Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13/09/2017

J'ai bien des choses à dire

... Mais je n'en dirai pas plus .

Soit .

Cependant je me dois de remercier les divers syndicats et partis politiques qui faute d'avoir la majorité font la roue et se pavanent dans les rues en semant la zizanie (toujours bienvenue quand on veut diviser pour régner) et offrant toutes les bonnes conditions d'expression de voyous casseurs . Merci encore à Martinez et Mélenchon, ô vraiment  hommes de progrès ! rétrogrades patentés , salut .

Je n'en dirai pas plus .

Quoique ...

 Image associée

Belle équipe de bras cassés / casseurs .

 

 

« A Gabriel Cramer

Mercredi au soir [octobre 1762 ?]

J'ai bien des choses à dire à monsieur Caro ; et bien des compliments à lui faire ainsi qu'à madame Cara, sur la manière charmante dont ils ont joué leur rôle, et dont j'aurais voulu être témoin .

S'ils veulent avoir la bonté de dîner demain à Ferney nous parlerons d'affaires, car il faut absolument que nous parlions sur des choses qui intéressent monsieur Caro . »

Les malades ne perdent pas toujours leur temps

...Résultat de recherche d'images pour "120 battements par minute"

Si vous en doutez, allez voir ce film , la maladie et le courage sont compatibles .

 

 

« A Gabriel Cramer

[octobre 1762 ?]

Et Corneille, et questions du mont Krapac 1, tout sera prêt à la minute . Les malades ne perdent pas toujours leur temps . Mille compliments de Ferney à Tournay . »

12/09/2017

Hermaphrodix , nom connu des savants, et qui ne fait pas peur aux belles dames

... Ceci demande confirmation !

 Image associée

 

 

« A Gabriel Cramer

à Genève

[octobre 1762 ]1

Je reçois les très beaux volumes de l'édition de Pierre . Il y manque l'avertissement de l'éditeur sur cette nouvelle édition, lequel avertissement est annoncé dans la table des matières .

Je vais revoir l'Héraclius et la Rodogune où je crois que les cartons doivent se mettre .

Conculix a cédé la place à Hermaphrodix 2, nom connu des savants, et qui ne fait pas peur aux belles dames . Il y a un chant nouveau qu'on rajuste avec les autres .

On verra aussi plusieurs additions dans la plupart des chants . On a aussi augmenté les notes . Cela formera un tout assez curieux .

Je crois qu'il faudra que monsieur Cramer se presse de l'imprimer, car on m'a dit qu'on faisait actuellement deux éditions de Jeanne, l'une à Amsterdam, et l'autre à Bouillon .

Je prie monsieur Cramer de vouloir bien m'envoyer cet avertissement de l'édition de Pierre . C'était surtout ce que je voulais voir .

J'attends que monsieur Cramer revienne habiter Tournay . J'ai grand besoin de conférer avec lui . »

1 La date paraît tardive pour les volumes de Pierre, même s'il fallait en soigner particulièrement la reliure, mais l'adresse et la référence à Tournay montrent que V* était de retour à Ferney .

2 Voir lettre du 17 avril 1762 à d'Argental : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/03/18/2-5922869.html

J'écrirai jusqu'à ce que je sois mort

...Je m'y suis engagé et , encore plus important, je l'ai promis à Mam'zelle Wagnière qui est mon modèle de persévérance, à l'égal de Voltaire .

Résultat de recherche d'images pour "J'écrirai  jusqu'à ce que je sois mort"

Soyez heureux, grâce au PC vous échappez à ma terrible écriture de chat .

 

 

« A Etienne-Noël Damilaville

15 octobre [1762]

Je vous ai déjà, mon cher frère, envoyé une lettre importante pour M. d'Alembert ; en voici une seconde 1. La chose presse ; c'est une blessure qui demande un prompt appareil . Mais comment se peut-il faire qu'un billet innocent à vous envoyé, il y a près de cinq mois, ait pu produire une pareille horreur ? Tâchez, mes frères, de remonter à la source . Vous voyez quels coups on veut porter aux bons citoyens qu'on appelle par dérision philosophes, et qu'on ne doit nommer ainsi que par respect . La calomnie sera confondue .

M. le duc de Choiseul m'a écrit quatre pages sur cette horreur dont il m'a cru coupable 2. mais comment m'a-t-il pu soupçonner d'une telle bêtise, d'une telle folie, de telles expressions, d'un tel style ? lui qui a de l'esprit et du goût ! Le poids des affaires publiques empêche qu'on ne voie avec attention les affaires des particuliers . On juge rapidement ; on juge au hasard ; on n'examine rien ; on avale la calomnie comme du vin de Champagne, et on rend son vin sur le visage du calomnié . Je suis pénétré de colère et de douleur . J'envoie à M. le duc de Choiseul le duplicata de ma lettre à M. d'Alembert . J'écrirai 3 jusqu'à ce que je sois mort .

Je crois que j'envoyai à mon frère le billet qui a causé tant de tracas et produit tant de calomnies : c'était au mois de mai 4, ou je suis fort trompé . À qui l'a-t-on montré ? Ce billet autant qu’il m'en souvient, était très vif et très innocent . On l'a brodé d'infamies et d'horreurs .

