Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/11/2019

votre substitut ne s’applique au cul que des sangsues et se fait charpenter les testicules

... Sacré constat !

Vision d'enfer !

Est-ce pris en charge par la Sécu ou est-ce mis dans le même tonneau que l'homéopathie ?

https://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-les-sangsues-au-service-de-la-medecine_117.html

A votre santé !

 

 

« A Louis-François-Armand du Plessis, duc de Richelieu

A Ferney 21è septembre 1764

Mon héros ne m’a point appris dans quel temps madame la comtesse d’Egmont irait dans ses terres papales. Je me mets aux pieds du père et de la fille ; mais je voudrais savoir si c’est cet automne qu’ils iront du côté des Alpes. Les fêtes que mon héros a données dans son royaume d’Aquitaine ont retenti jusque dans nos déserts. Il soutient toujours l’honneur de la France, en paix comme en guerre. Assurément on lui a bien de l’obligation ; mais on ne l’imite guère en aucun genre.

Je ne sais s’il accompagne Mme d’Egmont en Italie, et s’il veut avoir le plaisir de voir la ville souterraine. Nous voudrions bien lui donner quelque pièce nouvelle sur le théâtre des marionnettes de Ferney. C’est tout ce que nous pouvons lui offrir sur son passage, à moins que nous n’ayons quelque parente de Mme Ménage 1 à lui présenter . Nos Genevoises ne sont pas dignes de lui. La jolie vie que vous menez, Monseigneur le gouverneur de Guyenne ! tandis que votre substitut 2 ne s’applique au cul que des sangsues et se fait charpenter les testicules . Ma misérable santé m’empêche de l’aller voir. Je ne sors point de Ferney, et je n’en sortirai que pour vous. J’ai renoncé à la vie ambulante et bruyante . Car si vous êtes jeune, je suis vieux, et je ménage le peu de temps qui me reste.

M. le duc de Rendan est venu à Genève avec M. le duc de La Trémoille 3 et quarante officiers. Il y avait là de quoi prendre la ville. Cependant on ne leur a pas fait les plus légers honneurs. La garnison se met sous les armes, et ne s’y est pas mise pour des commandants de province. Cela est assez ridicule. On ne s’empresse pas aujourd’hui à fêter notre nation . Il n’y a que vous qu’on distingue.

Je vous crois à présent à Paris. On dit que le tripot de la comédie va comme les autres tripots, misérablement, mais vous brillez par l’opéra-comique ; et cela soutient la gloire d’un pays.

Si vous venez dans notre tripot, madame Denis vous donnera une ombre-chevalier 4 et la comédie . Mais donnez vos ordres à l’avance. Je suis bien indigne de paraître devant vous et devant Mme d’Egmont . Je ne fais que radoter . Pardonnez à ma misère. »

2 Le duc de Lorges .

3 Jean Bretagne Charles Godefroy, duc de la Trémoille, dont l'arrivée est signalée sur les registres du conseil en même temps que celle du duc de Rendan ; voir lettre du 3 août 1764 à Mme Pajot de Vaux : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2019/09/27/il-nous-vient-un-monde-prodigieux-mais-il-n-y-a-point-de-fetes-agreables-sa.html Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean-Bretagne-Charles_de_La_Tr%C3%A9moille

4 V* , comme beaucoup de gens dit ombre chevalier au lieu de omble chevalier .

08/11/2019

Je suis indigné qu’un homme qui avait le sens commun ait passé les cinq dernières heures de sa vie avec un prêtre . Deux minutes suffisaient

... Exactement .

 

« A Marie de Vichy de Chamrond, marquise Du Deffand

21 septembre [1764] 1

Eh bien ! Oui, madame, il serait tout aussi bon, pour le moins, de n’être pas né. L’Évangile 2 ne l’a dit que de Judas, mais l’Ecclésiaste 3 l’a dit de tous les hommes . Et si Salomon a fait l’Ecclésiaste, vous êtes de l’avis du plus sage et du plus voluptueux de tous les rois. Remarquez seulement que Salomon ne parlait ainsi que quand il digérait mal. L’abbé de Chaulieu, qui valait bien Salomon, a dit :

Bonne ou mauvaise santé

Fait notre philosophie.4

Je suis donc volontiers de votre avis quand je souffre, et nous n’aurons plus de querelle sur cet article. Je croirai avec vous qu’il eût beaucoup mieux valu au prince Ivan de n’être pas né, que d’être empereur au berceau pour vivre vingt-quatre ans dans un cachot, et pour y mourir de huit coups de poignard.

