Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/06/2017

liquider ce que vous me devez afin que l'affaire soit nette comme elle doit l'être entre vous et moi

... Telle est la requête d'Emmanuel Macron à François Bayrou, lequel, telle une étoile filante (mais en moins brillant) a grillé le peu de matière qu'il contenait en un éclair gouvernemental qui donnera simplement matière au bêtisier annuel .

http://www.lesinrocks.com/2017/06/20/actualite/cher-franc...

 

 

 

« A monsieur le baron François Guillet de Monthoux, en son château d'Annemasse, en Savoie. Recommandée à M. Mirabaud, à Genève

Aux Délices 30 juillet 1762

Monsieur,

Si vous ne pouvez pas venir vous même ni envoyer un homme de votre part je vous prie de m'envoyer un mémoire de l'avoine fournie qui sera comparé avec le mien et M. Delorme réglera la manière dont nous sommes ensemble . Ayez la bonté, monsieur, de m’adresser avec ce mémoire un plein pouvoir de M. Delorme de liquider ce que vous me devez afin que l'affaire soit nette comme elle doit l'être entre vous et moi .

J'ai l'honneur d'être, avec les plus respectueux sentiments, monsieur, votre très humble et très obéissant serviteur.

Voltaire. »

 

Si Confucius et Mencius avaient fait vos lois les fils liraient au moins les mémoires de leur père

... Et il est un pays où un fils, ambitieux,  a porté une attention toute particulière à un édit de son vieux  père : l'Arabie Saoudite

 http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2017/06/21/ar...

 Pour autant, verra-t-on dans un proche avenir une égalité de droits hommes-femmes ? J'ai comme un doute, le prince (quidam dont les ancêtres ont fort bien manié le sabre) , semble plus doué pour les affaires d'argent  que pour l'application de la charte des Droits de l'Homme .

 Résultat de recherche d'images pour "rapports père fils arabie humour"

Qui sera son Tintin ?

 

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

Aux Délices 30 juillet [1762] 1

Je vois bien mon respectable et vertueux magistrat que la Bourgogne n'est pas une province de la Chine . Si Confucius et Mencius avaient fait vos lois les fils liraient au moins les mémoires de leur père . Je veux croire que s'il n'a pas voulu voir vos raisons c'est qu'il s'en rapporte à vous et aux arbitres que vous avez choisis l'un et l'autre . Autrement il faudrait gémir sur la nature humaine . Je pleure quelquefois sur elle, et vous verrez bien par les nouveaux mémoires sur l’horrible aventure des Calas qu'il y a de quoi pleurer . Il est malheureusement plus aisé d'être roué que d'obtenir une révision du conseil . Mais que dites-vous des pénitents blancs et des deux trous de leur masque ? C'est pourtant cette mascarade qui a mis sur la roue une père de famille vertueux . J'ai vu son fils qui a partagé ses fers et je l'ai vu fondre en larmes . Les fanatiques et les parricides ne pleurent point . Si je voulais peindre l’innocence je peindrais ce jeune homme .

Les tragédies de Corneille me consolent un peu de celle de Calas . Elles sont pourtant bien remplies de bourre . Je plains surtout votre dessinateur s'il est obligé de lire les pièces sur lesquelles il travaille . C'est un cruel emploi de lire Attila, Agésilas, Pulchérie, Othon, Don Sanche d'Aragon, Andromède, La Toison d'or, Pertharite, Théodore, Tite et Bérénice . Danchet et l'abbé Pellegrin n'ont rien fait de si mauvais . Comment peut-on tomber ainsi de la nue dans la fange ? Cela doit faire trembler quiconque a sa petite portion d'une étincelle de génie .

Il est plus sûr de s'en tenir à cultiver son champ ; mais quand j'ai serré mon blé je sens qu'il faut encore autre chose . Les plaisirs de la campagne ne suffisent pas à l’esprit humain . Vous manquez bien davantage à mon cœur . Je demanderai à Corneille la permission de venir vous faire ma cour pendant les vendanges .

V. »

1Le manuscrit olographe est passé à la vente Sotheby le 11 juin 1968 ; l'édition Moulin donne la lettre imprimée en deux parties .

