Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2020

On peut douter, à toute force, des décisions d’un médecin, quand il assure qu’un homme est vivant ; mais quand il le dit mort, il n’y a pas moyen de douter

... Covid-19 ou pas , la Faculté a ses limites .

Le virus est en tout cas plus fort que tous les syndicats pour mettre en rade un pays ;  15 millions d'Italiens cloitrés d'un seul coup, la courbe des naissances va surement monter d'ici Noël, comme après la panne de courant du siècle au Canada, ou alors c'est à désespérer !

Résultat de recherche d'images pour "fréquence des rapports sexuels en italie"

Le meilleur bureau pour le télé - travail !

 

 

« A Charles Bordes

A Ferney, 4 Janvier 1765.1

Vous savez à présent, mon cher monsieur, que l’abbé de Condillac est ressuscité ; et ce qui fait qu’il est ressuscité, c’est qu’il n’était pas mort. On ne pouvait s’empêcher de le croire mort, puisque M. Tronchin l’assurait. On peut douter, à toute force, des décisions d’un médecin, quand il assure qu’un homme est vivant ; mais quand il le dit mort, il n’y a pas moyen de douter . Ainsi nous avons regretté l’abbé de Condillac de la meilleure foi du monde. On avait désespéré de sa vie à Parme avec beaucoup de raison, puisque M. Tronchin n’avait pu le voir dans sa maladie. Dieu merci, voilà un philosophe que la nature nous a conservé. Il est bon d’avoir un lockiste de plus dans le monde, lorsqu’il y a tant d’asinistes 2, de jansénistes, etc., etc.

Je suis bien aise que vous ayez lu l’Apocalypse d’Abauzit 3. On ne doutera plus, après cette épreuve, que le Dictionnaire philosophique ne soit de plusieurs mains. Les articles Christianisme et Messie sont faits par deux prêtres. L’arche est abandonnée par les lévites.

Vous ne me parlez plus de votre comédie ; elle aurait fait la clôture de mon théâtre, que je vais détruire. Je suis trop vieux pour être acteur, et les Genevois ne méritent guère qu’on leur donne du plaisir. Jean-Jacques, que vous avez si bien réfuté 4, met tout en combustion dans sa petite république . Il traite le Petit Conseil de Genève comme il avait traité l’Opéra de Paris. Il avait voulu persuader au parterre que nous n’avions point de musique, et il veut persuader à la ville de Genève qu’elle n’a que des lois ridicules. Je n’ai point encore lu son livre 5, que les magistrats trouvent très séditieux, et que le peuple trouve très bon. Diogène fut chassé de la ville de Sinope, mais il ne la troubla pas.

Adieu, monsieur ; s’il vous prend jamais envie de venir passer quelques jours sur les bords du lac, vous nous comblerez de joie.

Vous savez que mes yeux ne me permettent pas d’écrire de ma main.

V. »

1 La copie Beaumarchais est sérieusement endommagée : la date et une partie du second paragraphe ont dû être prises ici dans l'édition de Kehl .

2 Encore un néologisme de V*, création amusante enregistrée dans les additions au Supplément du Littré, qui donne aussi le lockiste de la ligne précédente .

3 Sur l'Apocalypse d'Abauzit, voir lettre de 1757-1758 à Jacob Vernes : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2013/03/02/y-a-t-il-rien-de-plus-net-et-de-plus-decisif.html

5 Ce que dit ici V* est contredit par sa lettre du 31 décembre 1764 à Damilaville : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2020/03/06/cela-peut-etre-adroit-mais-cela-n-est-pas-honnete-6217858.html

08/03/2020

Quand vous serez turc je chanterai Allah avec vous ; quand vous serez païen je sacrifierai avec vous aux Muses : tous les hommes sont frères

... et tous sont contagieux " dit le pape qui préfère affronter un virus informatique plutôt que le corona-virus : https://www.francetvinfo.fr/monde/vatican/pape-francois/c...