Je serais homme à souhaiter de n’être pas né, si on m’accusait d’avoir fait le Dictionnaire philos[ophique] ; car, quoique cet ouvrage me paraisse aussi vrai que hardi, quoiqu’il respire la morale la plus pure, les hommes sont si sots, si méchants, les dévots sont si fanatiques, que je serais sûrement persécuté. Cet ouvrage, que je crois très utile, ne sera jamais de moi . Je n’en ai envoyé à personne ; j’ai même de la peine à en faire venir quelques exemplaires pour moi-même. Dès que j’en aurai, je vous en ferai parvenir . Mais par quelle voie ? je n’en sais rien. Tous les gros paquets sont saisis à la poste. Les ministres n’aiment pas qu’on envoie sous leur nom des choses dont on peut leur faire des reproches . Il faut attendre l’occasion de quelque voyageur 5.

Je suis indigné qu’un homme qui avait le sens commun ait passé les cinq dernières heures de sa vie avec un prêtre . Deux minutes suffisaient. S’il faut payer chez vous ce tribut à l’usage, on doit acquitter cette dette le plus vite qu’il est possible. Je vous prie de dire à M. le président Hénault combien je regrette son ami. Mais si nous avions eu le malheur de perdre M. Hénault, aurait-il fallu écrire à M. d’Argenson ?6 Je n’ai point écrit à son fils, parce que son fils ne m’écrirait pas sur la mort de son père. Savez-vous, madame, qu’il m’en coûte infiniment d’écrire ? Je vois à peine mon papier, et je suis très malade. Je vous écris parce que vous vous croyez très malheureuse, et que vous avez une âme forte à qui je dis quelquefois des vérités fortes, parce que vous m’avez dit quelquefois que mes lettres vous consolaient un moment ; parce que j’aime à vous parler des malheurs de la vie humaine, des préjugés qui l’empoisonnent, et des horreurs ridicules dont on accompagne la mort. Soyons philosophes au moins dans nos derniers jours ; ne les employons pas à nous sacrifier aux vanités du monde, à suivre des fantômes, à nous éviter nous-mêmes, à nous prodiguer au dehors, à nous repaître de vent. Vivez, philosophez avec vos amis ; qu’ils trompent le temps avec vous ; qu’ils égaient avec vous le chagrin secret de la vieillesse ; qu’ils vivent pour eux et pour vous.

Adieu, madame ; je vous aime de loin, et je vous aimerais encore plus de près. »

1 V* répond à une lettre du 10 septembre 1764, déjà citée à propos de la mort d'Argenson : lettre du 31 août 1764 : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2019/10/23/la-premiere-lecon-que-je-crois-qu-il-faut-donner-aux-hommes-c-est-de-leur-i.html

2 Évangile selon Marc , XIV, 21 : https://www.aelf.org/bible/Mc/14

4 On a déjà vu dans la lettre du 12 avril 1756 à Thieriot : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2012/06/21/quoique-j-y-aie-dit-tout-ce-que-je-pense-je-me-flatte-pourta.html

que ces vers sont de Chaulieu, et terminent la pièce intitulée Sur la première attaque de goutte que j'eus en 1695 . En supprimant l'article (La) en tête du vers de Chaulieu, V* passe du vers mêlé à une suite d'heptasyllabes .

5 Mme Du Deffand se serait plainte de n'en pas recevoir : « Je suis très fâchée contre vous, tout le monde me vient dire des traits et des articles d'un ouvrage qui fait grand bruit, et je n'apprends tout cela que par le public […] ; ne prenez pas la peine de vous excuser par de mauvaises raisons, elles augmenteraient mon mécontentement. »

6 « N'écrivez-vous donc point au président ? M. d'Argenson lui a laissé un manuscrit des lettres de Henri IV . Il a reçu des compliments de tout le monde . »

07/11/2019

il veut que son drame soit aussi intéressant que politique. Ces deux avantages se trouvent rarement ensemble

... Serait-ce la raison de la disparition de L'Echo ? https://france3-regions.francetvinfo.fr/nouvelle-aquitain...

Je ne l'ai jamais acheté ni lu, de ce fait, pas d'émotion chez moi . Seul m'attriste un peu le chomage qui attend le personnel . Que faire ?

