Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/02/2018

on peut y faire tant de fautes qu'on voudra sans que personne s'en aperçoive

... aurait pu tout à fait déclarer Laurent Wauquiez à propos de son rôle de président LR, avant son intervention en Ecole de management (et dire que les étudiants ont payé fort cher pour avoir face à eux un guignol dangereux ). 

 Résultat de recherche d'images pour "wauquiez em lyon caricature"

 http://actuendessins.fr/?p=4374

 

 

« A Gabriel Cramer

[vers le 10 mars 1763]

On peut tirer les deux premières feuilles de la Tolérance, je ne crois pas qu'il y ait de faute .

À l'égard de Pertharite , on peut y faire tant de fautes qu'on voudra sans que personne s'en aperçoive .

Mme Denis est fort inquiète, mais nous ne le sommes point, nous espérons que dans peu de jours, elle sera en état de recevoir ses amis .

Les malins attendent les lettres du sieur de Pompignan et du sieur de L’Écluse avec la chanson .

Imprimez-vous de la musique ? en ce cas, on vous enverrait la chanson notée, et on imprimerait à la fin un couplet noté . Mais ayez toujours la bonté de m'envoyer une quarantaine d'exemplaires . Je vous prie surtout, mon cher monsieur, de me donner des nouvelles de votre santé . »

19/02/2018

envoyer aujourd'hui tout ce qu'on aura fait de la Tolérance

... Cette qualité, ce savoir-vivre qui semble parfaitement échapper aux politicards de tout poil !

 

« A Gabriel Cramer

Genève

[vers le 10 mars 1763] 1

Je ne peux envoyer à monsieur Cramer la Sophonisbe que demain soir, ou après-demain matin . Je la revois et j'y travaille encore . Il faut la comparer à celle de Mairet 2 et cela demande un peu d'application .

Je prie instamment monsieur Cramer de m'envoyer aujourd'hui tout ce qu'on aura fait de la Tolérance . Il doit certainement avoir Mariamne, mais s'il ne l'a pas, je vais envoyer chercher à Ferney le seul exemplaire qui me reste . »

1 La moitié inférieure du manuscrit a été déchirée, ce qui affecte l'adresse et peut-être aussi le texte de la lettre .

2 La Sophonisbe de Mairet, jouée en 1629, imprimée en 1635, avait eu un succès considérable une trentaine d'années avant celle de Corneille . C'est la première tragédie régulière française .Voir : http://www.idt.paris-sorbonne.fr/html/Mairet-Sophonisbe-Preface.html

et : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1097788.pdf

18/02/2018

nous sommes des gens excessivement médiocres

... en général ! et heureusement les Jeux Olympiques nous montrent qu'il y a quelques exceptions et qu'un travail , des efforts acharnés méritent d'être reconnus, même chez ceux qui n'ont pas remporté de médailles . Bravo à eux !

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol, comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

Aux Délices 9 mars 1763 1

Assurément vous êtes bien anges, et je suis bien payé pour le croire et pour le dire. Vous me traitez précisément comme Gabriel 2 traita Tobie, vous m’enseignez un remède pour mes yeux ; mais ce n’est pas du fiel de brochet. Je vous remercie bien tendrement, mes chers anges.

Je vois qu’il faut abandonner le tripot pour longtemps. Vous n’ignorez pas sans doute que mademoiselle Clairon est dans le cas de l'hémorroïsse 3, et que le sauveur Tronchin lui a mandé qu’il ne pouvait la guérir, si elle ne venait toucher le bas de sa robe. Il la déclare morte, si elle joue la comédie. Je me bornerai donc à commenter Corneille et à admirer Racine.

Mais admirez dans quel embarras me jette Pierre Corneille. Ce n’est pas assez pour lui d’avoir fait Pertharite, Théodore, Agésilas, Attila, Suréna, Pulchérie, Othon, Bérénice, il faut encore qu’un arrière-petit-fils de tous ces gens-là vienne du pays de la mère aux guines 4 me relancer aux Délices. C’est réellement l’arrière-petit-fils de Pierre. Il se nomme Claude-Etienne Corneille, fils de Pierre-Alexis Corneille, lequel Alexis était fils de Pierre Corneille, gentilhomme ordinaire du roi ; lequel Pierre était fils de Pierre, auteur de Cinna et de Pertharite.