Résultat de recherche d'images pour "pape en prière corona virus humour caricature"

Voltaire, puisses-tu dire vrai !

 

« A Élie Bertrand, premier pasteur de l’Église

française, membre de plusieurs académies

à Berne

1er janvier 1765 à Ferney

Mon cher philosophe, je vous assure que je ne prends aucun intérêt au livre dont vous me parlez . Je cultive mes champs et je m'embarrasse fort peu de ce que l'on écrit et de ce qu'on fait ailleurs . Je suis assez embarrassé de mes affaires sérieuses, et je n'ai guère le temps de me mêler des petits amusements dont vous me faites part . Tout ce que je sais bien certainement, c'est que le livre en question est de plusieurs mains . Il y a plus de deux mois que le hasard a fait tomber entre les miennes quelques manuscrits de l'ouvrage .

Un de ces articles est écrit de la propre main d'un des premiers pasteurs de votre religion réformée, ou prétendue réformée . Tout cela vous regarde, et non pas moi ; je ne suis qu'un pauvre cultivateur qui vous aime tendrement, et qui ne dispute jamais . Quand vous serez turc je chanterai Allah avec vous ; quand vous serez païen je sacrifierai avec vous aux Muses : tous les hommes sont frères, et les meilleurs frères sont ceux qui cultivent les lettres . Je suis très fraternellement à vous pour ma vie .

V. »

Le malade de Ferney ne sort guère de son lit

... Corona-virus ? Il n'a aucune prise sur un immortel .

 

« A David-Louis Constant de Rebecque, seigneur d'Hermenches

[1764-1765]

Le malade de Ferney ne sort guère de son lit ; et est toujours aux ordres de monsieur d'Hermenches, quoique son extrême faiblesse le mette hors d'état de profiter des bontés de ceux qui veulent bien lui conserver quelque amitié . »

07/03/2020

voilà ce qu'il faut aux hommes . Ils ne méritent pas mieux

... A voir : https://www.20minutes.fr/societe/2733887-20200306-sexisme...

et : https://www.20minutes.fr/societe/2459587-20190308-video-s...

Il est quand même remarquable, et désolant, que tant de femmes se tirent une balle dans le pied .

 

 

« A Paul-Claude Moultou

[1764-1765]

J'aurai l'honneur, mon cher et aimable philosophe , de vous renvoyer votre Thècle 1 incessamment . Son histoire me paraît assez raisonnable et aussi authentique que tout le reste ; voilà ce qu'il faut aux hommes . Ils ne méritent pas mieux . Rabelais est infiniment au-dessus . J'ai retrouvé une partie du chapitre des Chaldéens, le voici ; il ne mérite pas trop l'attention d'un homme tel que vous . Je vous supplie de le renvoyer chez M. Souchay dès que vous l'aurez lu . Si vous pouviez me donner quelque lumière sur ces messieurs de Chaldée que je respecte beaucoup, vous me feriez grand plaisir . Il y a ce me semble deux preuves incontestables qu'ils sont plus anciens que les Égyptiens ; la première c'est que les noms des douze signes conviennent au climat de Chaldée, et point du tout au climat d’Égypte ; la seconde c'est que Vitruve dans son traité des Cadrans solaires 2 cite toujours les anciens chaldéens, et jamais les Égyptiens .

Adieu, je vous suis attaché avec la plus respectueuse tendresse . »

Je ne sais plus quel prophète de Dieu donna un grand soufflet un autre prophète de Dieu, en lui disant, l'esprit de Dieu a passé de ma main sur ta joue

...