 

20/06/2017

il faut qu'un protestant parle en protestant, mais qu'il ne révolte pas les catholiques

... La question reste : à partir de quel point une religion, quelle qu'elle soit, en révolte-t-elle une autre (ou toutes les autres) ? Et est-ce alors un motif suffisant pour que ladite religion (ses fidèles, plus précisément) taise ses dogmes ? Pour autant que je sache, la liberté de parole est respectable, sinon respectée, par tous , et la religion une affaire personnelle qui ne doit pas imposer ses vues à qui que ce soit . 

Actuellement, les "protestants" politiques parlent comme Souchon : "tar' ta gueule à la récré " , et n'entament pas , -heureusement,- la volonté de bien faire de la majorité . M. Mélenchon et Mme Le Pen vos rancoeurs personnelles et vos discours amphigouriques me lassent, qu'êtes-vous capable de construire vous qui êtes pour tout ce qui est contre  ?

 Résultat de recherche d'images pour "un protestant parle en protestant humour"

Dur , dur de joindre les actes aux paroles !

 

 

« A Théodore Tronchin Professeur

à Genève

[vers le 29 juillet 1762] 1

On voit bien que notre Esculape est le fils ainé d'Apollon . Toutes ses réflexions me paraissent très justes .

Je suppose qu'il a lu le savant exposé de Révérend Donat Calas, théologien très profond, tel qu'il était d'abord ; je l'ai extrêmement adouci, je fais parler Donat en homme qui répète avec timidité ce que ses maîtres lui ont appris, et qui ne demande qu'à être mieux instruit . Ce tour me paraît très naturel, il faut qu'un protestant parle en protestant, mais qu'il ne révolte pas les catholiques .
Il me paraît que loin d'animer les dévots contre lui, il les invite à le convertir : d'ailleurs, ce n'est point le principal acteur de la pièce qui parle . Donat Calas, qui n'était pas de cette horrible tragédie, remplit seulement le devoir d'un fils .

Ensuite vient Pierre, principal personnage qui apporte en effet le procès ; il met sous les yeux, tout ce qu'il a fait, tout ce qu'il a vu, et tout ce qui est consigné au greffe, il montre la vérité dans tout son jour .

Tout cela ayant été fait très à la hâte, parce que le temps pressait, le 13è mars a été pris pour le 13è octobre et a été corrigé à la marge .

J'avoue, mon cher maître, qu'un homme qui se plaint d'avoir été étranglé est une ironie mais le fait est tel, un témoin a déposé cette absurdité et je ne sais s'il est mal de mêler cette seule ironie aux vérités touchantes et terribles qui sont dans le mémoire ; cependant, s'il est encore temps, et si vous le jugez à propos, nous corrigerons cet endroit et tous ceux que vous indiquerez . Je verrai si tout est imprimé, et ce qu'on peut faire . Je tâcherai d'aller chez vous avant ou après dîner, quand j'aurai fait mon corps .

J'ai encore un mot à dire touchant l'archevêque de Paris . Je crois que Mme la marquise de Pompadour se mêlera plus que lui de cette affaire, et, entre nous, je ne sais s'il est mal d'exposer en une seule page tout ce qui peut rendre la religion des Calas excusable aux yeux des jansénistes, qui dans le fond pensent assez comme Claude, évêque de Turin 2. Il me paraît que tous les parlements de France, excepté celui de Toulouse, marchent à grands pas vers un protestantisme mitigé . Je soumets le tout à vos lumières et à votre humanité, et vous embrasse tendrement . »

 

1 L'édition Cayrol date cette lettre de fin 1762 ou début 1763 . La lettre a été écrite dès que V* reçut la réponse à sa lettre du 28 juillet 1762 ( http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2010/07/29/il-y-a-des-gens-capables-de-dire-qu-importe-qu-on-ait-roue-o.html ), d'où la date proposée .

2 Claude de Seyssel, archevêque de Turin, auteur de l'ouvrage Adversus errores et sectam Valdensium disputationes, 1520, encouragea le duc de Savoie à attaquer Genève . Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Claude_de_Seyssel

et : http://data.bnf.fr/12214243/claude_de_seyssel/

 

 

19/06/2017

Tout le monde est très bien disposé .

