche . C'est donc ainsi que la justice est faite ! S'il est absolument nécessaire de payer l'iniquité, et de donner 1500 livres pour le greffe de l'iniquité, il faudra se cotiser ; il n’y aura qu'à faire une répartition entre les contribuables et j'offre d'en être .

Je fais la même offre quand il s'agira de prendre à partie les juges eux-mêmes .

V. »

1 L'édition Lettres inédites place la lettre en mai-juillet, et B.M. En février .

2 La procédure était entièrement écrite, ce qui d'ailleurs n'était pas sans offrir des garanties .

24/04/2018

Permettez que je vous informe de ce qui vient de m’arriver avec M. Makartney

... je viens de commencer la journée en écoutant Another day , que je ne connaissais pas encore, ça me donne le blues , comme il dit "It's just another day / So sad, so sad / Sometimes she feels so sad ", et je me réjouis avec "With a little luck" , que je dédie à Mam'zelle Wagnière qui me manque terriblement :

With A Little Luck, We Can Help It Out.
Avec un peu de chance nous pouvons nous rendre utile
We Can Make This Whole Damn Thing Work Out.
Nous Pouvons résoudre ce fichu problème
With A Little Love, We Can Lay It Down.

https://www.youtube.com/watch?v=oJlwuha_TG0

 

DSCF4892.JPG

Epanouissons-nous ensemble

 

 

« A César-Gabriel de Choiseul, duc de Praslin 1

1er mai [1763] aux Délices 2

Monseigneur,

Permettez que je vous informe de ce qui vient de m’arriver avec M. Makartney, gentilhomme anglais très jeune, et pourtant très sage ; très instruit, mais modeste ; fort riche et fort simple , et qui criera bientôt en parlement mieux qu’un autre. Il m’a nié que vous eussiez des bontés pour moi . Je me suis échauffé . Je me suis vanté de votre protection. Il m’a répondu que si je disais vrai, je prendrais la liberté de vous écrire. Il m'en a défié . Je n'ai pu alors me contenir . J’ai les passions vives, pardonnez-donc, Monseigneur, au zèle, à l’attachement, et au profond respect du vieux montagnard.

Voltaire. »

1 Nouveau nom de Choiseul .

2 Le destinataire est parfois identifié, à tort, comme le duc de Richelieu ; le manuscrit aurographe est passé en dernier lieu à la vente Parke-Bernet le 2 février 1971 .

23/04/2018

Il trouve notre nation fort drôle ; il dit que sitôt qu’il paraît une vérité parmi nous, tout le monde est alarmé comme si les Anglais faisaient une descente

... Allusion à une déclaration de Mister Trump Donald ? Non, ce serait trop beau ! alors qu'il reçoit notre président , et qu'il est par ailleurs si peu doué pour l'humour et encore moins pour l'esprit .

 

 

« A Claude-Adrien Helvétius

1er mai 1763 1

Voici, mon illustre philosophe, un gentilhomme anglais très instruit, et qui par conséquent vous estime. Je me suis vanté à lui d’avoir quelque part à votre amitié ; car j’aime à me faire valoir auprès des gens qui pensent . M. Makartney pense tout comme vous ; il croit, malgré Omer et Christophe, que si nous n’avions point de mains 2, il serait assez difficile de faire des rabats à Christophe et à Omer, et des sifflets pour les bourdons de Simon Le Franc, favori du roi, etc., etc., etc. Il trouve notre nation fort drôle ; il dit que sitôt qu’il paraît une vérité parmi nous, tout le monde est alarmé comme si les Anglais faisaient une descente.

Puisque vous avez eu la bonté de rester parmi les singes, tâchez donc d’en faire des hommes. Dieu vous demandera compte de vos talents, vous pouvez plus que personne écraser l’erreur, sans montrer la main qui la frappe. Un bon petit catéchisme 3 imprimé à vos frais par un inconnu, dans un pays inconnu, donné à quelques amis qui le donnent à d’autres , avec cette précaution, on fait du bien et on ne craint point de se faire du mal, et on se moque des Christophe, des Omer, etc., etc., etc., etc.

