Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/05/2018

envoyer incessamment Zulime et Olympie

... en envoyées spéciales au mariage -dit du siècle, en attendant un autre-, à Windsor . Harry et Meghan font faire leur show, et toucher un jackpot suffisant pour payer les frais du mariage : https://www.francetvinfo.fr/culture/people/familles-royal... .

 Image associée

Meghan et Harry , vus par le peuple des fans de la famille royale

 

« A Gabriel Cramer

[vers le 20 mai 1763]

Je prie mon très cher Gabriel de tâcher que je puisse envoyer incessamment Zulime et Olympie à la nymphe Clairon . »

16/05/2018

je me ferai un plaisir extrême de contribuer à leur faire rendre la justice qui leur sera due

... "Un parlementaire peut-il être poursuivi pour détournement de fonds publics?" .

-- Selon moi : OUI !

L'impunité de ceux de la race des Fillon m'insupporte , il est grand temps que ça change .

https://www.20minutes.fr/justice/2271319-20180516-parleme...

 

 

« A Élie Bertrand, premier pasteur de

l’Église française, membre de plusieurs

académies

à Berne

19è mai 1763 , aux Délices

Je ne sais si vous êtes instruit 1, mon cher monsieur, que M. le duc de Praslin protège beaucoup une Gazette littéraire qu'on va faire à Paris, concernant les livres étrangers . S'il y a quelque chose de vous, monsieur, ou de quelqu'un de vos amis, je me ferai un plaisir extrême de contribuer à leur faire rendre la justice qui leur sera due ; ce serait surtout une occasion bien favorable pour moi d'être à portée de vous donner des témoignages d'une estime qui égale mon amitié ; tout ce qui viendra de vous me sera bien précieux, et devra l'être à ceux qui aiment les connaissances utiles . Vous connaissez, monsieur, l'inviolable attachement de votre très humble et très obéissant serviteur .

V. »

1 Sur le manuscrit, savez est remplacé par êtes instruit .

15/05/2018

En vérité la plupart des hommes ressemblent aux moines, qui pensent qu’il n’y a rien d’intéressant dans le monde que ce qui se passe dans leur couvent

...

 

«  A Charles-Augustin Ferriol , comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

19è mai 1763 , aux Délices,

Je reçois la lettre et le paquet du 14 de mai, de mes anges. Non vraiment ils ne sont point exterminateurs ; et je les rétablis dans leur titre naturel, et dans leur dignité d’anges sauveurs. Ils ont daigné prendre le seul parti convenable ; je les remercie également de leurs bontés et de leur peine. Il est vrai que vous en aurez beaucoup, mes divins anges, à empêcher que l’Europe ne trouve les querelles pour les billets de confession, et pour une supérieure de l’hôpital 1, extrêmement ridicules. On n’avait parlé de ces misères que pour faire voir combien les plus petites choses produisent quelquefois des événements terribles. Il y a loin d’un billet de confession à l’assassinat d’un roi, et cependant ces deux objets tiennent l’un à l’autre, grâce à la démence humaine. C’était ce qu’il fallait faire sentir dans une histoire qui n’est que celle de l’esprit humain, et, sans cela, on aurait abandonné au mépris et à l’oubli toutes ces petites tracasseries passagères qui ne sont faites que pour le recueil D ou le recueil E 2.

Je vous avoue que je suis un peu étonné des remarques que vous m’avez envoyées . L’auteur de ces remarques semble marquer un peu d’aigreur. Est-il possible qu’il puisse me reprocher de n’avoir pas nommé, dans plusieurs endroits, un conseiller auquel je suis très attaché, et dont je rapporte une belle action 3, quoique étrangère à mon sujet ? Aurait-il fallu que je le nommasse dans ce vaste tableau des affaires de l’Europe, lorsque je ne nomme pas M. le duc de Praslin, à qui nous devons la paix, et que je me contente de dire : deux sages crurent la paix nécessaire, la proposèrent, et la firent 4 ? En vérité la plupart des hommes ressemblent aux moines, qui pensent qu’il n’y a rien d’intéressant dans le monde que ce qui se passe dans leur couvent.

J’ai peine à concilier ce que dit l’auteur des remarques sur les billets de confession, en deux endroits différents. Au premier, il prétend qu’il n’est pas dans l’exacte vérité  qu’il fallait que ces billets fussent signés par des prêtres adhérant à la bulle, sans quoi point d’extrême-onction, point de viatique. » Et, au second endroit, il dit que « dans les remontrances du parlement on prouvait jusqu’à la démonstration combien il était absurde d’attacher la réception ou l’exclusion des sacrements à un billet de confession. »

Il dit donc précisément ce que j’ai dit, et ce qu’il me reproche d’avoir dit.