Claude-Etienne, dont il s’agit ici, est né avec soixante livres de rente mal-venant 5. Il a été soldat, déserteur, manœuvre, et d’ailleurs fort honnête homme. En passant par Grenoble, il a représenté son nom et ses besoins à M. de Montferrat, 6 que vous connaissez. Ce président, qui est le plus généreux de tous les hommes, ne lui a pas donné un sou, mais lui a conseillé de poursuivre son voyage à pied, et de venir chez moi, l’assurant que ce conseil valait beaucoup mieux que de l’argent, et que sa fortune était faite.

Claude-Etienne lui a représenté qu’il n’avait que quatre livres dix sous pour venir de Grenoble aux Délices. Le président a fait son décompte, et lui a prouvé qu’en vivant sobrement, il en aurait encore de reste à son arrivée.

Le pauvre diable enfin arrive mourant de faim, et ressemblant au Lazare ou à moi. Il entre dans la maison, et demande d’abord à boire et à manger, ce qu’on ne trouve point chez le président de Montferrat. Quand il est un peu refait, il dit son nom et demande à embrasser sa cousine. Il montre les papiers qu’il a en poche ; ils sont en très bonne forme. Nous n’avons pas jugé à propos de le présenter à sa cousine ni à son cousin M. Dupuits, et je crois que nous nous en déferons avec quelque argent comptant. Il descend pourtant de Pierre Corneille en droite ligne, et mademoiselle Corneille, à la rigueur, n’est rien à Pierre Corneille 7. Nous aurions pu marier Marie à Claude-Etienne, sans être obligés de demander une dispense au pape.

Mais comme M. Dupuits est en possession, et qu’il s’appelle Claude, l’autre Claude videra la maison. Voilà, je crois, ce que nous avons de meilleur à faire.

On nous menace d’une douzaine d’autres petits Cornillons 8, cousins-germains de Pertharite, qui viendront l’un après l’autre demander la becquée. Mais Marie Corneille est comme Marie sœur de Marthe ; elle a pris la meilleure part 9.

Le bon de l’histoire, c’est que c’est un nommé Du Molard 10, pauvre diable de son métier, qui est le premier auteur de la fortune de Marie. Tout cela, combiné ensemble, me fait croire plus que jamais à la destinée.

Heureusement le roi s’est moqué des beaux arrangements de M. Bertin ; il nous envoie de l’argent comptant, autre destinée encore très singulière.

Celle de la veuve Calas ne l’est pas moins ; elle ne se doutait pas, il y a un an, que le conseil d’État s’assemblerait pour elle.

Olympie a encore sa destinée ; elle sera jouée à Moscou avant de l’être à Paris. Une très mauvaise copie a été imprimée en Allemagne et j’ai été obligé d’en envoyer une moins mauvaise. La pièce me paraît singulière, et assez rondement écrite. Je la trouve admirable quand je lis Attila ; mais je la trouve détestable quand je lis les pièces de Racine, et je voudrais avoir brûlé tout ce que j’ai fait. Mes divins anges, il n’y a que Racine dans le monde : s’il me vient quelqu’un de sa famille, je vous promets de le bien traiter : mais pour Campistron, La Grange Chancel, Crébillon, et moi, nous sommes des gens excessivement médiocres. Ce n’est pas qu’il n’y ait de très belles choses dans Corneille ; mais pour une pièce parfaite de lui, je n’en connais point. Mes chers anges, je baise le bout de vos ailes avec tendresse et respect.

V. »



1 L'édition de Kehl remplace Montferrat par M***, suivie par les autres éditions .

2 Raphaël et non Gabriel, cité dans Tobie, VI, 5 : https://bible.catholique.org/livre-de-tobie/4137-chapitre-5

3 Ce terme est appliqué à la femme guérie d'un saignement en touchant la robe du Christ ; https://fr.wiktionary.org/wiki/h%C3%A9morro%C3%AFsse

4 Ou plutôt gaines : « ce pays de la mère aux gaines » est Moulins ; voir : http://dictionnaire.sensagent.leparisien.fr/Gaine/fr-fr/

5 Bien que cité par Littré, d'après la présente lettre , comme un ancien terme juridique, il semble en fait n'être ici qu'une plaisanterie sur la formule habituelle bien-venant .

6 Charles-Gabriel-Justin de Barral, marquis de Montferrat, qui n'est que conseiller du parlement de Grenoble, ou alors son frère aîné Jean-baptiste-François, qui est président à mortier mais ordinairement nommé marquis d'Arvillard . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Famille_de_Barral

7 V* a pour Marie-Françoise Corneille une affection sincère prouvée par les termes de son contrat de mariage, mais on ne peut manquer son peu d'empressement qu'il met à secourir le propre petit-fils de Corneille . Certains disent que l'aide apportée à celle-ci était une opération publicitaire alors que la même aide entreprise dans le cas du petit-fils aurait été négative sur ce plan .