Jean-Jacques dit, à mon gré, une chose bien plaisante, quoique géométrique 4, dans sa Lettre à Christophe, pour prouver que, dans notre secte, la partie est plus grande que le tout. Il suppose que notre Sauveur Jésus-Christ communie avec ses apôtres . En ce cas, dit-il, il est clair que Jésus mit sa tête dans sa bouche. Il y a par-ci par-là de bons traits dans ce Jean-Jacques.

On m’a envoyé ces deux extraits de Jean Meslier. Il est vrai que cela est écrit du style d’un cheval de carrosse ; mais qu’il rue bien à propos ! et quel témoignage que celui d’un prêtre qui demande pardon en mourant d’avoir enseigné des choses absurdes et horribles ! Quelle réponse aux lieux communs des fanatiques qui ont l’audace d’assurer que la philosophie n’est que le fruit du libertinage !

Oh ! si quelque galant homme, écrivant avec pureté et avec force, donnant à la raison les grâces de l’imagination, daignait consacrer un mois ou deux à éclairer le genre humain ! Il y a de bonnes âmes qui font ce qu’elles peuvent, elles donnent quelques coups de bêche à la vigne du Seigneur ; mais vous la feriez fructifier au centuple – amen !

Toutefois ne faites point apprendre à vos enfants le métier de menuisier ; cela me paraît assez inutile pour l’éducation d’un gentilhomme 5.

Vale . Je vous estime autant que je vous aime. »

1 Dans l'édition de Kehl cette lettre apparaît deux fois à des dates différentes, dont la seconde en 1765 .

2 De l'Esprit, I, chapitre 1 : « Si la nature, au lieu de mains et de doigts flexibles, eût terminé nos poignets par un pied de cheval, qui doute que les hommes, sans arts, sans habitations, sans défense contre les animaux, tout occupés du soin de pourvoir à leur nourriture et d’éviter les bêtes féroces, ne fussent encore errants dans les forêts comme des troupeaux fugitifs ? », voir : https://fr.wikisource.org/wiki/De_l%E2%80%99Esprit/Discours_1/Chapitre_1

3 V* travaillait au Catéchisme de l'honnête homme : https://fr.wikisource.org/wiki/Cat%C3%A9chisme_de_l%E2%80%99honn%C3%AAte_homme

4 C'est-à-dire démonstrative .Voir : http://www.cnrtl.fr/definition/g%C3%A9om%C3%A9trique

5 Comme dans l'Emile .

22/04/2018

Une douzaine d’êtres pensants, à la tête desquels vous êtes, empêche que la France ne soit la dernière des nations

... Dédicace à Emmanuel Macron .

Ca me fait penser qu'on n'a pas dit la même chose à Jésus, si j'en crois mon catéchisme , et pour cause, les apôtres n'étant pas réputés pour leur savoir et leur réflexion, de plus la France n'était que la Gaule  ! Je souhaite une fin plus heureuse à notre président .

 

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

1er mai [1763] 1

Mon cher et grand philosophe, je suis aveugle quand il neige, et je commence à voir quand la terre a pris sa robe verte. Vous me demandez ce que je fais . Je vois et je voudrais bien vous voir : comptez que c’est un très grand plaisir d’avoir les yeux crevés pendant quatre mois ; cela rend les huit autres délicieux. Je souhaite que madame du Deffand puisse avoir mon secret. Quand je serai aveugle tout à fait, je lui écrirai régulièrement ; mais je ne suis pas encore digne d’elle .