Un cercueil symbolique déposé sur le parvis de la Cité Judiciaire de Limoges en soutien au journal L'Echo et à ses salariés. / © Delphine Roux

 

 

« A Bernard-louis Chauvelin

Ferney 21 septembre 1764

J’ai été si occupé de mon petit ex-jésuite, et ensuite si malingre, que je n’ai pas remercié Votre Excellence de l’extrême bonté qu’elle a eue de daigner s’intéresser pour un gentilhomme savoyard. Ce Savoyard, nommé M. de La Balme 1, fera tout ce qui lui plaira ; il suivra, s’il veut, les bons conseils de Votre Excellence. Je vous présente mes très humbles remerciements et les siens, et reviens à mon défroqué. Il veut absolument justifier la bonne opinion que vous avez eue de son entreprise ; il veut que son drame soit aussi intéressant que politique. Ces deux avantages se trouvent rarement ensemble, témoin les douze ou treize dernières pièces du grand Corneille, qui raisonne, qui disserte, et qui est bien loin de toucher. Notre petit drôle ajoute encore qu’il faut que le style soit de la plus grande pureté, sans rien perdre de la force qui doit l’animer ce qui est extrêmement difficile ; que toute tragédie doit être remplie d’action, mais que cette action doit toujours produire dans l’âme de grands mouvements, et servir à développer des sentiments qui aient toute leur étendue ; car c’est le sentiment qui doit régner, et sans lui une pièce n’est qu’une aventure froide, récitée en dialogues. Enfin il veut vous plaire, et il vous enverra sa pièce, que vous ne reconnaîtrez pas.

Malheureusement il n’y a point de rôle ni pour mademoiselle Clairon de Paris ni pour celle de Turin . Je me mets aux pieds de madame Chauvelin-Clairon, dont il faut adorer les talents et les grâces. Que l’une et l’autre Excellence conservent leurs bontés au vieux laboureur de Ferney, qui a quitté le cothurne pour le semoir, et qui fait des infidélités à Melpomène en faveur de Cérès, mais qui ne vous en fera jamais. »

06/11/2019

Je n'ai point voulu vous remercier, madame, sans avoir joui de vos bienfaits

... Honni soit qui mal y pense !

Résultat de recherche d'images pour "joui de vos bienfaits"

 

 

 

« A Marie-Anne Fiquet du Boccage

Ferney 19è septembre 1764

Je n'ai point voulu vous remercier, madame, sans avoir joui de vos bienfaits . C’est en connaissance de cause que je vous réitère les sentiments d'estime et de reconnaissance que je vous avais voués dès longtemps . J'ai lu la très jolie édition 1, dont vous avez voulu me gratifier . Je ne connaissais point vos agréables lettres sur l'Italie ; elles ont supérieures à celles de Mme de Montaigu 2. Je connais Constantinople par elle, et Rome par vous ; et grâce à votre style , je donne la préférence à Rome . Je ne m'attendais pas, madame, de voir mon petit ermitage auprès de Genève, célébré par la main brillante qui a si bien peint les vignes des cardinaux 3. Les grands peintres savent également exercer leur talents sur les palais et sur les chaumières .

Soyez bien sure, madame, que je suis aussi reconnaissant qu'étonné de l’extrême bonté avec laquelle vous avez bien voulu parler de moi . Je ne nie pas que je ne sois infiniment flatté de voir mon nom dans vos lettres, qui passeront à la postérité ; mais mon cœur, j'ose le dire, est encore plus sensiblement touché de recevoir ces marques d'amitié de la première personne de son sexe et de son siècle . J'ose dire, madame, que personne n'a plus senti votre mérite que moi ; mais je ne me bornerai pas à vous admirer, j'aimais votre caractère autant que votre esprit, l'éloignement des lieux n'a point diminué ces sentiments . Mme Denis les partage, elle est pénétrée comme moi de ce que vous valez ; recevez les hommage de l'oncle et de la nièce, vous êtes au-dessus des éloges, vous devez en être fatiguée ; on est bien plus sûr de vous plaire quand on vous dit qu'on vous est très tendrement attaché, et c'est bien certainement ce que je suis, avec le plus sincère respect .