8 Souriau fait de ce terme un néologisme, alors que V* l'a utilisé comme une formation plaisante, rappelant le corbillon d'Agnès .

10 Charles Du Molard Bert : voir lettre du 15 janvier 1761 : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1761-partie-3-121330760.html

17/02/2018

La plus petite de toutes les méprises imprimées, et la moins importante, est l'honneur qu'on me fait

... Je doute fort qu'un jour un de nos -présidents, ministres, cardinaux, députés, sénateurs, PDG, juges et avocats de renom, footeux, artistes récemment décédés-, soit assez lucide et modeste pour en dire autant .

 

 

« A Pierre Rousseau

La plus petite de toutes les méprises imprimées, et la moins importante, est l'honneur qu'on me fait , dans le Journal encyclopédique du mois de mars 1763, d'avoir reçu de madame l'archiduchesse des bouts-rimés à remplir . Je n'ai, Dieu merci, ni reçu cet ordre, ni fait ces bouts-rimés . Cependant, comme il faut obéir aux princesses, quelque vieux qu'on soit, je déclare que je ferai de mauvais bouts-rimés quand Leurs Altesses Impériales l’ordonneront positivement .

Voltaire .

Aux Délices 8 mai [mars] 1763 .1 »

1 Voir l'édition « Éclaircissement au sujet des bouts-rimés attribués à M. de Voltaire », Journal encyclopédique du 1er avril 1763 . La lettre est précédée de l’avis suivant : « Sur la foi d'un homme très estimable et très connu dans la république des lettres, nous avons donné dans le Journal pénultième [1er mars 1763] des bouts-rimés sous le nom de M. de Voltaire ; nous nous sommes empressés de les publier, parce que nous avons appris par une expérience constante combien nos lecteurs sont avides de tout ce qui sort de la plume de ce grand homme, ne fut-ce même que des bouts-rimés . La personne qui nous a envoyé ceux dont il est question, est une de ces admirateurs zélés, et certainement M. de Voltaire n'est point dans le cas de lui dire, vous voudriez bien que je les eusse faits . Par respect et par devoir nous insèrerons ici l'apostille d’une lettre dont il a bien voulu nous honorer . Nous serions très fâchés que sur la foi de notre Journal ces vers donnassent la moindre prise à ses ennemis, car enfin qui n'a pas d'ennemis à commencer par M. de Voltaire jusqu'au chevalier de [...]. » Cette lettre est encore suivie de ceci : « A peine ces bouts-rimés ont-ils paru dans notre Journal, que nous les avons trouvés imprimés dans une feuille périodique qui paraît à Lyon chez le sieur de La Roche . Ainsi nous ne sommes pas les seuls qui ayons été dans cette erreur, et peut-être sont-ils déjà imprimés dans d'autres journaux . » La matière fut encore reprise dans une article signé Porier qui parut dans le Journal encyclopédique du 15 mai 1763 .

16/02/2018

Votre maudit climat me tue . Je le hais

...

 

« A Gabriel Cramer

[vers le 7 mars 1763]

J'ai envoyé chercher Mariamne à Ferney .

Je restitue la feuille L de la Tolérance qui fut oubliée hier .

Je demande la feuille M .

Je suis malingre .

Je n'en travaille pas moins à Sophonisbe .

Votre maudit climat me tue .

Je le hais, mais je vous aime . »

La décision n'est pas douteuse

... Selon Laura Smet : https://www.20minutes.fr/people/2222063-20180216-heritage...

NDLR . - James , en réalité, se fiche du tiers comme du quart du sort des pauvres (sic) héritiers du défunt Johnny . A que c'est vrai !

 

 

« A Paul-Claude Moultou

[7 mars 1763] 1

J'envoie à mon cher frère en un seul Dieu les deux petits chapitres que je viens de faire copier pour lui .

C'est aujourd'hui que tout le conseil d’État décide entre les Calas et les huit juges toulousains . La décision n'est pas douteuse .

Mille tendres respects .

Je n'ai pas reçu la lettre à frère Le Tellier 2. »

1 L'édition Taillandier est incomplète et date de février ; l'édition Lettres inédites qui se réfère à l'original place la lettre en janvier-février, mais la séance du Conseil d'Etat à laquelle se réfère V* est celle du 7 mars 1763 .