Je vois en général, et vous le voyez bien mieux que moi, qu’il règne dans les esprits un peu de chaleur et de fermentation. J’ai été de sang-froid quand j’ai fait cette histoire ; on est un peu animé quand on la critique. Mes anges conciliants ont pris un messo termine 5 dont, encore une fois, je ne peux trop les remercier. Si le parlement brûle le livre, ce sera donc vous qu’il brûlera ; je serais enchanté d’être incendié en si bonne compagnie.

Je tâcherai de servir M. le duc de Praslin dans sa Gazette littéraire 6, qu’il protège. S’il le veut, je ferai moi-même les extraits de tout ce qui paraîtra en Suisse, où l’on fait quelquefois d’assez bonnes choses ; on me gardera le secret ; mais probablement M. l’ambassadeur en Suisse, et M. le résident à Genève, seront plus instruits que je ne pourrai l’être, et mon travail ne serait qu’un double emploi.

Je vous ai dépêché, mes anges, par la poste, sous l'enveloppe de M. de Courteilles, deux exemplaires d'Olympie , dont l'un est pour M. de Thibouville . Mais comme vous m'écrivez sous l'enveloppe de M. de Chauvelin, et que messieurs de la poste m'ont retenu plusieurs paquets sans respecter les adresse, je vous écris aujourd’hui à votre adresse même, M. de Courteilles étant à la campagne ; ayez donc la bonté de me faire savoir comment je dois adresser mes lettres dorénavant .7

Il me semble que les yeux chez un de mes anges et chez moi ne sont pas notre fort . J’en ai vu de fort beaux à l’un des deux anges, et je vois que ceux-là ne perdent rien de leur vivacité.

Toujours à l’ombre de vos ailes.

V. 

N.B. – Je viens de dicter quelques extraits d’ouvrages nouveaux qui ne sont pas indifférents ; je les enverrai à M. de Montpéroux, notre résident, afin qu’il en ait le mérite, si la chose comporte le mot de mérite ; et quand on sera content de cet essai, je continuerai, supposé qu’il me reste au moins un œil. »

2 Il s'agit d'un recueil périodique publié sous le titre Recueil A (B, C, etc.) de 1745 à 1762 , chaque volume portant une marque différente, et fausse ( la première Fontenoy, la seconde Luxembourg, etc.) . Les éditeurs étaient Gabriel-Louis Calabre, Pérau et d'autres personnages . Prault en avait entretenu Voltaire dans une lettre du 1er décembre 1759 ; voir lettre du 7 janvier 1760 à Prault : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2015/01/17/s-il-se-presente-quelque-occasion-de-vous-marquer-l-envie-ex-5536020.html

3L'abbé de Chauvelin ; voir le Précis du siècle de Louis XV, XXXVII (https://fr.wikisource.org/wiki/Pr%C3%A9cis_du_si%C3%A8cle_de_Louis_XV/Chapitre_37 ) ; sur l'auteur des remarques, voir lettre du 23 mai 1763 à d'Argental : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/06/correspondance-annee-1763-partie-18.html

4Sous une forme ultérieurement amendée, ce passage se trouve dans le même ouvrage, chap. XXXV : « … le duc de Praslin, ministre alors des Affaires étrangères, fut assez habile et assez heureux pour conclure la paix, dont le duc de Choiseul, ministre de la Guerre, avait entamé les négociations. »

5Moyen terme .

6 La Gazette littéraire de l'Europe, qui paraissait chaque semaine, était publiée sous les auspices de Praslin et rédigée par François Arnaud et Jean-Baptiste-Antoine Suard ; le prospectus en fut distribué en juillet 1763, mais le premier numéro ne parut que le 7 mars 1764 . la publication dura trois ans .

7 Ce paragraphe , biffé sur la copie du manuscrit, manque dans toutes les éditions .

14/05/2018

Ah je n'ai pas un secrétaire

... et c'est tant mieux, mes horaires ne conviendraient sans doute pas à qui que ce soit de salarié , et quant au meuble dit secrétaire, je l'ignore superbement , une chaise et mes genoux suffisent, n'en déplaise à Théodore Tronchin . Seul maître à bord, pilote et matelot, c'est OK .

 Résultat de recherche d'images pour "secrétaire à la tronchin"

Avant le PC portable, et plus beau, jamais en panne .

 

 

« A Charles-Augustin Ferriol , comte d'Argental

et à

Jeanne-Grâce Bosc du Bouchet, comtesse d'Argental

Aux Délices, 18 mai 1763 1

Je mets ces deux copies corrigées 2 au bout des ailes de mes anges exterminateurs . Un de ces exemplaires est pour M. de Thibouville qui m'a ordonné de l'envoyer sous le couvert de mes anges .