... Du côté de la majorité parlementaire .

Quant à tous ceux de la nouvelle minorité, toutes couleurs confondues, vexés comme des poux, il n'ont pas changé de discours : vengeurs, agressifs, démolisseurs . Vous qui  voulez des idées nouvelles, passez votre chemin, les radoteurs continuent leur travail de sape .

 Image associée

La majorité, comme moi, ne manque pas de bras . Au boulot !

 

 

« A Philippe Debrus

à Genève

Nous ne pouvons d'ici que recommander, prier, presser .

C'est à M. d'Argental et à mon neveu, qui protègent la Calas et qui sont sur les lieux, à voir ce qui convient .

Je donne de loin des ouvertures . Je soulève tous les esprits en faveur des Calas . Tout le monde est très bien disposé .

Mme Calas peut être tranquille .

M. Beaumont et un autre avocat travaillent à force . Je me charge de les remercier .

M. Crommelin peut et doit aider, seulement par voie de recommandation en parlant avec zèle .

J'espère que nous réussirons .

29 juillet [1762] »

 

18/06/2017

On n'a besoin de personne . Il ne s'agira que de faire valoir la loi

... J'ose espérer que ce n'est pas purement l'état d'esprit de la future majorité parlementaire, faire valoir la loi, soit, se passer d'avis contraires non .

 Résultat de recherche d'images pour "on n'a besoin de personne humour"

 Dira le parlement au gouvernement . Peut-être ?

 

 

« A Philippe Debrus

29 juillet 1762

Je remercie Dieu qui a rendu la santé au généreux monsieur Debrus .

Je prie encore une fois Mme Calas de rester tranquille . Mme de Pompadour, toute sa cour sera pour elle . Elle sera bien servie , qu'elle voie seulement ses amis , et surtout M. Héron, premier commis du conseil, et M. Tronchin 1; qu'elle ne craigne point les prêtres de Toulouse . On, n'a que faire à présent de sa servante, on sait assez que cette servante a déposé en faveur de son maître 2. On n'a besoin de personne . Il ne s'agira que de faire valoir la loi qui ordonne que le témoignage des témoins nécessaires soit reçu en faveur des accusés, quoique ces témoins aient été accusés eux-mêmes .

Il ne tiendra donc qu'à impliquer, dans une accusation, tous les témoins favorables, pour perdre un innocent ! Cela est affreux et absurde .

C'est aux avocats à faire triompher ces raisons, et c'est à Mme Calas qui a tout le public pour elle, j'ose dire toute l'Europe, à conserver son repos et sa fermeté . »

2 Cette déposition ne semble pas avoir été publiée, mais plus tard parut une Déclaration de Jeanne Viguière, 1767 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1040704b/f1.image

 

 

Nous ne pouvons d’ici conduire des gens qui sont à Paris . Contentons-nous de procurer à cette infortunée toutes les protections possibles

... et votons !

 Image associée

 

 

« A Philippe Debrus [à monsieur Bruce]

[vers le 26 juillet 1762] 1

Mon neveu, conseiller au grand conseil 2, me mande qu'on pourrait bien renvoyer l'affaire de Calas à ce tribunal. En ce cas nous aurons sûrement justice .

Mais ce renvoi est fort douteux et on ne doit en parler ni en écrire à personne à Paris .

Mon neveu a vu cette malheureuse veuve . Il fera tout pour elle, mais comme il peut être son juge, gardons le secret . Il a confiance en Beaumont , qui lui a dressé une lettre pour monsieur le chancelier, que la pauvre Calas a signée .

Laissons-les faire, Beaumont est actif, Mariette ne l'est point . Nous ne pouvons d’ici conduire des gens qui sont à Paris . Contentons-nous de procurer à cette infortunée toutes les protections possibles .

Le premier président du grand conseil a pleuré en lisant la lettre de Donat Calas, mais il faut qu'on le sache .