J’ai lu la Poétique 2 dont vous me parlez : on voit que c’est un philosophe-poète qui a fait cela. Si vous ne le faites pas intrare in nostro docto corpore 3 à la première occasion, en vérité, messieurs, vous aurez grand tort. Il faut qu’il entre, et qu’ensuite Diderot entre ; et si Jean-Jacques avait été sage, Jean-Jacques aurait entré ou serait entré ; mais c’est le plus grand petit fou qui soit au monde. Il y a des choses charmantes dans sa  Lettre à Christophe : il lui prouve que le tout est plus petit que la partie chez les papistes , il prétend qu’il est très vraisemblable que Christ en instituant la divine eucharistie, mangea de son pain bénit, et qu’alors il est visible qu’il mit sa tête dans sa bouche . Mais nous répondrons à cela que la tête dans le pain n’était pas plus grosse qu’une tête d’épingle. Au reste Jean-Jacques parle un peu trop de lui dans sa lettre ; il assure que tous les États policés lui doivent une statue . Il jure qu’il est chrétien, et donne à notre sainte religion tous les ridicules imaginables. Il y a un petit mot sur Omer Fleury ; il soupçonne Omer d’être un sot, mais ce n’est qu’en passant : Christophe et Christ sont ses grands objets. Luc lui donne un habit par an, du bois et du blé, et il vit dans son tonneau assez fièrement à Môtiers-Travers, entre deux montagnes.

Pour Simon Le Franc, apprenez qu’on se moque de lui à Montauban comme à Paris . On y chante sa chanson, et il fait de nouveaux cantiques hébraïques dans sa belle bibliothèque. Depuis Montmaur 4, l’abbé Malotru 5 et M. Chiempot la Perruque 6, personne n’a plus égayé sa nation.

Si vous allez voir Luc, passez par chez nous : vous trouverez que Genève a fait de grands progrès, et qu’il y a plus de philosophes que de sociniens. Luc est l’ami de votre impératrice ; rien ne vous empêchera d’aller voir votre Catherine. Vous serez plus fêté, plus honoré que tous nos ambassadeurs . Mais repassez par chez nous en revenant. Je vous avertis que toute la cour de Catherine joue des pièces françaises. Bientôt on parlera français chez les Kalmoucks. Ce n’est pourtant ni à messieurs du parlement, ni à messieurs des convulsions, ni à nos généraux, ni à nos premiers commis qu’on doit cette petite distinction. Une douzaine d’êtres pensants, à la tête desquels vous êtes, empêche que la France ne soit la dernière des nations. Continuez, mon cher philosophe, à lui faire honneur ; jouissez de votre considération personnelle et de votre noble indépendance. C’est à vous qu’il appartient de rire de tout, car vous vous portez bien, et je ne suis qu’un vieux malade. Au surplus, écrasez l’infâme.

Nota bene Voici un jeune anglais digne de vous voir et qui veut vous voir . C’est M. Makartney 7, savant pour son âge, philosophe, et qui brillera comme un autre et mieux qu’un autre en parliament. Je prends la liberté de recommander liberum hominem homini libero 8

V.»

1 La lettre à laquelle V* répond ici n'est pas connue .

2 La Poétique française, de Marmontel .

3 Le Malade imaginaire, intermède, acte III .

4 Sans doute le « parasite Montmaur », objet de virulentes satires, à savoir Pierre de Montmaur, professeur de langue grecque au Collège Royal .Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_de_Montmaur

5 Note de Beuchot : « Dans des recueils manuscrits de chansons et autres pièces [sans doute le chansonnier Clérambault-Maurepas], de 1711 à 1727, on en trouve une intitulée : Portrait de l'abbé Malotru , avec un abrégé de l'histoire de sa vie, dédié à M. l'abbé de Saint-Martin. L'abbé [Michel] de Saint-Martin est bien connu par la Mandarinade, 1738-1739 . né à Saint Lô en 1614, il est mort en 1687 . quant à l'abbé Malotru, il paraît qu'il était protonotaire et écuyer, et auteur de diverses pièces . Il habitait peut-être Caen . »»

7 George Macartney, plus tard comte Macartney (1737-1806) , allait comme envoyé extraordinaire à Saint Pétersbourg ; il n'entra jamais au parlement . Sur sa visite, voir de Beer-Rousseau .

8 Un homme libre à un homme libre .