Eh bien voilà-t-il pas encore mes yeux qui me refusent le service ? Ah je n'ai pas un secrétaire comme M. d'Argental 3. Mme Denis toujours souffrante et moi aussi . Dieu ait pitié de moi ! Amen . »

1 L'édition Cayrol date du 14 mai .

2 D'Olympie .

3 Mme d'Argental , secrétaire de son mari .

Per mio grande malanno, non so se posso stabbilire il tempo de la mia venuta

... et je ne serai pas au château de Voltaire, ni le 30 mai, ni le 31, ni le 1er juin, dates de sa réouverture après sa longue  restauration . That's life ! Puisse Mam'zelle Wagnière y être, j'en serais plus qu'heureux .

"Nous allons être ouverts toute l'année en continu" dit François-Xavier Verger, administrateur (entre autres) du château, qui est remarquablement actif pour animer et faire connaitre ce lieu ; qu'il en soit félicité justement .

Le 3 mai 2018, le Dauphiné libéré titre "Château de Voltaire, l'esprit des lieux ressuscité", qu'il en soit ainsi pour le grand bonheur de ses visiteurs , dans la suite de tous ces "touristes" du XVIIIè siècle chez l' "aubergiste de l'Europe" .

Résultat de recherche d'images pour "réouverture chateau de voltaire ferney"

Que la fête commence !

 

 

« A Fontana Zorzi

1763, 16 mai

Madame, mi ricordo anchor à delle soavi hore con voi passate nella venuta costi, e mi ralegro della vostra excellente saluti nella quale vi trovate .

Amirato delle vostre doti, del vostro sapere alorchè veniste a me, ora riserbo un caro souvenir di tutte esse cose, e me provo un desiderio molto vivo di venire fra dolcissime climat della vostra bella Italia . Per moi grande malanno, non so se posso stabbilire il tempo de la mia venuta, perchè l'anima mi conforta , ma le forze mi vengono insufficiente .

Si compiaccia agradire V. Excellenza li sensi del moi vivo sentimento e mi creda .

Dev tmo amico 1.

Voltaire . »

1 « Madame, / Je me souviens encore des douces heures passées en votre compagnie lorsque vous arrivâtes ici, et je me réjouis de l'excellente santé dont vous jouissez . / Admirateur de vos dons et de votre savoir quand vous vîntes à moi, je garde à présent un souvenir cher de toutes ces choses, et j'éprouve un désir très vif de venir dans les doux climats de votre belle Italie . Pour mon grand malheur, je ne puis fixer le temps de ma venue, parce que si mon cœur m'y pousse, mes forces s'avèrent insuffisantes . / Plaise à Votre Excellence d'agréer l'expression de mes sentiments bien vifs et de me croire / son ami très dévoué, /Voltaire. »

13/05/2018

savoir s'il faut laisser paraître quelque écrit sur la barbare procession de Toulouse

... Rendez-vous compte, des supporters du Toulouse Football Club qui se désolidarisent de leur équipe , n'est-ce pas un acte d'une barbarie inouïe ? J'en frémis  d'horreur . Pas vous ?

Les supporters du TFC, devant le Stadium de Toulouse, vendredi.

https://www.20minutes.fr/sport/2269515-20180511-tfc-degou...

 

 

« A Philippe Debrus

derrière le Rhône .

16è mai [1763]1

Je reçois monsieur une lettre de M. Dumas sur deux objets .

Le premier est son affaire de la Martinique . J'ai pris la liberté d'implorer pour lui les bontés de M. le duc de Choiseul et j'en espère une heureuse issue .

Le second objet est de savoir s'il faut laisser paraître quelque écrit sur la barbare procession de Toulouse avant l'envoi des procédures . Non sans doute .

Si vous lui écrivez vous voilà au fait .

Mille compliments à M. de Végobre . »

1 Sur le manuscrit olographe Debrus a porté : »Re[çu] le 14 », sans doute un lapsus .

12/05/2018

Il y avait beaucoup de fautes qui n'étaient pas dans l'errata

... Ce qui, selon les professeurs, ne peut être le cas des copies inexistantes de ces étudiants à la petite semaine qui ont empêché le passage des examens partiels, sous des prétextes "altruistes" alors qu'en fait je les suppose totalement incapables de s'y présenter honorablement , plus forts en gueule qu'en savoir, plus casseurs que bâtisseurs, têtes à claques . On a pu voir , solidairement à l'oeuvre pour le désordre, des hommes de lettres  -des postiers- et des professionnels de la grève -des cheminots, des élus du peuple qui font de la retape : ô les beaux mentors !

 Image associée

... Vous avez deux heures pour m'expliquer ce slogan !

 

 

« A Gabriel Cramer

[vers mai 1763]

On envoie à monsieur Cramer la Tolérance 1 avec des corrections qui étaient absolument nécessaires . Il y avait beaucoup de fautes qui n'étaient pas dans l'errata . On enverra incessamment la préface et le 26è chapitre . »