V. »

1 L'édition Lettres inédites place cette lettre entre le 16 et le 25 août 1762, ce qui est trop tard .

 

17/06/2017

Que votre bon cœur, mon cher frère, rende ce service à la famille la plus infortunée ! Voilà la véritable philosophie

... Voici une réponse , remarquable parmi d'autres, à cette question que se posent une foule de candidats bacheliers (enfin, je veux dire ceux qui sont encore curieux ) : qu'est-ce que la philo , à quoi peut-elle bien servir ?

Si vous voulez demythifier ce qui ne vous semble être qu'une  matière superflue pour la suite de vos études et votre glorieuse carrière , lisez Voltaire et Ecrasez l'infâme ! 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

26 juillet [1762] 1

Je suis actuellement si occupé de l’affaire épouvantable des Calas, que je suis bien loin de penser à Mathurin et à Colette 2 . Ce sera pour une autre fois .

Les comédiens de Saint-Sulpice, et le chef de troupe 3 qui a défendu la pièce aux cordeliers, ont-ils prétendu envelopper le sieur Crébillon dans l’anathème ? En ce cas, voilà tous les auteurs dramatiques obligés en conscience de se déclarer contre leurs ennemis. Mais l’horreur de Toulouse m’occupe plus que l’impertinence sulpicienne. Je vous demande en grâce de faire imprimer les pièces originales 4. M. Diderot peut aisément engager quelque libraire à faire cette bonne œuvre. Il nous paraît que ces pièces nous ont déjà attiré quelques partisans. Que votre bon cœur, mon cher frère, rende ce service à la famille la plus infortunée ! Voilà la véritable philosophie, et non pas celle de Jean-Jacques. Ce pauvre chien de Diogène n’a pu trouver de loge dans le pays de Berne . Il s’est retiré dans celui de Neuchâtel : c’était bien la peine d’aboyer contre les philosophes et contre les spectacles.

Palissot m’a envoyé une étrange pièce, avec sa préface et ses notes plus étranges. Cette pièce est imprimée aussi mal qu’elle le mérite. J’espère que l’Éloge de Crébillon le sera mieux 5.

J’ai reçu le troisième tome, que vous avez eu la bonté de m’envoyer, des remarques du petit Racine 6 sur le grand Racine, et je me suis aperçu que c’est un ouvrage différent de celui que j’ai. Je vois qu’il y a trois tomes de ce dernier ouvrage, et que le troisième est intitulé, Traité de la poésie dramatique ancienne et moderne. Il me manque les deux premiers. Voulez-vous avoir la bonté de me les faire tenir ? Ils pourront m’être utiles pour les commentaires de Corneille.

Je vous prierai , mon cher frère, de m’adresser les livres nouveaux que vous jugerez en valoir la peine, et de permettre que je vous en rembourse le prix, sans quoi je serais réduit à [ne] vous rien demander 7.

Frère Thieriot vous embrasse. Je finis toutes mes lettres par dire : Écrasez l’infâme, comme Scipion Nasica 8 disait toujours : tel est mon avis, et qu’on ruine Carthage. »

1 L'édition de Kehl falsifie le texte en remplaçant la phrase du début : Ce sera pour une autre fois par Je m’intéresse plus à cette tragédie qu’à toutes les comédies du monde.

2 Personnages du Droit du Seigneur .

3 Christophe de Beaumont qui avait défendu aux cordeliers de faire un service pour Crébillon ; l'assimilation de l'archevêque avec un chef de comédiens fait encore songer au Pot pourri .

4 L'édition à Paris des Pièces originales ne semble pas avoir paru avant le mois d'août ; voir lettre du 25 août 1762 à Debrus : voir page 12 : http://blog.voltaire-a-ferney.org/wp-content/uploads/2013/11/VAF_1762_2012_Web.pdf

et : https://archive.org/stream/voltaireetcalas00alligoog/voltaireetcalas00alligoog_djvu.txt

6 Louis Racine, dans les Œuvres de Racine, 1750 .

7 Ce paragraphe biffé sur la copie Beaumarchais-Kehl manque dans les éditions ; voir : http://www.monsieurdevoltaire.com/article-correspondance-annee-1762-partie-21-123088947.html

8 Cornelius Scipio Nasica, adversaire de Caton . Toutes les éditions donnent Caton pour Scipion Nasica .