 

« A Paul-Claude Moultou

à Genève

[1764-1765]

J'ai recours à vos bontés, mon cher philosophe, ainsi qu'à vos lumières . Je ne sais plus où j'ai lu que Babylone, en ancien chaldéen, signifiait la ville du père Baal, que Ba signifiait père, bel , le seigneur 1, et, on , la demeure . Je ne sais plus quel prophète de Dieu donna un grand soufflet un autre prophète de Dieu, en lui disant, l'esprit de Dieu a passé de ma main sur ta joue 2. Je vous recommande certains trois premiers siècles, vous rendrez service au genre humain . »

1 V* ajouta une note relative à ce sujet dans ce qui est maintenant l'Introduction à l'Essai sur les mœurs, mais qui fut originairement publié sous le titre de La Philosophie de l'Histoire, 1765 . Voir page 47 : https://books.google.fr/books?id=1tmHZGi9RYoC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

2 Allusion possible , selon un hadith coranique, à Moïse qui gifla , ou éborgna l'ange de la mort : https://www.islamreligion.com/fr/articles/3453/l-histoire-de-moise-partie-11-de-12/

06/03/2020

Cela peut être adroit, mais cela n’est pas honnête

... Telle est , en résumé, la défense du couple Fillon par Marc Joulaud : https://www.lemonde.fr/societe/article/2020/03/05/le-loya...

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

31 Décembre 1764.

Les gens de bien, et surtout mon cher frère, doivent savoir que Jean-Jacques a fait un gros libelle contre la parvulissime 1 république de Genève 2, dans l’intention de soulever le peuple contre les magistrats. Le Conseil de Genève est occupé à examiner le livre, et à voir quel parti il convient de prendre.

Dans ce libelle, J.-J. fâché qu’on ait brûlé Émile, m’accuse d’être l’auteur du Sermon des Cinquante 3. Ce procédé n’est pas assurément d’un philosophe ni d’un honnête homme. Je voudrais bien savoir ce qu’en pense M. Diderot, et s’il ne se repent pas un peu des louanges prodiguées à Jean-Jacques dans l’Encyclopédie 4. Vous remarquerez que pendant que J.-J. faisait cette belle manœuvre à Genève, il faisait imprimer le Sermon des Cinquante, et d’autres brochures, par son libraire d’Amsterdam, Marc-Michel Rey, sous le titre de Collection complète des Œuvres de M. de V. Cela peut être adroit, mais cela n’est pas honnête.

Mon cher frère avait bien raison de me dire, quand Jean-Jacques maltraita si fort les philosophes dans son roman d’Émile, que cet homme était l’opprobre du parti . Je prie mon cher frère de me mander s’il a reçu le paquet du médecin anglais. Ce médecin aurait dû faire l’opération de la transfusion à Jean-Jacques, et lui mettre d’autre sang dans les veines ; celui qu’il a est un composé de vitriol et d’arsenic. Je le crois un des plus malheureux hommes qui soient au monde, parce qu’il est un des plus méchants.

Omer travaille à un réquisitoire pour le Dictionnaire philosophique. On continue toujours à m’attribuer cet ouvrage, auquel je n’ai point de part. Je crois que mon neveu, qui est conseiller au parlement, l’empêchera de me désigner.

Voilà, mon cher frère, toutes les nouvelles que je sais. La philosophie est comme l’ancienne Église, il faut qu’elle sache souffrir pour s’affermir et pour s’étendre.

Je crois qu’on commence aujourd’hui l’édition de la Destruction. C’est un livre qui ne sera point brûlé, mais qui fera autant de bien que s’il l’avait été.

J’embrasse tendrement mon cher frère, et je me recommande à ses prières, dans les tribulations où les méchants m’ont mis. Les orages sont venus des quatre coins du monde, et ont fondu sur ma petite barque que j’ai bien de la peine à sauver. »



2 Ce livre contre la république de Genève n'est autre que les Lettres écrites de la montagne .

3 A la fin du chapitre V du livre I des Lettres […] de la montagne, Rousseau met dans la bouche de V* une tirade antireligieuse, avec une allusion expresse au Sermon des cinquante (qui est bien entendu de V* ).