V. »

2 Sur les lettres de Mme Marie Wortley Montagu, voir lettre du 21 septembre 1763 à d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2018/09/17/il-cherit-ses-sujets-comme-il-est-aime-d-eux-c-est-un-pere-e-6085187.html

05/11/2019

Il est bien cruel qu'on me nomme ; c'est m'ôter désormais la liberté de rendre service

... Tel n'est pas l'avis de ceux qui sont primés ces jours-ci dans le monde littéraire ! Qui d'entre eux/elles se soucie de rendre service ? Aucun(e) me direz-vous, à juste titre .

Jean-Paul Dubois, prix Goncourt, et Sylvain Tesson, prix Renaudot, que l'on va voir, assurément, fréquemment sur le petit écran auront peut-être une réponse à ce sujet philosophique . Premières déclarations : https://www.youtube.com/watch?v=iH6gtiP4OtM

Les lirez-vous ? Personnellement , j'ai une préférence pour Sylvain Tesson , qui n'est pas qu'un auteur .

 

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

19è septembre 1764 1Mon cher frère, je reçois votre lettre du 13 par laquelle vous me demandez un Dictionnaire philosophique . Ce dictionnaire effarouche cruellement les dévots . Je ne veux jamais qu'il soit de moi ; j'en écris sur ce ton à M. Marin qui m'en avait parlé dans sa dernière lettre ; et je me flatte que les véritables frères me seconderont . On doit regarder cet ouvrage comme un recueil de plusieurs auteurs, fait par un éditeur de Hollande . Il est bien cruel qu'on me nomme ; c'est m'ôter désormais la liberté de rendre service . Les philosophes doivent rendre la vérité publique, et cacher leur personne . Je crains, surtout, que quelque libraire affamé n'imprime l’ouvrage sous mon nom . Il faut espérer que M. Marin empêchera ce brigandage .

Vous avez sans doute reçu le paquet que je vous envoyai il y a quelques jours pour M. Blin de Sainmore, il se dévoue courageusement à la défense de la vérité au sujet des Commentaires .

Bonsoir, mon cher philosophe ; il y a bien des gens qui détestent l'infâme comme nous, mais il y a bien peu de vrais frères . Écr l'inf .

Voudriez-vous bien faire passer cette lettre à frère Protagoras ?2 »

1 L'édition de Kehl, suite à la copie Beaumarchais amalgame à la date du 19 septembre 1764 la présente lettre à celle du 24 septembre 1764, l'une et l'autre mutilées et abrégées : http://www.monsieurdevoltaire.com/2014/08/correspondance-annee-1764-partie-29.html

04/11/2019

dès qu’il y aura le moindre danger, je vous demande en grâce de m’avertir, afin que je désavoue l’ouvrage dans tous les papiers publics avec ma candeur et mon innocence ordinaires

...

 

« A Jean Le Rond d'Alembert

On dit, mon cher philosophe, que vous perfectionnez les lunettes 1. Ceux qui ont de mauvais yeux vous béniront ; mais moi, qui perds la vue dès qu’il fait froid et qu’il y a un peu de neige sur la terre, je ne profiterai pas de votre belle invention. Après avoir rendu hommage à votre physique, il faut que je vous parle morale. Il y en a tant dans ce diabolique dictionnaire, que je tremble que l’ouvrage et l’auteur ne soient brûlés par les ennemis de la morale et de la littérature 2. Ce recueil est de plusieurs mains, comme vous vous en serez aisément aperçu. Je ne sais par quelle fureur on s’obstine à m’en croire l’auteur. Le plus grand service que vous puissiez me rendre est de bien assurer, sur votre part du paradis, que je n’ai nulle part à cette œuvre d’enfer, qui d’ailleurs est très mal imprimée, et pleine de fautes ridicules. Il y a trois ou quatre personnes qui crient que j’ai soutenu la bonne cause, que je combats dans l’arène, jusqu’à la mort contre les bêtes féroces. Ces bonnes âmes me bénissent et me perdent. C’est trahir ses frères que de les louer en pareille occasion ; il faut agir en conjurés et non pas en zélés. On ne sert assurément ni la vérité ni moi, en m’attribuant cet ouvrage. Si jamais vous rencontrez quelque pédants à grand rabat ou à petit rabat, dites-leur bien, je vous en prie, que jamais ils n’auront ce plaisir de me condamner en mon propre et privé nom, et que je renie tout dictionnaire, jusqu’à celui de la Bible par dom Calmet 3. Je crois qu’il y a, dans Paris, très peu d’exemplaires de cette abomination alphabétique, et qu’ils ne sont pas dans des mains dangereuses ; mais, dès qu’il y aura le moindre danger, je vous demande en grâce de m’avertir, afin que je désavoue l’ouvrage dans tous les papiers publics avec ma candeur et mon innocence ordinaires.