15/02/2018

nous serons plus flattés du bienfait que de la somme

... peuvent dire certains candidats à la présidentielle, du moins ceux qui ont le moins triché :

http://www.lepoint.fr/presidentielle/comptes-de-campagne-...

 Ce sont quand même des sommes qui font dresser les cheveux quand on pense que ce sont nos impôts qui les payent et qu'on est au SMIC .

 

 

« A Louise-Dorothée von Meiningen, duchesse de Saxe-Gotha

Aux Délices par Genève, 7è mars 1763 1

Madame, je suis bientôt près de quitter ce monde dont vous faites l’ornement. Je ne m’intéresse guère à lui qu’en cas qu’il y ait encore quelques âmes comme la vôtre. Le roi de Prusse y joue un grand rôle, et je crois que Votre Altesse Sérénissime n’a pas été fâchée qu’il ait résisté à la maison 2 qui vous a fait perdre votre électorat . Il a acquis une gloire immortelle. Je connais une nation qui ne pourra pas dire autant d’elle ; mais on dit, que nous avons à Paris un opéra-comique, qui est fort bon, et cela suffit. Si nous n’avons pas vaincu tous nos ennemis, nous avons du moins chassé les jésuites ; c’est un assez beau commencement de raison ; nous finirons peut-être par nous en tenir à Jésus-Christ ; mais je serai mort avant que ce bienheureux jour arrive.

Les Calas, dont Votre Altesse Sérénissime a vu les mémoires, obtiennent enfin justice ; et le conseil du Roi ordonne qu’on revoie leur procès. C’est une chose très rare en France que des particuliers puissent parvenir à faire casser l’arrêt d’un parlement, et il est presque incroyable qu’une famille de protestants, sans crédit, sans argent, dont le père a été roué à un bout du royaume, ait pu parvenir à obtenir justice.

Nous sommes obligés de faire une collecte en faveur de ces infortunés . Les frais de justice sont immenses. Si Votre Altesse Sérénissime veut se mettre au rang des bienfaiteurs des Calas, elle sera au premier rang, et nous serons plus flattés du bienfait que de la somme, qui ne doit pas être considérable.

J’apprends que pendant que tout le monde est en paix, votre maison est en guerre pour la principauté de Meiningen 3; je me flatte que votre guerre ne sera pas longue, et que vous la finirez comme le roi de Prusse, en jouissant de tous vos droits. J’ai eu l’honneur de voir autrefois feu M. le prince de Meiningen 4 ; je vous assure que sa cour n’était pas si brillante que celle de Gotha.

Je ne sais point, madame, où demeure madame la comtesse de Bassevitz, qui vous est si attachée ; il faut absolument que je lui écrive, et je ne sais comment faire sans avoir recours à Votre Altesse Sérénissime. Je la supplie de permettre que je prenne la liberté de mettre la lettre dans ce paquet. On nous a fait espérer, madame, que nous aurions après la paix, messieurs les princes vos enfants, dans notre voisinage . J’aurai du moins la consolation de faire ma cour à la mère dans la personne de ses enfants.

Je me mets aux pieds de toute votre auguste famille, et je suis avec le plus profond respect, et l'attachement le plus inviolable ,

madame

de Votre Altesse Sérénissime

le très humble et très obéissant serviteur

Voltaire.

En qualité d’aveugle, je demande à la grande maitresse des cœurs, des nouvelles de ses yeux .

1 Le post scriptum manque dans les éditions . La duchesse a annoncé la paix à V* le 19 février 1763 : « … vous entendrez avec plaisir monsieur la bonne nouvelle de la paix entre l'impératrice, la Saxe et le roi de Prusse. Les articles définitifs ont été signés et publiés le 15 du courant à Hubertsbourg . […] Je ne me souviens pas d'un événement qui m'aie transportée et remuée à ce point […] Le roi recouvre par ce traité toutes les provinces qu'il possédait avant cette funeste guerre et la base de ce traité sont ceux de Breslau et de Dresden tous favorables à ce monarque […] le roi de Prusse […] se tire d'affaire le plus glorieusement du monde sans perdre un pouce de terre […] Mais il fallait aussi une tête comme la sienne, un génie et un héroïsme au dessus de tout […] . »

2 La maison d'Autriche .

3 Ici et deux ligne plus loin, le mot est écrit par Wagnière Memungen, transcrivant une note de V* .

4 Antoine-Ulrich, qui est mort quelques semaines plus tôt .Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Antoine-Ulrich_de_Saxe-Meiningen