4 Ces éloges se trouvent particulièrement dans le « Discours préliminaire », paragraphe. xxxiii ; voir : https://fr.wikisource.org/wiki/L%E2%80%99Encyclop%C3%A9die/1re_%C3%A9dition/Discours_pr%C3%A9liminaire

05/03/2020

La Suisse n'a jamais rien vu de pareil

... En particulier l'ONU à Genève : décès à 100 ans de son ex- secrétaire général Javier Perez de Cuellar   : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/03/05/j...

Javier Perez de Cuellar, en janvier 2007, à San Salvador.

 

 

 

« A Marie-Françoise-Catherine de Beauvau-Craon, marquise de Boufflers-Remiencourt

[vers le 30 décembre 1764] 1

Le jeune peintre, madame, que vous avez eu la bonté de m'annoncer n'a pas encore tout à fait le pinceau de Raphaël . Mais il a les grâces de l'Albane et plus d'esprit que les écoles italiennes, flamandes et françaises fondues ensemble . La Suisse n'a jamais rien vu de pareil ; et je crois qu'à Paris et à Versailles il y a peu de peintres qui riment comme lui et peu de rimeurs qui peignent aussi bien . Quand il était abbé, il ressemblait à l'abbé de Chaulieu et à présent qu'il est chevalier il est fort au-dessus du chevalier de Gramont . Il est digne de madame sa mère à qui je souhaite une santé des plus robustes .

Cet aimable peintre a vu à Lausanne une Mme la marquise de Gentil Langalerie, bru de ce M. de Langalerie 2 qui envoya … promener cet imbécile de Chamillard, ministre de la Guerre et des Finances 3, et qui aima mieux se joindre au prince Eugène pour nous battre, que d'être 4

 

Plût au ciel qu’en effet j'eusse été votre père !

Cet honneur n’appartient qu'aux habitants des cieux

Non pas tous encore . Il est des demi-dieux

Assez sots et très ennuyeux,

Indignes d'aimer et de plaire .

Le dieu des beaux esprits, le dieu qui nous éclaire,

Le dieu des beaux vers et du jour

Est celui qui fit l'amour

A madame votre mère .

Vous tenez de tous deux, ce mélange est fort beau.

Vous avez (comme ont dit les saintes Écritures)

Une personne et deux natures,

De l'Apollon et du Beauvau 5.

Je suis tendrement dévoué à [l'un] et l'autre , la Suisse est émerveillée de vous . Ferney pleure votre absence . Le bonhomme vous regrette, vous aime, vous respecte infiniment . »

1 L'édition de Kehl, ainsi que toutes les éditions, place cette lettre en 1768 ; les allusions qu'elle contient la mettent en fait tout à la fin de 1764 ; voir la lettre du 15 décembre 1764 à la marquise, ainsi qu'une lettre contemporaine de chevalier de Boufflers à sa mère, lui envoyant « un petit dessin d'un Voltaire pendant qu'il perd une partie aux échecs », vers le 30 décembre ; voir page 277 : https://books.google.fr/books?id=Fog-AAAAYAAJ&pg=PA268&lpg=PA268&dq=voltaire+boufflers+decembre+1764&source=bl&ots=ebmPnDWXWm&sig=ACfU3U1_9vHwKCuWNcXo0p_HOC0eV21qZg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwijoe3G94LoAhUOzIUKHRpYB1AQ6AEwCHoECAoQAQ#v=onepage&q=voltaire%20boufflers%20decembre%201764&f=false

3 Pour V* il n'était « ni politique, ni guerrier, ni même homme de finance » (Siècle de Louis XIV). Voir : http://www.chartes.psl.eu/fr/positions-these/michel-chamillart-ministre-secretaire-etat-guerre-louis-xiv-1654-1721

4 On est ici en bas de page du manuscrit et V* n'a pas terminé sa phrase au dos .

5 La marquise de Boufflers , née de Beauvau-Craon, est la sœur de Charles Juste de Beauvau, prince de Beauvau-Craon , et a été l'amie d’Émilie du Châtelet en même temps que sa concurrente auprès du poète Saint-Lambert .