Il se répand des bruits fâcheux sur l’impératrice de toutes les Russies. On prétend qu’à son retour elle a trouvé un violent parti contre elle, et que le sang du prince Ivan  ou Jean a crié vengeance. Je ne garantis rien, pas même la mort de ce prince qui est trop avérée. Portez-vous bien, digérez, et aimez un peu qui vous aime beaucoup.

V.

Ce 19 [septembre 1764] »

1 Tout le troisième volume des Opuscules mathématiques, de d'Alembert, est consacré à des Essais sur les moyens de perfectionner les verres optiques . Voir : http://sites.mathdoc.fr/cgi-bin/oetoc?id=OE_DALEMBERT__3

2 Cet ouvrage « diabolique » sera effectivement brûlé . Quant à l'auteur il ne risque rien comme on le verra .

Deux jours avant, Bonnet écrit à Haller : « J'ai parcouru de l’œil ce Dictionnaire philosophique, le plus détestable de tous les livres du pestilentiel auteur . Il n'a lu l’Écriture que pour la mêler à son arsenic . Il s'efforce de la déguiser ou de la détruire ; il redouble ses efforts, à mesure qu'il vieillit ; c'est quelle est pour sa conscience ce que l'arsenic est pour les intestins . » Voir : https://books.google.fr/books?id=m9gnDwAAQBAJ&pg=PT329&lpg=PT329&dq=Bonnet%C2%A0:+%C2%AB%C2%A0J%27ai+parcouru+de+l%E2%80%99%C5%93il+ce+Dictionnaire+philosophique,+le+plus+d%C3%A9testable+de+tous+les+livres+du+pestilentiel+auteur&source=bl&ots=hXtiVYeudx&sig=ACfU3U1uj9o8OBB2EW6hdWNSB4jkOSCjbg&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjeq-P_4M7lAhWF5-AKHY1VAxEQ6AEwAXoECAkQAQ#v=onepage&q=Bonnet%C2%A0%3A%20%C2%AB%C2%A0J'ai%20parcouru%20de%20l%E2%80%99%C5%93il%20ce%20Dictionnaire%20philosophique%2C%20le%20plus%20d%C3%A9testable%20de%20tous%20les%20livres%20du%20pestilentiel%20auteur&f=false

3C'est chez Don Calmet que V* a trouvé l'essentiel de sa documentation biblique, qu'il retourne contre le pieux auteur du Dictionnaire, et de la Géographie de la Bible . Sur les œuvres de Don Calmet, qui avait accueilli V* à Senones, voir : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8626560z/f498.image

03/11/2019

Vous la guérirez j'en réponds

... C'est ce que j'aurais aimé voir se réaliser pour Marie Laforêt, chanteuse inoubliable, tant elle savait toucher au coeur, une élégance rare, une beauté d'âme et de corps sans égal . Qu'il est bon de l'écouter encore : https://www.youtube.com/watch?v=QSJuEJ1SS4U et encore , et encore ...

Qu'il est bon de comprendre les paroles des chansons !

Résultat de recherche d'images pour "marie laforet"

Merci Madame

 

 

« A Théodore Tronchin

[septembre 1764]

Voici mon cher Esculape le volume dont vous voulez sans doute amuser Son Excellence . Je vous demande en grâce de vouloir bien me le renvoyer au plus tôt . J'ai cherché la lettre de ce j j 1, ou j f . Si je la trouve vous l'aurez sur-le-champ . Je vous demande en grâce de ne pas laisser ignorer à votre ambassadeur malade 2 le vif intérêt que je prends à sa santé . Vous la guérirez j'en réponds . Il n'a que trente-quatre ans, et j'en ai soixante et onze . »

1 Bien évidemment Jean-Jacques, Jean-foutre .

2 Tiepolo, ambassadeur de Venise ; voir lettre du 6 août 1764 à la comtesse d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2019/10/01/mais-qui-promet-de-se-corriger-ne-tient-jamais-sa-parole-en-aucun-genre.html

ce qui permet de situer la date de la lettre .