Recherche et vengeance. »

1 Lettre du 12 octobre 1762 à d'Alembert : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/09/09/le-torrent-des-affaires-ne-permet-pas-de-reflechir-sur-l-inn-5978121.html

et voir celle du 17 octobre 1762 au même .

3 On pense être presque sûr depuis longtemps qu'il faudrait corriger en je crierai .

11/09/2017

il n'a point eu de réponse

... Ziad Doueiri, réalisateur franco-libanais, qui vient d'être primé à la Mostra de Venise puis arrêté pour un motif inconnu à son retour à Beyrouth : 

 http://www.lepoint.fr/monde/liban-le-realisateur-ziad-dou...

Ah qu'il est beau le Liban aux mains de journalistes et militants anti-israeliens ayant recours aux tribunaux militaire ! les cèdres que je croyais seulement anti-mites deviennent-ils aussi anti-sé-mites ?

 Image associée

Au Monopoliban, "allez directement en prison" est la case inévitable réservée aux intellectuels , et on ne sait jamais combien de tours/jours on va y rester .

 

 

 

« A Charles-Manoël de Végobre 1

à Genève

M. de Voltaire a écrit il y a près de huit jours à monsieur de Végobre pour avoir soit par lui, soit par ses amis, le mémoire de M. de Lavaysse en faveur de son fils 2 , et le dernier mémoire de M. de Lavaysse fils fait à Paris 3 , et il n'a point eu de réponse .

14è octobre [1762] »

3 Il existe un Mémoire du sieur Gaubert Lavaysse, mais imprimé à Toulouse : http://tolosana.univ-toulouse.fr/fr/notice/083062211

Yr friend is just ready to set out / Votre ami est tout prêt à s'embarquer

... Oui, soyez rassurés, citoyens d'îles encore récemment paradisiaques (selon les publicités), Emmanuel Macron vient vous voir, et faute de tenir une pelle, une pioche, une truelle, il a un stylo pour contresigner tout document permettant indemnisations et réparations dans les plus brefs délais, n'en déplaise à ceux qui crient au scandale de secours tardifs et aux diffuseurs de fake news .

 Résultat de recherche d'images pour "macron va à st barth humour"

Par où commencer ?

 

 

« A George Keate

Yr friend is just ready to set out for England . I regret his company, and I will regrett you all my life . We are in the hurry of acting a tragedy . I play the ghost . I shall act very well for I am but a shadow.

Yr for ever 1.

V.

A Ferney 13 octobre [1762 ?]2 »

1« Votre ami est tout prêt à s'embarquer pour l'Angleterre . Je regrette sa compagnie, et je vous regretterai toute ma vie . Nous nous hâtons pour représenter une tragédie . Je représente le fantôme . Je jouerai très bien car je ne suis qu'une ombre . A vous pour toujours . »

2 La date fait difficulté . Le seul ami spécialement mentionné comme envoyé par Keate vint au printemps 1760 ; l'année proposée ici correspond aux représentations théâtrales de 1762, comprenant Sémiramis [voir lettre du 25 octobre 1762 à d'Argental ], où V* y joue le rôle de grand-prêtre, mais ce rôle était fort compatible avec celui de l'ombre de Ninus dont l'intervention est très limitée . En outre V* reçut des visiteurs anglais à cette époque ; voir lettre du 7 octobre 1762 à Bernis : http://voltaireathome.hautetfort.com/archive/2017/09/02/vous-avez-pu-croire-que-toutes-ces-brochures-etaient-des-pie-5976022.html et celle du 25 octobre 1762 à d'Argental .

Vous n'êtes pas homme à croire qu'un parlement a toujours raison

...

 

« A Claude-Philippe Fyot de La Marche

A Ferney , 12 octobre [1762]

Nous n'avons plus de maréchaux en France, nous avons encore un pair ; mais si mon cher et respectable monsieur de La Marche avait été là, j'aurais bien dit : Cedant arma togae 1. Allez-vous à Paris ? Quand partez-vous ? Instruisez moi un peu de votre marche … Vous allez revoir ce que vous avez de plus cher dans votre famille ; vos amis vous retrouveront . Je ne vous pardonne de quitter votre retraite que pour revoir ceux qui vous aiment . Si vous n'aviez pas cette raison, vous seriez inexcusable . Vous savez qu'on n'est bien que chez soi et avec soi . Vous possédez à La Marche le plus bel empire, celui de vous-même . Que n'ai-je pu y être un de vos sujets ! Je vous demande en grâce, mon grand magistrat, de vous faire donner, quand vous serez à Paris , le mémoire à consulter des Calas , signé par quinze avocats . M. d'Argental vous le procurera facilement . Vous n'êtes pas homme à croire qu'un parlement a toujours raison . Je m'en rapporte à votre jugement sur cette affaire comme sur bien d'autres . Vous aimez la justice et la vérité encore plus que l'intérêt des classes 2.

Conservez votre santé, votre gaieté et vos bontés pour moi .

V. »

1 Que les armes le cèdent à la toge ; Cicéron, De officiis, I, xxii, 82 .

2 Les différentes classes composant le parlement . V* continue sa campagne clairvoyante contre la fronde des parlements , qui sera l'une des causes de la chute de la monarchie française . Voir : https://www.cairn.info/revue-parlements1-2011-1-page-114.htm